Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Assurance-chômage

Assurance-emploi : la fin de la PCRE impose une réforme du régime de fond en comble

MONTRÉAL, le 22 oct. 2021 - Avec l’annonce de la fin de la PCRE (Prestation canadienne de la relance économique) hier, la vétusté du régime canadien d’assurance-emploi mise de l’avant par la pandémie de COVID-19 devient intenable. En mettant en place la Prestation canadienne d’urgence (PCU), le premier ministre Justin Trudeau s’était lui-même engagé à mettre en place « un régime digne du XXIe siècle ». Dans la note socioéconomique Proposition de réforme de l’assurance-emploi au Canada rendue publique aujourd’hui, l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) a calculé le coût d’une réforme qui rendrait le régime plus efficace.

Un régime qui s’effrite

Depuis le début des années 1990, le régime a connu une série de réformes à travers lesquelles l’État s’est déresponsabilisé face aux chômeurs et aux chômeuses, avec pour résultat une détérioration de l’accès aux prestations. En effet, à la fin des années 1990, pour un groupe de 10 chômeur·se·s, on comptait neuf prestataires de l’assurance-emploi contre seulement quatre aujourd’hui. « Le Canada est un cancre en matière d’assurance-emploi. Depuis 30 ans, à force de resserrer les critères d’accès, le programme a trouvé le moyen d’exclure un grand nombre de travailleurs et travailleuses des protections qu’on s’attend à recevoir lorsqu’on cotise à une assurance. On couvre de moins en moins de personnes et de moins en moins bien », constate Guillaume Hébert, chercheur à l’Institut et co-auteur de l’étude.

Une réforme à coût nul pour le programme

La réforme proposée par l’Institut se résume en quatre points :

1- Réduire le seuil d’accessibilité aux prestations à 350 heures ou 13 semaines travaillées.

2- Établir un plancher de 35 semaines en ce qui a trait à la durée des prestations.

3- Hausser le taux de prestation à 70 % du précédent revenu d’emploi.

4- Éliminer certaines exclusions : le fait de démissionner d’un emploi, notamment, devrait être un motif valable pour justifier l’accès d’un chômeur ou une chômeuse aux prestations.

À la lumière des constats d’échec de l’assurance-emploi, une amélioration du régime devient maintenant essentielle. L’IRIS a calculé le coût d’une réforme qui permettrait d’accroître l’accès aux prestations pour les travailleuses et travailleurs les plus précaires, de limiter les exclusions et d’améliorer le maintien du revenu. Lire la suite.

Pourlire la note.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Assurance-chômage

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...