Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Grande-Bretagne

Déclaration sur la hausse du coût de la vie : la crise ne fait que commencer

Les gens sont déjà forcés de faire des choix difficiles pour mettre de la nourriture sur la table ou se préparer maintenant à des augmentations massives de la facture d’énergie. Ce gouvernement conservateur sans chef s’est assis sur ses mains, par idées, embarrassé. Le pays en a assez. Nous devons agir maintenant ! Un résistance anticapitaliste déclaration sur la hausse du coût de la vie.

27 août 2022 | tiré d’Anticapitalist Resistance
https://anticapitalistresistance.org/the-crisis-is-only-just-beginning/

La crise du coût de la vie définira la politique pour les années à venir. Les prix montent en flèche sur les produits essentiels comme la nourriture et l’énergie sans fin en vue. La malnutrition se répand. Dans le monde du travail, la pauvreté s’aggrave. Les banques alimentaires prolifèrent partout au pays. Après une décennie de stagnation des salaires, les travailleurs sont plongés dans une crise encore plus profonde avec moins de ressources. Il s’agit de la plus forte baisse du niveau de vie au cours d’un seul exercice financier depuis le début des enregistrements de l’Office for National Statistics (ONS) en 1956-57.

En prévision de notre résistance à cela, les droits démocratiques ont été restreints et les syndicats ont été encore plus enchaînés par le gouvernement conservateur. Cela augmente encore les enjeux. Ce qui se passera dans les mois et les années à venir donnera le ton à de nouvelles résistances et luttes anticapitalistes à l’avenir.

Il s’agit de la plus forte baisse du niveau de vie au cours d’un seul exercice financier depuis le début des enregistrements de l’Office for National Statistics (ONS) en 1956-57.

Aujourd’hui, les entreprises se vantent de profits records, mais affirment qu’elles ne peuvent pas se permettre d’augmenter correctement les salaires.

Malgré ces énormes profits dans certains secteurs, l’économie elle-même est au point mort, avec une récession mondiale potentielle à l’horizon. Le cauchemar de la stagflation – une économie stagnante avec des prix en hausse – se profile.

Mais nous ripostons. Les conservateurs n’ont pas le soutien de la population. Une majorité en Grande-Bretagne veut la renationalisation de l’eau, l’imposition progressive des riches, etc. Des organisations et des coalitions sont en cours de lancement. Des manifestations ont été organisées et des grèves nationales jamais vues depuis les années 1980 ont lieu.

De plus en plus de syndicats sont forcés de prendre position – des dirigeants syndicaux comme Mick Lynch sont devenus des noms familiers représentant une lutte de classe. La résistance porte sur les salaires, mais aussi sur les prix à la consommation – des campagnes de non-paiement sont lancées et les médias libéraux sont jetés dans une spirale infernale à ce sujet. La réponse des « économistes responsables » est de supplier les travailleurs de ne pas se battre pour des salaires plus élevés au cas où cela déclencherait une spirale inflationniste et aggraverait la crise. Nous rejetons totalement cet argument, nous ne devrions pas être ceux qui sacrifient nos vies et notre niveau de vie pour maintenir le capitalisme en tant que système.

Le parti conservateur est en pleine mutation, blessé par l’éviction de Boris Johnson, mais maintenant avec une course à la direction caractérisée par un nivellement par le bas par les deux candidats à la direction. Ils ont peu de détails à dire sur la crise du coût de la vie, leur foi dans le marché libre pour se redresser, en fin de compte, n’est pas simplement naïve ; cela s’avérera carrément fatal pour beaucoup.

Certains dis-le montrent qu’ils sont scandaleusement déconnectés. Peut-être. Mais ils croient aussi à leurs propres mensonges sur les réductions d’impôts. L’économie du ruissellement – démystifiée, ridiculisée hors de l’arène , est devenue l’orthodoxie standard pour une droite conservatrice dépourvue de toute idée politique au-delà de l’autoritarisme et des guerres culturelles.

L’économie du ruissellement – démystifiée, ridiculisée hors de l’arène , est devenue l’orthodoxie standard pour une droite conservatrice dépourvue de toute idée politique au-delà de l’autoritarisme et des guerres culturelles.

Pendant ce temps, les travaillistes traînent, souvent débordés à leur gauche par les Lib Dems qui sont beaucoup plus audacieux dans les appels à l’action contre les PDG des entreprises de l’eau et de l’énergie. La réponse des travaillistes a oscillé entre le vide et une complaisance dangereuse. Le silence rappelle le « Je ne tiens rien de plein de rien, rien n’est avec toi ». Lorsque Starmer propose enfin une politique sur les factures d’énergie, elle est si douce et inintéressante qu’elle n’aidera presque personne. Leurs échecs manifestes rappellent leur non-opposition à la Poll Tax dans les années 1980.

La crise des prix de l’énergie est particulièrement aiguë. Cela représentera un transfert de milliards des salaires des travailleurs vers les sociétés d’énergie monopolistiques. L’alternative proposée est de donner des milliards aux compagnies d’énergie pour subventionner leurs bénéfices – de toute façon, les compagnies d’énergie sont protégées et leurs actionnaires sont heureux.

Et la crise du coût de la vie recoupe la crise environnementale. Nous entrons dans un capitalisme tardif de plus en plus défini par la dégradation de l’environnement – 200 ans de capitalisme se sont avérés être trop pour la Terre et non le choix brutal entre aller au-delà du capitalisme vers un système socio-économique plus harmonieux qui est en équilibre avec les besoins des gens et de la planète ou se précipiter vers le désastre sous le culte de la mort capitaliste.

L’inflation est également en partie tirée par le changement climatique, c’est pourquoi il est peu probable qu’elle disparaisse dans quelques années. On nous présente ce qu’Andrew Sayer appelle une crise diabolique, vous ne pouvez pas améliorer une chose sans aggraver un autre problème. Comment lutter contre la crise de la vie sans exacerber la crise environnementale ? Le Labour ignore cette contradiction, il se précipite pour embrasser la crise diabolique. Ils soutiennent que la croissance économique est la seule réponse à un moment où beaucoup remettent en question le mantra de la croissance comme seule solution. Ceux qui cherchent des solutions des années 1970 dans les années 2020 sont condamnés à creuser leurs propres tombes.

L’objectif socialiste est de soutenir les grèves, d’aider à construire des mouvements sociaux de masse et de proposer des revendications audacieuses qui passent de la défensive à l’offensive. En tant que tel, nous approuvons et soutenons activement les politiques suivantes

• Le salaire vital immédiat et toutes les prestations de l’État à augmenter pour aider la classe ouvrière à faire face à la hausse des prix de la nourriture et des biens de consommation nécessaires, des loyers et des prix de l’énergie.
• Le contrôle des prix des biens de consommation, y compris les aliments, est fixé par les travailleurs et les comités de consommation.
• Contrôle des loyers maintenant ! Plafonnez les prix des loyers et indexez-les aux niveaux de loyers sociaux.
• Réintroduire le plafonnement des factures d’énergie au niveau d’avril 2022.
• La fin des prix plus élevés pour ceux qui utilisent des compteurs à prépaiement
• Amener les entreprises d’énergie, d’eau et de transport à la propriété publique et les orienter rapidement vers des sources d’énergie renouvelables

• Un impôt progressif sur la fortune des particuliers et une augmentation significative de l’impôt sur les sociétés. Les entreprises qui n’ont pas les moyens de payer des salaires conformes à l’inflation devraient être nationalisées et placées sous le contrôle des travailleurs.
• Rejeter et résister aux attaques contre nos libertés civiles, le droit de manifester et les tentatives d’enchaîner nos syndicats – lutter pour une charte des droits démocratiques et des droits des travailleurs
• Pour que les assemblées démocratiques des mouvements sociaux, des organisations socialistes et des syndicats coordonnent notre riposte.

Nous soutenons activement les protestations et manifestations de masse, les campagnes d’action directe et toutes les grèves des travailleurs autour des salaires. Nous soutenons toute personne prenant des mesures, y compris le non-paiement des factures d’énergie. Nous avons besoin de solidarité collective et de transformer notre crise sociale en crise politique pour le Parti conservateur et les patrons.

Projet de motion

1. Cette [section syndicale/CLP/travailliste, etc.] accepte de contacter les syndicats locaux, les organisations de campagne et les organisations progressistes pour établir une assemblée/campagne locale sur le coût de la vie

2. Nous appuyons et appuyons les demandes et initiatives suivantes :

• Les salaires immédiats et les prestations de l’État augmentent pour battre l’inflation
• Le contrôle des prix des biens de consommation, y compris les aliments, sera fixé par les travailleurs et les comités de consommation.
• Contrôle des loyers maintenant ! Plafonnez les prix des loyers et indexez-les aux niveaux de loyers sociaux.
• Réintroduire le plafonnement des factures d’énergie au niveau d’avril 2022.
• La fin des prix plus élevés pour ceux qui utilisent des compteurs à prépaiement
• Amener les entreprises d’énergie, d’eau et de transport à la propriété publique et les orienter rapidement vers des sources d’énergie renouvelables
• Un impôt progressif sur la fortune des particuliers et une augmentation significative de l’impôt sur les sociétés. Les entreprises qui n’ont pas les moyens de payer des salaires conformes à l’inflation devraient être nationalisées et placées sous le contrôle des travailleurs.
• Rejeter et résister aux attaques contre nos libertés civiles, le droit de manifester et les tentatives d’enchaîner nos syndicats – lutter pour une charte des droits démocratiques et des droits des travailleurs
• Pour que les assemblées démocratiques des mouvements sociaux, des organisations socialistes et des syndicats coordonnent notre riposte.

3. Nous soutenons activement les protestations et manifestations de masse, les campagnes d’action directe et toutes les grèves des travailleurs pour des salaires plus élevés et contre les coupes. Nous soutenons toute personne prenant des mesures, y compris le non-paiement des factures d’énergie. Nous avons besoin de solidarité collective et de transformer notre crise sociale en crise politique pour le Parti conservateur et les patrons.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...