Édition du 19 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Depuis trois ans, François Legault réduit le Québec à sa personne

Je suis habitué de me faire traiter de tous les noms. En 2012, quand je me battais pour le droit à l’éducation, certains sont allés très loin pour me discréditer. Mais avant cette semaine, jamais on ne m’avait accusé d’être contre le Québec. En y repensant, je me dis que cette attaque en dit plus sur celui qui l’a formulé que sur moi.

Tiré de la page Facebook de l’auteur.

La vision de François Legault se résume en une phrase : le Québec, c’est moi. Enivré par les sondages, grisé par la place énorme qu’il occupe dans les téléviseurs depuis le début de la pandémie, il s’est octroyé le droit de décréter quelles sont les valeurs québécoises et, par la bande, qui est Québécois et qui ne l’est pas. Depuis trois ans, François Legault réduit le Québec à sa personne et cela lui permet de discréditer ses adversaires : si vous ne pensez pas comme lui, vous êtes un ennemi de la nation.
François Legault déploie cette stratégie depuis le jour de son élection, mais elle a atteint un sommet cette semaine : il s’est autoproclamé père d’une nation en guerre contre ce qu’il appelle les « wokes ». De toute évidence, à force de se répéter, il s’est mis à y croire, comme un magicien qui tombe sous le charme de sa propre illusion.

Or, il y a un danger avec les illusions. Dès que quelqu’un explique le tour de magie, tout le monde cesse d’y croire. C’est ce qui s’est produit cette semaine. François Legault est apparu pour ce qu’il est : un politicien conservateur qui vit dans sa bulle.
La nation québécoise est plus grande que François Legault. Elle est assez grande pour tout le monde.

Au Québec, il y des gens qui sont pour la loi 21. J’en connais plusieurs, ce sont des gens que j’aime et que je respecte, avec qui je partage d’autres projets. Ce sont des Québécois et des Québécoises à part entière.

Il y a aussi des gens qui sont contre la loi 21. (J’en fais partie.) Ce ne sont ni des « wokes », ni des ennemis de la nation. Ce sont des Québécois et des Québécoises à part entière, qui ont une vision différente de la laïcité que celle de François Legault.

Il y a surtout des millions de gens qui, peu importe leur opinion de la loi 21, sont préoccupés par l’urgence climatique, la qualité de l’école publique, le traitement des infirmières, la crise du logement et la pénurie de places en CPE.

Ces gens sont en train de se rendre compte que François Legault ne défend au fond pas grand-chose.

Le grand Michel Chartrand soulignait, avec son langage coloré et parfois exagéré, la différence entre la vraie libération nationale et le nationalisme des conservateurs, qui « veulent sauver la langue et laisser crever ceux qui la parlent ». S’il était encore vivant, il nous mettrait sans doute en garde contre ce premier ministre, qui s’autoproclame sauveur de la nation mais laisse s’épuiser les infirmières, les enseignantes et les éducatrices.

François Legault et moi sommes bien différents. Je suis de ceux pour qui défendre la nation, c’est défendre les gens.

Défendre la nation, c’est sauver l’éducation. Défendre la nation, c’est soigner les soignantes. Défendre la nation, c’est défendre le français. Défendre la nation, c’est soutenir la culture et ses artisans. Défendre la nation, c’est lutter contre le racisme. Défendre la nation, c’est protéger le territoire. Défendre la nation, c’est renouer avec les Premières nations qui le partagent.

Je suis de ceux pour qui défendre la nation, c’est la faire avancer, pas l’enfermer dans le passé. Je suis de ceux pour qui défendre la nation, c’est ouvrir les bras et construire un pays, pas les baisser et se contenter du statu quo.

Ne laissez jamais quelqu’un vous dire que vous n’êtes pas Québécois. Que vous soyez nés ici ou nés ailleurs, que vous votiez bleu, orange ou rouge, que vous soyez indépendantiste ou non, le Québec est votre nation. Ne laissez jamais un politicien, aussi populaire soit-il dans les sondages, vous dire que vous n’en faites pas partie. Personne n’a le droit de faire ça.

Je le répète et je vous invite à passer le mot. Nous sommes des millions à ne pas nous reconnaître dans ce gouvernement et à réclamer une autre vision pour le Québec. L’avenir de la nation n’appartient pas à François Legault : elle vous appartient.

Je ne sais pas pour vous, mais ça me donne beaucoup de confiance pour la suite.

Bon dimanche tout le monde. À nous demain.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...