Édition du 6 décembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

La guerre en Ukraine - Les enjeux

De sang et d'encre

Les récents succès relatifs de l’armée ukrainienne dans la guerre contre la Russie enthousiasment les gouvernements occidentaux. Le dernier en date est l’encerclement par l’armée ukrainienne de la ville de Lyman, endroit stratégique dans la région du Donetsk et important noeud ferroviaire régional, encore tenue cependant par le corps expéditionnaire russe (mais pour combien de temps ?).

Ces victoires ukrainiennes sont survenues surtout dans l’est, le Donetsk et le Louhansk (globalement appelées le Donbass), tout juste annexées par Moscou, qui l’a aussi fait pour les régions du sud, toujours sous son entier contrôle celles-là, c’est-à-dire les zones de Zaporijjia et de Kherson.

Les classes politiques de l’Union européenne et de l’Amérique du Nord (États-Unis et Canada) se laissent peut-être aveugler par leur joie devant les reculs russes dans une partie de l’Ukraine, le secrétaire d’État américain Antony Blinken allant jusqu’à soutenir la candidature prochaine de l’Ukraine à l’OTAN quand son président Volodymyr Zelenski a annoncé son intention d’y adhérer. L’imprudence na manque pas une occasion de se manifester...

L’OTAN considère comme "illégitimes" les annexions russes de régions ukrainiennes et les référendums censés les entériner comme bidons.
De son côté, pour calmer un peu le jeu, Vladimir Poutine vient de déclarer qu’il ne voulait pas restaurer l’ancienne URSS en dépit de sa tentative de s’incruster en Ukraine.

Que penser de tout ce méli-mélo ?

En effet, la situation est plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord.
Les succès militaires ukrainiens sont réels mais pour le moment ils se limitent pour l’essentiel à l’est, les régions du Donetsk et du Louhansk, et encore n’est-on pas sûrs de l’étendue des territoires reconquis. Moscou occupe encore 20% de l’Ukraine, surtout le sud où il a concentré l’essentiel de son armée. Reprendre le cette partie du pays ne sera pas une mince tâche pour Zelensky. Moscou y tient toujours les importantes villes de Zaporijjia et de Kherson ; Poutine ne lâchera pas le morceau facilement.

On sait (ou on devrait savoir) que dans l’est de l’Ukraine, deux régions à majorité russophone, le Donetsk et le Louhansk ont proclamé début 2014 deux républiques sécessionnistes par l’intermédiaire de la "Milice populaire du Donbass". Ces républiques se sont unies en mai de cette année-là en une "Union des républiques populaires", en rupture avec Kiev, ce qui a provoqué une guerre civile avec les forces loyalistes ukrainiennes régionales et l’armée ukrainienne elle-même, forcée d’intervenir pour sauvegarder l’intégrité territoriale du pays.

Ces entités politiques furent soutenues en sous-main par Moscou. La guérilla contre le corps expéditionnaire ukrainien a duré de 2014 à 2022. L’Union européenne et les États-Unis soupçonnaient avec raison Poutine de vouloir "satelliser" ces républiques avant de les annexer, ce qui vient d’être fait.

On peut difficilement mesurer l’ampleur de l’appui populaire à ces républiques puisqu’aucun référendum ni scrutin n’ont été tenu avant leur proclamation. Mais le fait que le mouvement de guérilla anti-ukrainien a persisté pendant huit ans semble démontrer un certain soutien populaire à leur endroit.

Même si Kiev parvenait à compléter sa reconquête de toute cette région, le problème du Donbass ne serait pas réglé. Il risque même de rebondir après une période de latence si Zelensky ne lui consent pas une autonomie prononcée.
Donc, la guerre russo-ukrainienne peut durer encore des semaines, sinon des mois. Même la mainmise totale de Kiev sur son territoire ne garantirait pas pour autant sa stabilité politique.
Beaucoup de sang et d’encre sont hélas susceptibles de couler encore et encore...

Jean-François Delisle

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : La guerre en Ukraine - Les enjeux

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...