Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Bolsonaro n'est pas Trump

Dans cet article, l’auteur réfléchit à l’avenir politique de Bolsonaro et le compare au présent de Trump après avoir perdu l’élection présidentielle face à Biden.

16 février 2022 | tiré de Rebelión |Photo : Donald Trump et Jair Bolsonaro à Mar a Lago (Floride), lors du voyage du président brésilien aux États-Unis, le 7 mars 2020. Crédits : Alan Santos/PR.

Bolsonaro s’est directement inspiré de Donald Trump pour reprendre son discours, son style d’occupation de la présidence, ses relations avec les autres institutions et avec les adversaires politiques, son négationnisme. Cela ressemblait à un chemin vers la victoire.

Les deux ont des origines et des caractéristiques différentes, mais ont convergé vers des positions et des prises de position similaires. Les deux ont coïncidé à la présidence des deux pays, donnant l’impression qu’ils allaient projeter un courant d’extrême-droite à l’échelle mondiale. Mais des obstacles sont rapidement apparus, à commencer par Donald Trump.

En n’étant pas réélu, Trump a envoyé un message à Bolsonaro. C’est une chose d’être un candidat libre, de critiquer les autres ; c’en est une autre d’être au gouvernement, d’être tenu responsable de ce que vous faites et ne faites pas. Son discours a perdu de sa force.

Bolsonaro ressent déjà ce changement. Son usure provient précisément de sa performance au gouvernement. Malgré sa tactique fondée sur l’évitement des responsabilités qu’il attribue à d’autres (le pouvoir judiciaire et les gouverneurs, entre autres), son discours négationniste et son incapacité à faire fonctionner l’économie, avec les problèmes sociaux qui en découlent, son personnage a perdu de son effet.

Bolsonaro reste un négationniste, tandis que Trump a réalisé à quel point il était usé et a commencé à être en faveur de la vaccination. Il est devenu un partisan, se préparant à la nouvelle campagne présidentielle.

Mais les principales différences apparaîtront lorsque nous les comparerons après avoir quitté leurs fonctions. Trump reste une figure politique centrale dans la vie américaine, non seulement parce qu’il a adapté son discours, mais aussi parce qu’il a une longue expérience de la télévision, avec une chaîne à forte audience.

De plus, Trump dispose du parti républicain, qui le soutient en grande majorité. A tel point qu’il a récemment déclaré que l’invasion du Capitole était politiquement légitime. C’est un parti national, un des grands partis. Parti qui compte un grand nombre de gouverneurs, qui dispose d’un solide banc parlementaire et qui devrait remporter les prochaines élections législatives, avec une majorité tant au Sénat qu’à la Chambre des représentants.

Trump est actuellement le favori pour remporter la prochaine élection présidentielle. Pour toutes ces raisons, il est resté le plus grand leader de l’opposition.

Bolsonaro a des conditions différentes de celles de Trump. Si, comme son homologue américain, il est battu dans sa tentative de réélection, il sera confronté à des situations très différentes.

Bolsonaro n’a aucun discours politique, aucune analyse du pays. Son discours est très pauvre, il ne tient pas la route, il s’adresse toujours à un public minoritaire, très proche de lui.

Elle ne fonctionnera guère dans le cadre d’une campagne électorale, surtout si des débats sont organisés pendant la campagne. Son niveau record de rejet constitue un obstacle majeur pour son avenir politique.

Il laissera le gouvernement sans pratiquement aucun parti politique. Son soutien va encore diminuer. Les poursuites contre lui et ses enfants l’affecteront directement.

Même si Trump redevient président des États-Unis, il ne sera pas associé à Bolsonaro, qui a peu de chances d’être réélu et qui, après avoir pris ses fonctions, aura tendance à perdre encore plus de force politique. Le bolonarisme, en tant que courant d’extrême-droite, survivra probablement. Mais sans un grand leader.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...