Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Logement

Deuxième journée de la semaine d'occupation de terrains et de bâtiments organisée par le FRAPRU

MONTRÉAL, le 9 mai 2016 - Alors que des membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) poursuivent l’occupation, amorcée hier, d’un terrain situé en bordure du Canal Lachine, au pied de l’ancienne usine Canada Malting, dans le Sud-Ouest de Montréal, d’autres actions auront lieu aujourd’hui à Longueuil, Québec et Rimouski.

À Longueuil, des locataires de la Rive-Sud occuperont un site qui pourrait servir à des fins de logement social. L’action se déroulera à partir de 11 heures. À Québec, une action de visibilité est organisée à 10 heures dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, tandis qu’une marche aura lieu à 16h30 dans le quartier Saint-Sauveur pour faire le tour de sites qui pourraient accueillir des projets de logements sociaux. Un terrain municipal doit aussi être occupé, à partir de 10 heures, à Rimouski.

Toutes ces actions visent à démontrer que ce ne sont pas les lieux qui manquent pour réaliser de nouveaux logements sociaux, mais que ce sont les investissements gouvernementaux qui font cruellement défaut. À peine 1500 nouveaux logements sociaux ont été annoncés pout toute la province dans le dernier budget du gouvernement québécois et il n’est même pas encore assuré que les investissements additionnels consentis dans le budget fédéral du 22 mars seront utilisés par Québec pour accroître ce nombre.

Le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant espère par ailleurs que la stratégie canadienne sur le logement sur laquelle le gouvernement de Justin Trudeau entend consulter tout au long de l’année comprenne des investissements massifs en logement social. « Le logement est un droit, mais pour que ce droit devienne une réalité pour toutes et tous, il faut que tout les paliers de gouvernement y consacrent les ressources nécessaires », affirme-t-il.

Le FRAPRU rappelle que, selon les données de la SCHL, 270 000 ménages locataires ont des besoins impérieux de logement au Québec et sont de ce fait théoriquement admissibles à un logement social subventionné. Certains ménages vivent des situations encore plus extrêmes. À Longueuil, 8500 ménages locataires engloutissent mois après mois plus de la moitié de leur revenu uniquement pour ce loger. Ce nombre est de 18 500 à Québec, 4500 dans les quartiers du Sud-Ouest de Montréal et 1150 à Rimouski.

L’organisme revendique le financement de 50 000 nouveaux logements sociaux en cinq ans, ce qui passe notamment par le renouvellement et la bonification de l’actuel programme provincial de logement social, AccèsLogis.

Sur le même thème : Logement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...