Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé

Dispensaire de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs - Le gouvernement doit permettre aux infirmières de pouvoir soigner correctement la population de l'île (FIQ)

RIVIÈRE-DU-LOUP, QC, le 23 juill. 2014 - Le 2e vice-président de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec - FIQ, Daniel Gilbert, la présidente du Syndicat des Professionnelles en soins de Québec (SPSQ), Julie Ouellet, et la présidente locale du syndicat, Édith Samson, ont interpellé aujourd’hui le gouvernement pour qu’il rende obligatoires les ordonnances collectives pour les infirmières du dispensaire de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.

Les ordonnances collectives permettent d’améliorer l’accessibilité des services de santé et de maximiser l’utilisation des compétences des professionnelles en soins. Les professionnelles peuvent notamment procéder à des tests diagnostiques, administrer et ajuster des médicaments, effectuer des traitements médicaux et initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques sans attendre une ordonnance individuelle.

« Il y a maintenant 12 ans que la loi qui permet les ordonnances collectives a été adoptée, mais la résistance dans le milieu est telle qu’elles sont à peu près inexistantes dans plusieurs établissements de santé au Québec. Il est grand temps que le gouvernement mette fin à cette situation absurde et s’assure du respect de sa propre loi. Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est un cas frappant où des ordonnances collectives seraient plus que bénéfiques pour assurer des soins sécuritaires et de qualité. Vous avez ici un député, Jean D’Amour, qui siège au conseil des ministres, je lui demande de parler à ses collègues ministres pour que le gouvernement fasse respecter la loi », a déclaré Daniel Gilbert.

« Au dispensaire de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, nous avons un infirmier et une infirmière qui se dévouent dans des conditions pas toujours faciles pour offrir des soins sécuritaires et de qualité pour les résidents et les visiteurs de l’île. Malheureusement, le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) refuse toujours d’autoriser des ordonnances collectives qui leur permettraient de traiter une série d’urgences mineures », a ajouté Julie Ouellet. 

« En 2006, nos deux infirmiers ont demandé des ordonnances collectives pour traiter une série de maux de santé comme par exemple une otite, une amygdalite, une pharyngite, une conjonctivite ou des morsures, mais ils n’ont jamais eu de réponse. Cette situation doit cesser et, à défaut d’une réponse positive du CMDP, c’est au gouvernement d’agir pour le bien de la population et des visiteurs de l’île », a poursuivi Édith Samson.

Une solution aux coupes en santé, à l’austérité et pour de meilleurs services de première ligne


« À la FIQ, nous sommes en mode solutions. Ce que nous souhaitons, c’est que les Québécoises et les Québécois en aient pour leur argent. Ce que nous voulons, c’est que les professionnelles en soins puissent pleinement exercer leurs champs de pratiques. Ce que nous proposons, comme nous l’avons fait en créant les cliniques de proximité, ce sont des gestes concrets pour l’amélioration des services de première ligne et les ordonnances collectives contribuent à cela », a déclaré le 2e vice-président de la FIQ. 

« Le déploiement d’ordonnances collectives permettrait au gouvernement d’économiser beaucoup d’argent. Un plus grand nombre d’actes médicaux et de prescriptions réalisés par des professionnelles en soins, c’est autant d’actes médicaux qui ne seraient pas facturés par les médecins. Au lieu d’effectuer des coupes dans les services à la population et plonger le Québec en entier dans l’austérité, j’invite le gouvernement à faire preuve de leadership en rendant obligatoires les ordonnances collectives. Le gouvernement aime nous parler d’optimisation, en voici un bel exemple. Ils se sont traînés les pieds pendant une dizaine d’années, nous leur offrons aujourd’hui l’occasion de se racheter », a conclu Daniel Gilbert.

Sur le même thème : Santé

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...