Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Budget du Québec 2014

Budget 2014-2015 en santé : « M. le ministre, il n'y a plus de jus dans le citron », Carolle Dubé, présidente de l'APTS

QUÉBEC, le 20 févr. 2014 - Pour l’APTS, le budget 2014-2015 sera lourd de conséquences pour le réseau de la santé et des services sociaux. « Le gouvernement nous prépare un cocktail indigeste composé de compressions majeures dans les services directs à la population, d’une réforme en profondeur du financement des établissements et d’une bureaucratisation accrue du réseau », se désole la présidente de l’APTS, Carolle Dubé.

La diminution du budget total consacré à la santé et aux services sociaux annonce une énième ronde de compressions dans un réseau déjà à bout de ressources. Le gouvernement propose du même souffle de revoir le panier de services offerts à la population. « La population et le personnel subissent de plein fouet les coupes qui se succèdent à un rythme affolant dans le réseau, affirme Carolle Dubé. M. le ministre des Finances, il n’est plus possible de presser le citron davantage. Il est faux de prétendre que ces réformes n’ont pas d’effet sur les services. Nous constatons le contraire au quotidien. Les budgets se réduisent comme peau de chagrin, les listes d’attente s’allongent et les cas d’épuisement professionnel se multiplient. Le gouvernement a de belles ambitions, mais les moyens ne suivent pas. »

Financement à l’activité : bonjour la bureaucratie !

Par surcroît, on nous annonce aujourd’hui la mise en place d’une réforme en profondeur du financement des établissements de santé, présenté aujourd’hui comme un fait accompli, déplore la présidente de l’APTS, Carolle Dubé. « Il est incompréhensible qu’une réforme aussi importante ne fasse pas l’objet d’une consultation publique élargie, au-delà des rencontres effectuées par le groupe d’experts. Nous demandons au gouvernement de mettre en place une commission parlementaire en bonne et due forme. Cette réforme a trop de conséquences et d’effets pervers potentiels pour ne pas être étudiée en profondeur, à tête reposée. »

Le financement à l’activité risque d’accroître la bureaucratie. « Le vrai problème reste l’accès aux soins et services, indique la présidente. On aura beau mettre un prix pour les services d’une ergothérapeute ou d’une travailleuse sociale, les listes d’attente ne seront pas moins longues pour autant. Il s’agit d’une réforme complexe aux objectifs avant tout comptables qui nécessiteront la mise en place d’une nouvelle couche de cadres et de gestionnaires. Qui peut prétendre aujourd’hui que le réseau souffre d’une pénurie de cadres ? Il souffre toutefois, sans aucun doute, d’une pénurie d’ergothérapeutes, de travailleuses sociales et de technologistes médicales, entre autres. »

Conventions collectives : une « entente juste et équitable » pour tous les professionnels

Comme le gouvernement, l’APTS souhaite obtenir une « entente juste et équitable » pour les professionnels et les techniciens du réseau de la santé et des services sociaux, en vue du renouvellement des conventions collectives qui viendront à échéance en 2015. « L’équité, c’est reconnaitre le mérite de tous les professionnels du réseau, pas seulement des médecins. Il n’est pas irresponsable de reconnaître à leur juste valeur le personnel du réseau qui fait un travail essentiel, directement auprès de la population », de conclure Carolle Dubé.

Sur le même thème : Budget du Québec 2014

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...