Édition du 21 décembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Mouvements sociaux

Italie

Des milliers de manifestants attendus à Rome pour dire "non" à Berlusconi

Ce deuxième No Berlusconi Day est la suite naturelle de la manifestation du 5 décembre 2009", dix mois plus tôt, qui avait rassemblé plus d’un demi-million de personnes.

Des dizaines de milliers de personnes sont attendues samedi après-midi au coeur de Rome pour manifester contre le chef du gouvernement Silvio Berlusconi, deuxième édition du "No Berlusconi Day" à l’appel d’un groupement civique sans étiquette politique, le Peuple Violet.

Les manifestants, acheminés des quatre coins de l’Italie sur une centaine de cars et deux bateaux en provenance de Sardaigne, doivent se rassembler à 12H00 GMT sur la place de la République, à deux pas de la gare centrale de Termini, d’où doit partir un cortège en direction de la place Saint-Jean-de-Latran.

Mot d’ordre du jour, adressé bien évidemment au chef du gouvernement : "Licenziamolo" ("Renvoyons-le"). Berlusconi, fragilisé par les divisions au sein de sa majorité, a toutefois remporté mercredi un vote de confiance au parlement, éloignant la perspective d’élections anticipées.

Autres revendications dominant le cortège et énoncées sur le blog du mouvement (http://noberlusconiday2.wordpress.com/) : une loi sur le conflit d’intérêt pour mettre fin à l’emprise de Berlusconi sur l’information à travers son empire médiatique, une nouvelle loi électorale et enfin des élections anticipées.
L’objectif est de "faire pression sur notre parlement pour qu’il affronte les vrais problèmes du pays et non ceux liés aux intérêts personnels du président du Conseil", a expliqué lors d’un point de presse Adele Palazzo, membre du Peuple Violet.

"Ce deuxième No Berlusconi Day est la suite naturelle de la manifestation du 5 décembre 2009", dix mois plus tôt, qui avait rassemblé plus d’un demi-million de personnes, a-t-elle ajouté.

Le Peuple Violet, né sur le web, se veut un groupement citoyen représentant la société civile au-delà des appartenance politiques, même si dans les faits la plupart de ses soutiens proviennent de la gauche de l’échiquier politique.
Parmi les participants à la manifestation de samedi figurent ainsi le principal syndicat italien, la CGIL, marquée à gauche et qui revendique cinq millions d’adhérents, et des ténors du Parti démocrate (PD, gauche, principal parti d’opposition) comme sa présidente Rosy Bindi.

Le mouvement bénéficie aussi de l’appui de l’Italie des Valeurs, le parti d’opposition à Berlusconi créé par le juge anti-corruption Antonio Di Pietro, qui a financé le podium installé à Saint-Jean-de-Latran, tandis que les cars convoyant les manifestants ont été payés par la Fédération de la Gauche.

Parallèlement au cortège qui traversera le centre de Rome, une grande "kermesse" musicale animera dès 12H00 GMT et jusqu’en fin d’après-midi la place Saint-Jean-de-Latran, lieu traditionnel des grands rassemblements politiques de la capitale, avec une trentaine de groupes qui se succéderont sur la tribune.
Interviendront également à cette tribune des juristes, des journalistes et des membres de la société civile mais aucun membre de la classe politique, selon la règle du Peuple Violet, qui organise régulièrement des manifestations devant le Parlement pour protester contre tel ou tel projet de loi.

Parmi les politiques attendus dans le cortège figurent Antonio Di Pietro et des ténors du PD comme le président de la région des Pouilles Nichi Vendola et le sénateur Ignazio Marino. Seront aussi présentes les directrices de deux quotidiens de gauche, Concita De Gregorio pour L’Unità et Norma Rangeri pour Il Manifesto.

Sur le même thème : Mouvements sociaux

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...