Vous êtes ici : Accueil > Politique québécoise > Féminisme et LGBT > Brunch du 12 mars 2017

mardi 14 mars 2017, par Emilia Castro

Enregistrer au format PDF impression
|

Féminisme

Brunch du 12 mars 2017


Allocution prononcé par Emilia Castro porte-parole de la Coalition régionale de la Marche mondiale des femmes le 12 mars lors du brunch pour souligner la Journée internationale des femmes.

Nous venons de traverser une année ou les femmes de la Marche mondiale des

femmes partout dans le monde se sont mobilisées pour se faire respecter et pour

défendre leurs droits. Plusieurs d’entre elles ont payé de leur vie cet engagement de

construire un monde ou les valeurs portées par la Charte mondiale des femmes pour

l’humanité seront présentes. Ce monde que nous voulons construire considère la

personne humaine comme une des richesses les plus précieuses. Il y règne l’égalité,
la liberté, la solidarité, la justice et la paix. Ce monde, nous avons la force de le créer. »1

Nous, femmes de la Marche mondiale des femmes, unissons nos voix pour rendre

hommage à toutes les luttes historiques, aux femmes et aux mouvements féministes

de par le monde.

À Québec, nous faisons partie de ce mouvement. Nous nous sommes mobilisées

pour conserver les acquis gagnés à travers des années de lutte. Nous avons

demandé une reconnaissance du travail et de la mission de nos groupes. En alliance

avec les mouvements sociaux, nous avons manifesté, nous avons organisé des

actions afin de revendiquer un meilleur financement. Nous avons réaffirmé que

nous sommes un mouvement inclusif où la diversité est garante du monde que nous

voulons construire. Nous affirmons haut et fort que nous allons continuer notre

travail et notre mobilisation parce que comme nous l’avons écrit dans la charte et je

cite :

« Nous les femmes, marchons depuis longtemps pour dénoncer et exiger la fin de

l’oppression que nous vivons en tant que femmes, pour dire que la domination,

l’exploitation, l’égoïsme et la recherche effrénée du profit menant aux injustices, aux

guerres, aux conquêtes et aux violences ont une fin. De nos luttes féministes, de celles

qu’ont menées nos aïeules sur tous les continents, sont nés de nouveaux espaces de

liberté pour nous-mêmes, pour nos filles, pour nos fils et pour toutes les petites filles

et les petits garçons, qui, après nous, fouleront ce sol. Nous bâtissons un monde où

la diversité est un atout et où tant l’individualité que la collectivité sont source de

richesse, où les échanges fleurissent sans contraintes, où les paroles, les chants et

les rêves bourgeonnent ».2

TANT QUE TOUTES LES FEMMES NE SERONT PAS LIBRES, NOUS SERONS EN

MARCHE !

1. Déclaration 8 mars de la MMF

2. Charte mondiale des femmes pour l’humanité

Page 2 sur 2