Édition du 12 novembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Gaz de schiste

Commission d’enquête parallèle sur les gaz de schiste

Des citoyens déposent leur rapport

C’est avec plaisir que le Bureau parallèle d’audiences publiques sur l’environnement, composé de citoyens québécois concernés par la possibilité de voir le Québec soumis à l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste, rend public son rapport. Au terme de ses travaux, la Commission d’enquête parallèle conclut que les activités proposées par l’industrie ne respectent pas les principes du développement durable tels qu’énoncés dans la Loi québécoise sur le développement durable, ne répondent pas à la question sur la justification énergétique de cette filière au Québec et vont même à l’encontre des orientations énergétiques annoncées par le Québec.

De plus la Commission juge que cette industrie, si elle était autorisée à poursuivre ses activités d’exploration et éventuellement d’exploitation, agirait potentiellement contre les intérêts économiques des Québécois et retarderait, sinon rendrait inatteignables, les objectifs que le Québec s’est donnés en matière de lutte aux changements climatiques. Sans oublier que cette éventuelle production de gaz de schiste constituerait une source nouvelle et importante de pollution de l’air, de l’eau et des sols. Plus grave encore, cela se ferait contre la volonté clairement exprimée en cours d’audiences comme en dehors par une majorité de citoyens et de corps publics.

Rappelons que de nombreuses organisations sont en faveur d’un moratoire, aux dernières nouvelles et pour ne nommer qu’elles : la CSN, CSQ, FTQ, la Ligue des droits et libertés, le Regroupement pour la responsabilité sociale des entreprises, le Réseau des ingénieurs du Québec, Eau secours !, Nature Québec, la municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu, les municipalités régionales de comté (MRC) de la Vallée-du-Richelieu, de Pierre-de-Saurel, de Bécancour, du Haut-Richelieu, du Haut-Saint-Laurent, de Saint-Jude, des Maskoutains, les élus de Saint-Mathias, Greenpeace Québec, l’Union Paysanne, l’Union des consommateurs, Mobilisation Gaz de Schiste, les Amis du Richelieu, le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ), les Conseils régionaux de l’environnement de la Montérégie, du Centre du Québec et de Chaudière Appalaches, Équiterre, Québec Solidaire, le Parti Québécois… Entre autres, demandent un moratoire sur l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste.

« Nous avons senti le besoin d’entreprendre cet exigeant exercice d’analyse critique », explique Denis L’Homme, « parce que le mandat donné au BAPE partait de deux prémisses rendant l’exploitation des gaz de schiste automatiquement accordée : a) le gaz de schiste SERA exploité, et b) le faire dans une optique de développement durable est d’emblée possible. Son mandat était donc non neutre et éludait de plus la question de la pertinence de cette filière énergétique dans le contexte énergétique québécois. »

Pour réaliser ce rapport, « il nous a donc fallu lire les 200 mémoires des intervenants de même que la documentation de plus en plus abondante sur les impacts de cette industrie sur la santé, la pollution de l’air et de l’eau et la qualité de vie, entre autres, pour produire ce rapport dont nous ne sommes pas peu fiers. Les auteurs, qui ne prétendent pas à la neutralité, ont fait preuve d’une très grande rigueur et ont questionné les deux prémisses du mandat du BAPE afin de faire une analyse réellement globale de cette filière malgré des moyens modestes », poursuit Denis L’Homme.

La Commission parallèle ne croit pas approprié dans l’état actuel des connaissances de proposer un cadre de développement de l’exploration et de l’exploitation des gaz de schiste, le bien-fondé de l’existence de l’industrie devant être d’abord établi. Elle propose cependant une refonte complète du cadre légal et réglementaire et propose des orientations pour ce faire.

Au final, la Commission parallèle enjoint donc le gouvernement de décréter un moratoire immédiat sur toutes les activités de cette industrie et d’entreprendre une évaluation globale des tenants et aboutissants de cette filière énergétique en y appliquant tous les principes de sa Loi sur le développement durable.

AQLPA

NOTRE MISSION

L‘AQLPA est un regroupement indépendant de personnes physiques et morales travaillant activement à améliorer la qualité de l’atmosphère au Québec. Nous avons pour objectif principal de favoriser la mise en place de solutions concrètes et adaptées à la réalité des besoins des parties prenantes, par l’acquisition de connaissances, l’éducation et la sensibilisation.

Afin de réaliser sa mission, l’AQLPA :

Assure une veille stratégique sur les questions liées à la qualité de l’air, les changements climatiques et les polluants atmosphériques ;
Sensibilise et informe les intervenants du milieu face aux méfaits de ce type de pollution : citoyens, groupes, organismes, industries, commerces et gouvernements ;

Fait la promotion d’idées, de stratégies et de recommandations visant la réduction des polluants ;

Mobilise les intervenants du milieu autour de projets communs et rassembleurs favorisant ainsi une concertation et des échanges constructifs ;

Représente et fait connaître les intérêts, les choix, les préoccupations ou encore les positions des intervenants du milieu auprès des décideurs ;

Collabore à des accords communs ;

Participe activement à tout mandat confié par les différents paliers de gouvernements ;

Élabore un centre de documentation et offre un service de conférences.

NOS VALEURS

Solidarité

Derrière toute décision, il y a des gens ;

Chaque geste, chaque action posée a des impacts sur des milliers d’êtres humains : des voisins, des amis, nos enfants ;

Contribuer à leur bien-être, c’est aussi contribuer au nôtre.

Intégrité

La cohérence entre ce qui est affirmé et ce qui est fait.

Responsabilité

Faire primer le principe de précaution dans certaines circonstances ;

Nécessité dans tous les cas d’agir et de ne plus reporter à demain et/ou balayer aux générations futures.

NOTRE VISION

L’AQLPA est déterminée à demeurer une référence citoyenne incontournable au Québec, en matière d’actions et de solutions, quant aux enjeux liés à la pollution atmosphérique.

L’humain est au cœur de tous les enjeux que nous défendons. La santé est au premier plan.

La pérennité des ressources pour les générations futures doit être défendue.

L’écologie stimule l’économie : protéger l’environnement crée des emplois.

Sur le même thème : Gaz de schiste

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...