Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

France

Manifestation du 1er mai à Paris

Faillite sociale et pavés de colère suivi de photos montage

A connotation socio-politique, les défilés de la fête du Travail ont tourné à l’affrontement entre forces de l’ordre et manifestants ce dimanche 1er Mai, boulevard Voltaire à Paris. Cela intervient quelques heures avant le risque d’implosion de la Gauche, en lice pour les Législatives.

De Paris, Omar HADDADOU

Que serait Paris sans les remous populaires ? Un apprêt surfait !
A l’heure où les devantures du boulevard Voltaire partent en éclats, les poubelles se voulant des âtres incandescents de la revendication, les tags témoignages poignants du malaise social, la dynamique ouvrant la voie vers l’Union populaire au sein des partis de la Gauche, souffre des dissensions et des coups de gueule dénonçant la trahison.

«  On ne s’en tire jamais que par le compromis  », disait Bernard Pingaud. Dans le défilé fortement agité du 1er Mai, le Conseil fédéral d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) auquel seraient attribuées 100 circonscriptions, avait validé l’accord avec la France Insoumise pour les législatives de juin 2022, en attendant le ralliement des Partis socialiste et communiste. Objectif ? Arracher le maximum de sièges à l’Assemblée nationale.

Le leader de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon reste persuadé de rafler la majorité dans l’hémicycle et partant, devenir Premier ministre. Cet assaut en ordre dispersé de la Gauche a suscité de vives indignations au sein de la majorité qui accuse EELV et le PS de « renier leurs convictions » en s’alliant avec LFI : « Incroyable tous ces gens prétendument pétris de principes, prêts à abandonner toute conviction pour une poignée de circonscriptions. Et ils veulent gouverner notre pays » s’emporte le Député de La République en Marche, LRM, Sacha Houillé. L’ancien Ministre et Député Éric Woerth, passé dans le camp macroniste a fermement condamné la position de Jean-Luc Mélenchon, la qualifiant « d’accords de politicaillerie » empreinte « d’incohérence idéologique » entre les partis aspirant à une alliance.

Plus virulente, la présidente déléguée du groupe La République en Marche (LRM), Aurore Bergé, prédit une solubilisation du PS : « Ce qui attend les partis, notamment le parti socialiste, s’ils acceptaient cette alliance, c’est tout simplement une disparition de leurs idées, et aussi une disparition de leur parti politique ».

Loin des empoignades verbales, le boulevard Voltaire a été le théâtre de heurts violents entre dispositif de sécurité et groupes de jeunes vêtus de noir, en marge de la manifestation, ce dimanche. Des slogans hostiles aux décideurs et aux forces de l’ordre ont été scandés ou consignés sur les murs et les abris-bus. Enseignes de Mc Donald’s, Agences immobilières, Assureurs et Banques, ont été les cibles des dégradations et d’incendies. Ludovic, membre de la CGT, très actif dans le feu de l’action, nous glisse sa déclaration dans un nuage de gaz lacrymogène : «  On est là à l’occasion de la fête du Travail, pour la progression sociale et pour dénoncer la dégradation du pouvoir d’achat. Aujourd’hui, c’est devenu un vrai supplice de boucler le mois. J’ai des amis qui souscrivent à des crédits renouvelables pour vivre. Attention, ils vont charger… !  ». Ça déferle soudainement sur le boulevard. Des projectiles ripostent à la salve des bombes lacrymogène. Suffocation ! Larmoiement des yeux. La France est une Démocratie qui ne s’ennuie pas le week-end. Et les femmes, bravant le péril, sont en première ligne. Renversant !
La mobilisation de ce 1er Mai a rassemblé 116 500 manifestants en France (250 points de ralliement). Plus de 210 000 dans toute le France, indique la CGT, dont 21 000 à Paris. Annonçant le chiffre de 45 interpellations, le Ministre de l’Intérieur parle de « violences inacceptables » dont celle d’un pompier.

Dans un Tweet, Jean-Luc Mélenchon est resté fidèle à son admonestation : « Les violences parasites du 1er Mai invisibilisent la marche et servent la propagande à nos pires adversaires. Ras le bol. Le préfet de police savait. Incapable de garantir le droit de manifester en paix ».

Fort de son nouvel attelage, le dirigeant de La France Insoumise semble désormais s’imposer comme le patron de la Gauche française !

O.H
PHOTOS Omar Haddadou

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : France

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...