Vous êtes ici : Accueil > International > États-Unis > #NoDAPL – Le Réseau environnemental Autochtone réagit à l’évacuation forcée des camps de résistance contre l’oléoduc DAPL

mardi 7 mars 2017, par Indigenous Environmental Network

Enregistrer au format PDF impression
|

États-Unis

#NoDAPL – Le Réseau environnemental Autochtone réagit à l’évacuation forcée des camps de résistance contre l’oléoduc DAPL

Le réseau environnemental autochtone réagit a l’évacuation forcée des camps de résistance au DAPL Cannon ball, Dakota du nord.


Le 22 février 2017, à 14h, heure locale, les protecteurs de l’eau du camp Oceti Sakowin ont été expulsés par le Corps des Ingénieurs de l’Armée. En dépit des demandes des dirigeants du camp de plus de temps pour nettoyer le camp, le Corps d’Armée n’a pas cédé et maintenu sa décision de vider le camp. Le Corps d’Armée prétend avoir juridiction sur le terrain où est situé le camp, bien que ce terrain soit compris dans les territoires non-cédés selon le Traité de Fort Laramie.

tiré de : entre les lignes et les mots 2017 10 4 mars

Communiqué Indigenous Environmental Network (IEN) – 22 février 2017

Les individus ayant volontairement quitté le camp avant 14h, ont eu le choix de prendre un bus pour être transportés jusqu’à un centre d’évacuation, ou de déménager dans d’autres camps situés hors de la zone d’évacuation. Les protecteurs de l’eau restés dans le camp risquent maintenant d’être arrêtés.

Il y a trois autres camps aux alentours où les protecteurs de l’eau peuvent déménager (pour l’instant) : Sacred Stone, Cheyenne River, et 7ème Génération.

Diverses catégories de forces de l’ordre étaient sur le site, celles du Sheriff du Comté de Morton, la Patrouille des Autoroutes de l’état du Dakota du Nord, la Garde Nationale du Dakota du Nord et les Rangers du Service du Parc National. Les Policiers du Bureau des Affaires Indiennes (BIA) a établi un point de contrôle et une barricade sur le territoire de la Réserve de la Tribu Sioux de Standing Rock, sur l’autoroute 1806, au sud du pont sur la Rivière Cannonball.

La déclaration suivante est de Tom Goldtooth, Directeur Exécutif du Réseau Environnemental Autochtone :

« Nous sommes consternés par les évacuations forcées d’Autochtones aujourd’hui au Camp de Standing Rock, elles constituent une négation violente et superflue du droit constitutionnel des protecteurs de l’eau de protester pacifiquement et d’exercer leur droit à la liberté d’expression. Ça empêche de nettoyer le camp convenablement et crée une confusion et un chaos qui met le Fleuve Missouri en danger d’être pollué par les travaux de construction et des débris du camping.

« L’expulsion d’aujourd’hui est la perpétuation d’une pratique ayant cours depuis des siècles, par laquelle le Gouvernement des Etats-Unis déplace de force les Autochtones de nos terres et territoires. Nous demandons instamment à ceux qui soutiennent les protecteurs de l’eau de continuer à résister à cette mascarade en organisant des mobilisations de masse, des actions partout, s’exprimant contre les violations des droits selon les Traités de la Tribu Sioux de Standing Rock et du Conseil des Sept Feux de la Grande Nation Sioux, et de continuer à alimenter la capacité à aller en justice et à organiser la base contre l’oléoduc Dakota Access.

« Nos cœurs ne sont pas vaincus. La fermeture du camp n’est pas la fin d’un mouvement ou d’un combat, c’est un nouveau début. Ils ne peuvent pas éteindre le feu que Standing Rock a allumé. Il brûle en chacun de nous. Nous nous relèverons, nous résisterons, nous réussirons. Nous envoyons nos pensées pleines d’amour aux protecteurs de l’eau le long de la Rivière Cannonball aujourd’hui. Que tous soient aussi saufs que possible. »

piece-jointe

Indigenous Environmental Network / Réseau environnemental autochtone (IEN)

Traduction : Christine Prat (CSIA-Nitassinan)

CSIA-Nitassinan