Vous êtes ici : Accueil > Société > Mouvement des femmes > Marche des femmes (La marche des soeurs)

mardi 14 mars 2017, par Comité des femmes de Québec Solidaire Capitale-Nationale

Enregistrer au format PDF impression
|

Féminisme

Marche des femmes (La marche des soeurs)


Le 20 Janvier 2017, le 45e Président américain, Donald Trump était assermenté. Un vaste mouvement des femmes de partout dans le monde a démontré que la résistance s’organise. Le 21 janvier, le lendemain de l’arrivée au pouvoir de Trump à la tête du pays le plus puissant de la planète, des millions de femmes se sont mobilisées ; plus de 600 marches et rassemblements se sont tenus dans plus de 57 pays !

Pourquoi tant d’agitation ? Parce que depuis son investiture en 2016, Donald Trump, ce Républicain, fait la joie des ultras conservateurs aux États-Unis…et sème l’inquiétude au sujet des droits des femmes et des acquis qu’elles ont si chèrement gagnés.

Le 21 janvier, plus de 400 000 femmes et hommes se sont réunis à Washington afin de protester contre ses attitudes et propos misogynes et dégradants sur les femmes. New York, Chicago, Seattle, Los Angeles ont aussi réunis des centaines de milliers de personnes. Certaines femmes déléguées de diverses organisations voulant se joindre aux milliers d’autres à Washington, ont du rebrousser chemin, refoulées à la frontière !

Moi, j’étais à Montréal ou entre 5 et 8 000 personnes se sont rassemblées à la Place de l’Esplanade de la Place des arts ; la frontière canado-américaine n’est pas étanche au populisme, au sexisme, au racisme et à l’homophobie, des idées véhiculées par Trump et ses sbires.

Des femmes inspirantes, Cathy Wong (Animatrice), Béatrice Vaugrante (Amnistie internationale section francophone), Maïté Labrèche-Saganash(étudiante et militante pour les droits des Autoctones), Sue Montgomery (journaliste et initiatrice du mouvement « agressions non-dénoncées ») et Pénélope Mc Quade (animatrice télé qui a dénoncé les propos sexistes et misogynes véhiculés dans les médias sociaux)pour ne nommer qu’elles, ont signifié que du côté de la frontière canadienne, il ne fallait pas seulement s’attaquer à Trump, mais il fallait appeler à la vigilance. Des femmes autoctones sont venues redire que des milliers de femmes, leurs soeurs sont portées disparues au Québec et au Canada ; d’autres ont dénoncé la double discrimination que les femmes immigrantes peuvent subir. Les droits des personnes LGBT aussi ne sont pas gagnés.

Après avoir vu des millions de femmes et d’hommes se mobiliser partout aux États-Unis et dans le monde, qu’est-ce que Trump à fait ?

Son tout premier décret présidentiel, le 23 janvier 2017, soit deux jours après cette grande mobilisation, il signait l’arrêt immédiat du financement publique au programme international Planned Parenthood, un programme qui soutenait les organismes qui soutiennent, informent et pratiquent l’avortement dans des pays du Sud. Cela met en grande précarité des milliers de cliniques à travers le monde.
On signale qu’actuellement aux États-Unis dans plus de 42 états, les institutions de santé peuvent refuser l’accès à l’avortement. Cet événement inquiètent les femmes américaines sur l’avenir de l’accès à l’avortement aux États-Unis.

Enfin, une mesure qui touchent particulièrement les femmes et les personnes en situation de grande pauvreté, c’est l’abolition de l’OBAMACARE une mesure instaurée par l’ex-Président Barack Obama qui donnait accès à plusieurs soins de santé gratuit à 45 millions d’américains vivants en situation de pauvreté.

Non, les femmes ne dorment pas, elles sont vigilantes face à ces hommes de pouvoir comme Trump ; l’égalité est sans limite pour les femmes et … sans frontière !