Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Contre le travail qui tue !


Aujourd’hui (le 14 septembre 2015) au chantier du Pont Champlain un travailleur a chuté de sous le parapet de l’estacade pour plonger dans les eaux du fleuve Saint-Laurent. La plateforme sur laquelle il se trouvait à cédé, ses trois camarades on eu la vie sauve. LE chantier est fermé jusqu’à nouvel ordre. LE corps a été repêché en début de soirée.

LE travailleur était à l’embauche de Groupe TNT, le gros joueur dans le secteur génie-civil au Québec. Conglomérat consolidé d’années de restructuration d’un milieu à la réputation abimée.

C’est sur un chantier de TNT, aussi, qu’il y a environ un mois, le 20 août, un travailleur a fait une chute d’une dizaine de mètres sur le chantier de l’autoroute Bonaventure. Cette même journée un travailleur d’un sous-traitant de GTS dans l’autoroute Ville-Marie chutait dans un « shaft » de béton creux de 16 pieds. Les deux s’en sont tirés vivants. L’histoire ne dit pas la suite.

Ces travailleurs n’ont pas de noms. Le Journal de Montréal a publié l’accident de ce midi (14 septembre) dans les faits divers. Pourtant, ce soir, combien de milliers de travailleurs de la construction, leurs proches, le public, ont frissonné en songeant à ce qui s’est passé lorsque le travailleur « a pris le fond » avec ses bottes à cap pis ses outils. Y’est tombé comme de la scrap dans la chute à déchets. Y’est pas remonté.

Je suis en colère. Une colère sourde. Contre l’absurde d’une mort-panique qui paralyse. Les vies en suspens de ceux qui restent, et qui retourneront terminer l’ouvrage. Finir de chipper le béton magané de nos ponts fatigués. Pour patcher les artères qu’il y a entre la ville et ses dortoirs. Une job ou l’échéancier des contracteurs fait que les travaux doivent avancer plus vite. À n’importe quel prix, force est de constater.

JE suis en tabarnac. Contre l’ultime dépossession du temps volé par ces ouvrages meurtriers d’infrastructure industrielle. Le salarié qui échange son corps, sa vitalité pour être bouffé par le produit de son labeur. Y’a une révoltante obscénité à voir se mêler le fer, le ciment, la ripe et le sang. Tandis qu’on patche les viaducs, les ponts, les citadelles craqués de l’Amérique, le monde meurt. Il meurt d’accidents de chars, il meurt de pollution pis de stress. Il meurt à l’ouvrage. Il meurt de peur.

Ce qui est révoltant dans le fait que le décès arrive au travail est qu’il survient dans un moment où le travailleur ne s’appartient pas tout à fait. Cette mort n’est pas que la sienne. On l’a bel et bien fait mourir. Qu’une personne voit son destin contraint à servir la prospérité d’autrui pour survivre et qu’elle y perde ainsi la vie.

Non au travail qui tue ! crient les syndicats. Ceux-là mêmes qu’on accuse de ralentir la cadence, de faire des demandes irréalistes. Voulez-vous bien me dire dans quelle réalité vit-on pour que soit jugé réaliste l’engrenage génocidaire du capitalisme industriel ? « Vous êtes pas tannés de mourir bande de caves ! », disait le poète.

Demain matin le chantier de la réfection de l’estacade du pont Champlain sera fermé. Pour permettre à l’enquête de la CSST, du MTQ et de la sécurité publique de suivre son cours. On tentera de déterminer les causes de la mort-accident qui a fauché la vie d’un travailleur et éclaboussé bien du monde au passage. On va déterminer que la « botte qui écrase un visage d’homme, à jamais », de Orwell, avait les lacets mal attachés.

Pour ma part, c’est un maudit paquet de chantiers qui devraient être fermés demain. Parce que c’est un mort de trop. Parce que personne ne mérite ça. Parce qu’il faudrait se tanner que ce soit toujours les casques blancs qui tombent avec les profits, pis nous autres qui finissons en bas de l’échafaud. Parce qu’une attaque contre un c’est une attaque contre tous.

Non au travail qui tue !

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...