Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Équateur - Les rues s’illuminent à nouveau

L’Équateur connaît à nouveau une mobilisation sociale anti-gouvernementale menée par le mouvement indigène.

Inprecor no 697-698 mai-juillet 2022

Par Anahí Macaroff

La réaction du gouvernement, qui a eu recours à la répression, a étendu à plusieurs secteurs les manifestations, qui ont déjà fait deux morts. L’appel à la grève et à la mobilisation lancé par la Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (CONAIE) le 13 juin est la première protestation majeure à laquelle est confronté le président Guillermo Lasso depuis son arrivée au pouvoir en 2021. L’escalade de la protestation est due en grande partie aux actions du gouvernement lui-même, qui ont suscité un fort rejet et amené divers secteurs à participer à la grève. Le gouvernement a dénoncé l’existence d’une tentative de déstabilisation du pays. Les forces armées ont même évoqué des liens entre les gangs de la drogue et les manifestations. Les organisations sociales, quant à elles, affirment que ce sont les actions répressives elles-mêmes qui ébranlent les institutions démocratiques.

Les clés pour comprendre la mobilisation et le mécontentement social

Depuis juin 2021, la Conaie a dialogué à plusieurs reprises avec le gouvernement et a présenté une série de propositions qui n’ont pas été acceptées, raison pour laquelle l’organisation indigène a mis fin au dialogue en novembre de la même année. Depuis lors, les tensions se sont intensifiées jusqu’à l’appel actuel à une grève nationale pour exiger la satisfaction de dix revendications fondamentales. Il s’agit notamment de la suspension de l’augmentation des prix du carburant, de la renégociation des dettes des clients du système financier national, de la régulation des prix des produits agricoles, de l’abrogation des décrets 95 et 151 qui favorisent l’augmentation de l’exploitation pétrolière et minière, du respect de la consultation préalable, libre et en connaissance de cause pour initier des projets d’extraction dans les territoires communautaires et indigènes, et enfin, de la régulation des prix des produits de première nécessité.

Le gouvernement prétend qu’il n’y a pas de raisons de protester, mais ce n’est pas la perception qu’en ont les différents secteurs de la société. La crise sociale et économique, exacerbée par la pandémie de covid-19, a mis en évidence le manque de politiques publiques du gouvernement de centre-droit de Lasso, un politicien et banquier qui a remporté l’année dernière la victoire sur le candidat de Correa, Andrés Arauz, au second tour des élections, mais qui a dû gouverner avec une majorité d’opposition au Congrès et une opposition latente dans les rues.

Lasso a donné la priorité à la sauvegarde des intérêts des grandes entreprises et des banques, creusant encore davantage le fossé des inégalités. En fait, la crise du pays combine les facteurs les plus divers.

L’inflation et la hausse permanente des prix font que près de 70 % de la population a du mal à remplir le panier alimentaire de base. Le secteur agricole, déjà durement touché, notamment les petits producteurs, souffre encore plus des effets du conflit entre la Russie et l’Ukraine. À cela s’ajoutent le manque de médicaments et la crise du système de santé, ainsi que l’augmentation du taux de chômage et les taux élevés d’emplois inadéquats, qui concernent 62,6 % de la population active – en particulier les femmes, les jeunes, les peuples et nationalités autochtones et les afrodescendant∙es. À ce panorama, il faut ajouter la réduction du budget des universités et le non-respect de la promesse de campagne d’une admission sans restriction dans les universités, en plus de la puissante vague de violence avec des actes d’assassinats commandités – dans lesquels des membres actifs des forces de police ont été impliqués – et la crise carcérale, avec l’assassinat de dizaines de détenus. Le veto présidentiel à la loi et la décision de la Cour constitutionnelle d’autoriser l’avortement en cas de viol sont, enfin, la cerise sur le gâteau de ce cocktail explosif. Face à cette situation, l’augmentation des protestations est devenue évidente. Les actions du gouvernement et des forces répressives dans le contexte de la grève nationale n’ont fait que réchauffer la situation.

La carotte et le bâton, des mesures qui dopent la grève

Bien que l’appel à la grève soit principalement centré sur le mouvement indigène, les étudiants, les organisations de femmes et les dissidents font partie des mobilisations depuis le début. Ces derniers, en effet, ont réussi à inclure leurs voix et une présence permanente dans les conférences de presse données chaque soir par les dirigeants. Cependant, contrairement à ce qui s’est passé en 2019, à l’occasion des fortes protestations contre le gouvernement de Lenín Moreno, les organisations de travailleurs n’ont pas immédiatement rejoint la grève et ont appelé à une mobilisation le 22 juin.

Au deuxième jour de la grève, Leónidas Iza, président de la Conaie, a été arrêté pour avoir interrompu les services publics. Pour les acteurs sociaux mobilisés, cette action représente une persécution politique évidente et l’accomplissement de la menace proférée il y a quelques mois par le Président de la République lui-même lorsqu’il a déclaré que « Leónidas Iza finira avec ses os en prison ». Cette arrestation a déclenché une vague de désapprobation en raison de ses multiples irrégularités et a enflammé les esprits, entraînant dans la mobilisation davantage d’organisations et d’habitants des quartiers populaires.

Au troisième jour de la grève, dans la ville de Cuenca, la troisième du pays, plusieurs affrontements ont été signalés entre les étudiants de l’université et la police, qui a violé l’autonomie des universités en lançant des gaz lacrymogènes à l’intérieur de l’établissement, comme cela s’était produit en 2019 à l’Université catholique de Quito. C’est cette même action répressive qui a poussé l’ensemble de la communauté universitaire, dirigée par le recteur María Augusta Hermida, à rejoindre la grève et à se mobiliser pacifiquement le lendemain. Des scènes similaires se sont déroulées les huitième et neuvième jours de la grève, lorsque les forces de sécurité ont réprimé aux alentours de l’université salésienne, l’une des deux universités qui, avec l’université centrale, ont décidé d’ouvrir leurs portes comme centres d’accueil humanitaire. La même chose s’est produite à l’Université catholique, qui a été pénétrée par une escouade anti-émeute en violation de son autonomie.

Le quatrième jour, dans une tentative de calmer les esprits, le gouvernement a annoncé la publication du décret exécutif 452 et la signature de l’accord ministériel 0069, par lequel il répondait partiellement à deux des demandes de la CONAIE. Avec ce décret, le gouvernement s’est engagé à intensifier les interventions et les opérations de contrôle des prix des produits de première nécessité et à sanctionner ceux qui ne paient pas équitablement les producteurs de bananes.

Le cinquième jour de grève a été marqué par de violents affrontements dans la province de Chimborazo qui se sont soldés, selon la Confédération du mouvement indigène de Chimborazo (Comich), par 40 blessés, dont deux graves. Ces derniers auraient été touchés par balles, bien que la police ait affirmé avoir pris « la précaution de ne pas utiliser d’armes à feu ou de munitions létales ». Dans la soirée, le Président de la République a déclaré l’état d’urgence dans trois provinces : Pichincha, Cotopaxi et Imbabura. Il y avait deux versions du décret. Dans un premier temps, l’une d’entre elles a été diffusée et comportait une restriction du droit à la liberté d’information pouvant impliquer la suspension des services de télécommunications fixes, mobiles et Internet. Elle a également limité le traitement d’informations « dûment classifiées », réservées ou à circulation restreinte, par le biais des médias sociaux, des réseaux sociaux et des messages de communication. Et elle a permis l’utilisation progressive de la force, y compris la force létale.

Finalement, face à une vague de protestations contre la violation des droits constitutionnels, le gouvernement a affirmé que, malgré la signature du président, ce qui avait été diffusé était « un projet » et que la version finale ne contenait pas ces articles controversés. Cependant, cela a entraîné la convocation de l’Assemblée nationale pour discuter de l’abrogation du décret. La Constitution prévoit la possibilité pour le Parlement de « révoquer le décret à tout moment, sans préjudice de la déclaration que la Cour constitutionnelle pourrait faire sur sa constitutionnalité ». Suite au décret, Mireya Pazmiño, membre du parti indigène Pachakutik, a présenté une demande pour discuter de l’abrogation du décret lors de la session plénière du lundi 20 juin.

Ce jour-là, juste avant la session plénière, l’exécutif a abrogé et remplacé le décret par un nouveau décret qui élargit les provinces couvertes par l’état d’urgence. Avec cette stratégie, l’Assemblée n’est plus en mesure de tenir une session et doit réintroduire une nouvelle motion et attendre au moins 48 heures pour la traiter.

Avec ce décret, le gouvernement cherche à contrôler l’ampleur de la manifestation et à limiter l’arrivée des indigènes dans la capitale, mais il fait en même temps preuve d’une certaine discrétion dans l’application des règles, puisqu’il restreint la liberté d’association et de réunion, alors que le Secrétariat général pour la communication de l’exécutif a appelé les citoyens à participer à une journée de mobilisations pour la paix, prévue le samedi 18 juin en divers points de Quito.

La dernière action en date qui remet en question le respect de la démocratie institutionnelle et ravive les tensions a été le raid puis la saisie de la Casa de las Culturas Ecuatorianas à Quito par la police, à la recherche de « matériel de guerre, tel que des explosifs et des armes artisanales ». Pendant les manifestations de 2019, cette institution a servi de base à des milliers de militants et d’organisations sociales, ainsi qu’à la tenue d’assemblées permanentes. N’ayant rien trouvé, en vertu du décret sur l’état d’urgence, la police a décidé d’utiliser la Casa de las Culturas comme refuge pour les agents en uniforme, suscitant l’indignation des artistes, des responsables culturels et des citoyens qui avaient appelé à une veillée de protestation contre l’intervention de la police.

La Casa de las Culturas est une institution culturelle créée en 1944 qui fonctionne selon un système d’autonomie et n’a connu qu’une seule intervention comme celle qui a eu lieu dimanche dernier, pendant la dictature militaire en 1963. Cet événement a été condamné dans de nombreux communiqués publiés par des universités, des artistes et des institutions, et n’a reçu que le soutien du ministère de la culture, qui a justifié l’action des agents en uniforme comme une action visant à protéger les collections et les biens patrimoniaux à l’intérieur.

Les déclarations controversées des chefs des forces armées ont été le dernier élément qui a mis de l’huile sur le feu : ils ont tenté de lier les manifestations au trafic de drogue et au crime organisé. Et ce, au moment même où le gouvernement, en alliance avec l’ambassade des États-Unis, tente de promouvoir le Plan Équateur – sur le modèle du Plan Colombie – pour empêcher le trafic de drogue d’entrer dans le pays.

Répression et appels au dialogue

La chute de la popularité du président Lasso à un peu plus d’un an de son accession à la présidence est brutale, ce qui limite la possibilité de canaliser les revendications par la voie institutionnelle. Selon l’institut de sondage Perfiles de Opinión, M. Lasso a commencé son mandat avec plus de 75 % d’approbation. Aujourd’hui, il a un taux de désapprobation d’environ 80 %. Après un an de mandat, la seule promesse de campagne que le gouvernement a tenue est la campagne de vaccination contre le covid-19.

L’arrivée de Lasso à la présidence, avec un programme gouvernemental ouvertement pro-entrepreneurial, a représenté une rupture après deux décennies au cours desquelles les élites n’avaient pas réussi à accéder au pouvoir par la voie électorale. Il est important de noter que les élites ont gagné, non pas parce qu’elles ont réussi à amplifier le soutien à leur projet politique, mais en raison de la fragmentation du reste des options. Lasso n’a obtenu que moins de 20 % au premier tour en 2021, d’où sa faible représentation parlementaire.

Après son entrée en fonction, le président a pris ses distances avec le Parti social-chrétien (PSC), qui l’avait soutenu pour devenir président et qui, idéologiquement, semblait être son allié naturel. Cependant, au-delà des querelles de pouvoir et des affrontements médiatiques, lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre un plan économique, le parti au pouvoir et le PSC sont au service de secteurs des élites financiarisées et agro-exportatrices ayant des intérêts communs. Cette cohésion prend forme dans les périodes de mobilisation sociale comme celle que nous vivons actuellement et permet au gouvernement d’appliquer une forte répression avec le soutien des forces armées, des médias et des élites économiques.

De leur côté, ceux qui étaient censés représenter l’opposition – Pachakutik et l’Union pour l’Espoir (UNES) pro-Correista – ont été piégés dans le jeu des alliances avec l’exécutif sous l’argument de la gouvernabilité, permettant ainsi au programme du gouvernement d’avancer et, en même temps, sapant la crédibilité morale des forces d’opposition.

Malgré cela, tout au long de cette première année, les relations entre l’exécutif et l’Assemblée nationale ont été marquées par des tensions, avec des menaces de « mort croisée » – une disposition présente dans la Constitution équatorienne qui habilite l’exécutif à dissoudre le Congrès avec l’obligation de convoquer des élections dans un délai de six mois pour renouveler les deux pouvoirs. Pendant cette période, le président peut gouverner par décret.

Au neuvième jour de la grève nationale, après deux ans d’une pandémie qui a creusé les inégalités et avec le souvenir récent du soulèvement d’octobre 2019, les conditions d’un dialogue fructueux ne sont pas encore réunies. Sur cette voie, ce qui est en jeu, ce ne sont pas seulement les dix demandes formulées par la CONAIE, mais aussi les possibilités d’une résolution du conflit qui évite l’érosion des institutions démocratiques.

C’est une chose qui, jusqu’à présent, ne semble pas se produire.

* Anahí Macaroff est chercheuse associée à l’Institut d’études équatoriennes.
Cet article a d’abord été publié par la revue latino-américaine Nueva Sociedad de juin 2022 : https://nuso.org/articulo/protestas-ecuador-lasso-conaie-crisis-paro/
(Traduit de l’espagnol par JM).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...