Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Bernie a raison - l’extrême concentration des richesses a transformé l’Amérique en oligarchie

Un nouveau rapport du Congrès commandé par Bernie Sanders révèle que le 1% possède maintenant un tiers de toute la richesse, tandis que la moitié inférieure des Américains n’en détient que 2%. C’est un autre signe du glissement vers l’oligarchie contre lequel Sanders met en garde depuis des années.

octobre 2022 | tiré de Jacobin.com | Photo : Le sénateur Bernie Sanders répond aux questions lors d’une conférence de presse au Capitole des États-Unis à Washington, DC. (Win McNamee / Getty Images)

L’été dernier, la chaîne YouTube de Bernie Sanders a publié un court clip intitulé simplement « Oligarchie ou démocratie ? » Présentant des séquences compilées couvrant la carrière de Sanders à la Chambre et au Sénat, le clip s’ouvre sur la simple déclaration : « Ceux qui ont l’argent ont le pouvoir ». C’est une vérité simple et, à bien des égards, évidente. Mais c’est aussi une question qui est parfois ignorée ou marginalisée dans le discours dominant sur la démocratie. Les menaces à la démocratie, bien sûr, n’impliquent pas toujours directement des questions d’argent ou de richesse. Des attaques contre le droit de vote aux institutions politiques conçues pour protéger la domination des minorités, le racisme est également un facteur majeur. Mais, entre l’argent noir et les dons de campagne effrénés, l’empreinte nocive de la richesse concentrée est rarement loin de la vue.
Cette réalité est difficile à ignorer lorsque vous examinez la manière obscène dont la richesse collective de l’Amérique a fini par être distribuée. Cette mauvaise distribution a d’ailleurs fait l’objet d’un récent rapport demandé par Sanders au Bureau du budget du Congrès (CBO), qui a constaté que la richesse a continué à augmenter vers un nombre de plus en plus restreint d’Américains aisés.

Entre 1989 et 2019, rapporte le CBO, la richesse réelle totale (ajustée en fonction de l’inflation) détenue par toutes les familles aux États-Unis a triplé, passant de 38 000 milliards de dollars en dollars de 2019 à 115 000 milliards de dollars, soit environ cinq fois le PIB national. Les fruits de cette croissance, cependant, ont largement profité à ceux qui sont au sommet. En 2019, les 10% des familles les plus riches détenaient 72% de cette richesse, tandis que celles du 1% le plus riche en détenaient plus d’un tiers. L’asymétrie effroyable de ces développements est encore plus fortement soulignée par les conclusions du CBO vis-à-vis de la moitié inférieure de toutes les familles américaines – qui ne détiennent plus que 2% de la richesse totale du pays. Il existe également un fort biais racial, la richesse médiane des familles blanches étant considérablement plus élevée que celle des familles noires ou hispaniques.

Les implications politiques de la concentration de la richesse, inutile de le dire, se cachent souvent à la vue de tous. Ceux qui ont l’argent, comme Sanders le dit souvent, ont aussi tendance à avoir le pouvoir. Cela s’applique dans le sens évident et direct que les gens riches exercent non seulement leurs votes individuels, mais aussi un plus grand moyen d’influencer le processus politique, de rendre la législation plus favorable et de financer des campagnes politiques de manière intéressée.

Mais en fin de compte, la concentration de la richesse menace la démocratie, que de telles voies existent légalement pour que les riches influencent ou non la vie politique. Pour des raisons morales fondamentales, la répartition actuelle de la richesse de l’Amérique ne deviendrait pas soudainement acceptable si les 1% les plus riches avaient moins de moyens directs d’exercer une telle influence. Plus précisément, ceux qui ont de l’argent ont toujours plus de pouvoir et de liberté, qu’ils essaient ou non activement d’influencer les résultats politiques. L’argent achète l’accès, c’est vrai. Mais cela achète aussi la liberté de vivre une vie saine, digne et confortable, et bien plus encore. Grâce à l’accumulation obscène de richesses par une fraction toujours plus décroissante d’Américains, cette liberté est de plus en plus un privilège dont jouissent seulement quelques petits – qui, chaque année qui passe, exercent un pouvoir encore plus grand sur la politique et la société.

Bernie a raison : l’Amérique est en train de devenir une oligarchie dans laquelle l’abondance collective du plus grand nombre est de plus en plus détenue par quelques-uns. Et, jusqu’à ce que le pouvoir de cette oligarchie soit brisé, sa démocratie restera plus un idéal qu’une réalité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...