Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Lire à gauche

Un livre de Frédéric Lordon

Comédie sérieuse sur la crise financière

Fréderic Lordon est un économiste. Il s’est intéressé aux crises financières dans Pour en finir avec les crises financières (Raisons d’agir 2008) et La crise de trop (Fayard 2009). Il vient de publier (Seuil 2011) "D’un retournement à l’autre, Comédie sérieuse sur la crise financière en quatre actes, et en alexandrins." Écrit avec une verve superbe, le livre demeure critique, il amuse, il touche et il fait réfléchir.

Dans un court post-scriptum, il explique son choix. Pourquoi une pièce de théâtre pour parler de la crise ? "On pourra analyser la crise financière sous toutes ses coutures, raffiner l ’argument tant qu’on veut, démonter les systèmes ,exposer les rouages, tout ça ne vaudra jamais une image bien choisie qui fait bouillir les sangs ou, comme le dit fort à propos une expression commune, qu’on prend en pleine gueule - la gueule : le corps. Il ne faut plus seulement dire la crise capitalisme, il faut la montrer, ou bien la faire entendre." [1]

Mais pourquoi le théâtre ? Il permet de ramasser le temps. Il permet de rappeler ce qu’on veut nous faire oublier, cette crise qu’on prétend dépassée. "Le théâtre de la crise surréalise la crise, impérieuse nécessité politique quand toutes les distensions temporelles du monde social tendent à la sous-réaliser, et tous les efforts du discours dominant à la déréaliser". [2]

Alors que défilent les différents personnages : président de la République, Premier ministre et conseillers, banquiers et fondés de pouvoir, traders et grands journalistes, le discours dominant sur la crise est exposé, critiqué et ridiculisé. Le plaisir de lire sur ce sujet austère est enfin retrouvé.

Avec ce curieux petit livre, Frédéric Lordon s’est fait plaisir. Sa lecture fait le nôtre. Pourquoi s’en priver ? En voici un extrait :

Le deuxième conseiller s’adresse au président :

" Il est vrai qu’en matière d’efficacité,

Les fleurons du privé ont été stupéfiants...

Faire de telles pertes nécessite un talent,

Un talent de son genre, sans doute un peu spécial,

Cependant maintenant inscrit dans les annales.

Car de l’histoire entière du capitalisme,

On n’aura jamais vu de semblable séisme.

Notez-vous d’ailleurs que la crise a changé

Nos ordres de grandeur, nos façons de compter.

Nous avons découvert une autre gradation :

Le milliard est trop court, il nous faut le trillion

Pour faire enfin le tour des pertes financières

Que le divin marché, le privé légendaire,

Ont étalées devant nos regards ébahis.

On croyait réservé juste à l’astronomie

De pouvoir dans un nombre offrir tant de zéros.

Or le secteur privé que vous portez si haut

A soudain eu le goût de l’interplanétaire,

Le trillion de dollars c’est son année-lumière,

Pour le coup un trou noir, un engloutissement...

Mettez-y à coté le pire éléphant blanc -

Vous savez, c’est ainsi que les libéraux nomment

Les projets de l’État où il perd quelque somme -

Mais je reprends mon fil, il vaut d’être suivi :

À coté du gouffre financier d’aujourd’hui

Même l’éléphant blanc le plus catastrophique

Paraît moins qu’une mouche, plus petit qu’une tique.

Je gage qu’à vos yeux ces considérations

Seront trouvées spécieuses et dénuées de raison.

Le marché n’a été déclaré supérieur

Que par un postulat dont toute la valeur

Vient de tomber en cendres, aux bons soins de la banque.

Mais les idéologues ne sont jamais en manque,

Et toujours, quoi qu’il fasse, ils diront du marché

Non pas qu’il y en a trop : qu’il n’y en a pas assez !

De l’État sur les banques vous refusez l’empire ?

Ayant vu ce que le privé vient d’accomplir,

Que peut vous retenir d’entrer au capital ?

Comparé à ces buses, peut-on faire plus mal ?
 [3]


[1page 132

[2page 133

[3pages 75-76

Bernard Rioux

Militant socialiste depuis le début des années 70, il a été impliqué dans le processus d’unification de la gauche politique. Il a participé à la fondation du Parti de la démocratie socialiste et à celle de l’Union des Forces progressistes. Militant de Québec solidaire, il participe au collectif de Gauche socialiste où il a été longtemps responsable de son site, lagauche.com (maintenant la gauche.ca). Il est un membre fondateur de Presse-toi à gauche.

Sur le même thème : Lire à gauche

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...