Vous êtes ici : Accueil > Communiqués > Loi spéciale forçant le retour au travail des juristes de l’État - Le SPGQ la déplore, mais demeure confiant de parvenir à un règlement négocié

mercredi 1er mars 2017, par Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ)

Enregistrer au format PDF impression
|

Syndicalisme

Loi spéciale forçant le retour au travail des juristes de l’État - Le SPGQ la déplore, mais demeure confiant de parvenir à un règlement négocié


QUÉBEC, le 1er mars 2017 - Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) déplore l’adoption par le gouvernement d’une loi spéciale pour forcer le retour au travail des juristes de l’État. Selon le SPGQ, il s’agit d’une atteinte au droit de négocier des professionnelles et professionnels de l’État québécois.

Les membres du SPGQ se rappellent très bien la loi spéciale qui avait forcé leur retour au travail lors des négociations de 2005. Cette méthode contribue davantage à envenimer les relations avec l’employeur croit le Syndicat.

Rappelons que les 17 000 membres de l’unité fonction publique du SPGQ sont sans convention collective depuis mars 2015. Le comité de négociation du SPGQ attend toujours les suites d’une rencontre d’échange avec le Secrétariat du Conseil du trésor (SCT). Rencontre qui, le comité l’espère, relancera les négociations. Le Syndicat mène, depuis le 16 février, une grève de soir et de fin de semaine.

Selon le SPGQ, l’imposition d’une telle loi brise le processus de négociation des employés de l’État. Comment pourra-t-il négocier avec le gouvernement dans le futur si celui-ci ne fait qu’imposer sa vision des choses ? Le SPGQ doit être en mesure de négocier de bonne foi avec la partie patronale, il en va du maintien des services publics de qualité au Québec. De plus, une entente négociée est toujours préférable à une loi spéciale pour le maintien de saines relations de travail.

Actuellement, le SPGQ ne craint pas l’imposition de lois forçant le retour au travail de ses syndiqués et préfère présumer de la bonne foi du gouvernement pour parvenir à une solution négociée.