Vous êtes ici : Accueil > Les blogues de Presse-toi à gauche ! > La persévérance scolaire : un travail d’équipe

mercredi 15 février 2017, par Louise Chabot

Enregistrer au format PDF impression
|

Blogues

Le blogue de Louise Chabot

La persévérance scolaire : un travail d’équipe


Les journées de la persévérance scolaire battent leur plein cette semaine et c’est là une merveilleuse occasion de réitérer l’importance de soutenir tous les acteurs de l’éducation pour assurer la réussite des élèves et des étudiantes et étudiants, qu’ils soient jeunes ou adultes.

On n’attend pas Superman

On associe beaucoup les journées de la persévérance scolaire au thème des superhéros. On souligne, à raison, le travail exceptionnel d’individus qui font la différence dans la vie de leurs élèves et de leurs étudiantes et étudiants, mais la réussite scolaire, ce n’est pas l’affaire d’un seul superhéros. On a beaucoup plus besoin d’une équipe dévouée que de Superman.

Chacun a sa place dans le parcours scolaire des jeunes Québécoises et Québécois. Que ce soit les intervenantes en petite enfance ou le personnel de l’éducation dans nos écoles primaires et secondaires, dans nos centres de formation, dans nos cégeps et dans nos universités, ceux-ci accompagnent, guident et outillent les tout-petits, les élèves, les étudiantes et étudiants, et les adultes du Québec pour qu’ils réussissent à accomplir leurs rêves.

L’éducation pour réduire les inégalités

Ce n’est pas la première fois que je le mentionne et je suis loin d’être la seule à le dire : pour réduire les inégalités et assurer la prospérité (dans tous les sens du terme) du Québec, il faut miser sur l’éducation. Dans un récent sondage de l’Association des économistes du Québec, les économistes sondés ont rappelé que de :

réinvestir dans l’éducation et la formation reste le meilleur moyen d’améliorer la productivité de l’économie. Augmenter les budgets dans les domaines de l’éducation, y compris la petite enfance, devrait donc être une utilisation prioritaire de la marge de manœuvre budgétaire1.

Un dossier de l’Observatoire de la petite enfance rappelait aussi que la réduction des inégalités sociales doit passer par un réinvestissement dans les services à la petite enfance si l’on souhaite éradiquer ces inégalités à la source et favoriser la persévérance scolaire de tous les enfants2. Rien ne sert de courir, disait la tortue de Lafontaine, il faut partir à point.

La réussite scolaire, l’affaire de toute une vie

L’éducation ne se résume pas à l’obtention d’un diplôme d’études secondaires. On apprend notre vie durant et la persévérance scolaire, c’est l’affaire d’une vie. Que ce soit par la formation continue à tous les degrés ou par la formation aux adultes pour démarrer une nouvelle carrière, l’éducation continue d’être un levier important pour améliorer sa situation.

Les adultes qui poursuivent ou reprennent leur parcours scolaire doivent aussi pouvoir compter sur des équipes de gens dévoués à les aider à poursuivre leurs rêves. Tout le monde mérite une chance égale d’écrire son avenir et les intervenantes en petite enfance, le personnel enseignant, le personnel de soutien et le personnel professionnel de l’éducation répondent toujours présents lorsque vient le temps de permettre à toutes et tous de continuer à apprendre.

1- Sondage – Les économistes québécois donnent priorité à l’éducation

2- Les enfants ont-ils tous des chances égales à leur entrée à l’école ?