Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Comme en 1930 les queues reviennent aux États-Unis

Personne n’imaginait que le pays qui se vante d’être le plus riche et le plus prospère au monde compterait 30 millions de personnes faisant la queue pour acheter de la nourriture et d’autres produits de base.

Les raisins de la colère de John Steinbeck
photo et article tirés de NPA 29

.
.
« Les rations ne suffisent pas. Les colis alimentaires sont insuffisants. Nous ne pouvons pas nourrir tout le monde », a raconté cette semaine l’un des coordinateurs de la banque alimentaire du United Center, siège des Chicago Bulls, transformé depuis le 10 avril en un grand centre de stockage des produits essentiels.Mercredi dernier, la Réserve fédérale a averti que les conséquences seront « les plus dévastatrices depuis 1930″. La crise économique déclenchée par la pandémie de Covid -19 a donné naissance à un scénario sans précédent dans l’histoire des États-Unis.
En fait, les images de files interminables d’Américains en attente de rations alimentaires rappellent les années suivant le krach financier de 1929, lorsque les ressources de l’État étaient insuffisantes pour atténuer la faim qui a dévasté la population après la catastrophe boursière.

La scènario se répète en Floride, en Californie, en Louisiane, en Pennsylvanie, à Washington et à New York.
.
Les similitudes avec la pauvreté et la faim dont des millions d’Américains ont souffert pendant la Grande Dépression sont si frappantes que le journal britannique The Guardian,voyant les centaines de milliers de personnes qui attendent jusqu’à une journée entière pour se nourrir, a établi un parallèle avec des bredlines (queues de pain), des années 1930, devenues quotidiennes. La presse conservatrice nord-américaine se démarque, elle ne se risque pas à des comparaisons. Ce sont pourtant les mêmes médias hégémoniques qui n’hésitent jamais quand il s’agit d’étiqueter « chaos », « inefficacité » ou « catastrophe » en grand, lorsque la faim secoue des pays non alignés sur les intérêts de États-Unis.

La pandémie de coronavirus a créé une réalité qui, jusqu’à présent, n’avait pas été racontée ou photographiée. Bien avant la crise sanitaire, des millions d’Américains étaient en situation d’insécurité alimentaire. Rien que dans le Bronx, le quartier le plus pauvre de New York, 37% des gens ont faim chaque jour. En mars 2019, le groupe « Children´s Defence Fund » avait dénoncé le fait que la pauvreté frappait 12,8 millions d’enfants nord-américains.

Le rapport intitulé « Mettre fin à la pauvreté des enfants maintenant » – qui n’a pas été publié dans les médias - demandait au gouvernement de Donald Trump un investissement de 52,3 milliards de dollars (le 1, 4% du budget fédéral) financé par une augmentation des impôts sur les riches et une baisse de 10% du budget militaire.

.

« C’est une honte morale et une grave menace économique qu’un enfant sur cinq soit pauvre dans la nation la plus riche du monde », avait déclaré Marian Wright Edelman, fondatrice et présidente du Children’s Defence Fund.
.
https://www.nuevatribuna.es/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...