Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

« Exaspérant » : un tiers du Pakistan est sous l’eau. Les appels se multiplient pour des réparations climatiques et l’annulation de la dette

Près de 1 500 personnes sont mortes et des dizaines de millions ont été déplacées au Pakistan, où des inondations catastrophiques ont laissé un tiers du pays sous l’eau, emportant des maisons, des terres agricoles, des ponts, des hôpitaux et des écoles. « Les gens ont tout perdu », dit Zulfikar Ali Bhutto, artiste pakistanais et petit-fils de l’ancien Premier ministre pakistanais Zulfiqar Ali Bhutto. Bhutto affirme que les inondations ont provoqué une épidémie de paludisme et de dengue, et appelle le Fonds monétaire international à annuler les dettes du pays et à s’engager à des réparations climatiques

15 septembre 2022 | tiré de Democracy now !
INVITÉ :
Zulfikar Ali Bhutto,Artiste pakistanais dont le travail est centré sur le fleuve Indus.

AMY GOODMAN : This is Democracy Now !, democracynow.org, The War and Peace Report. Je suis Amy Goodman, avec Nermeen Shaikh.

Près de 1 500 personnes sont maintenant mortes au Pakistan, où des inondations catastrophiques ont laissé un tiers du pays sous l’eau. Parmi les morts figurent 530 enfants. Des dizaines de millions de personnes ont été déplacées par les inondations, qui ont emporté des maisons, des ponts, des hôpitaux, des écoles, tout en détruisant des quantités massives de terres agricoles. Mercredi, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a lancé un autre avertissement alarmant sur l’urgence climatique, quelques jours après son retour du Pakistan.

AMY GOODMAN : Nous allons maintenant à Karachi, au Pakistan, où nous sommes rejoints par Zulfikar Ali Bhutto, un artiste pakistanais dont le travail est centré sur le fleuve Indus, a récemment traversé sa province natale du Sindh pour assister à la dévastation causée par les inondations. Il porte le nom de son grand-père, l’ancien Premier ministre Zulfiqar Ali Bhutto.

Bienvenue à Democracy Now ! Pouvez-vous nous parler de ce voyage que vous avez fait et de ce que vous avez trouvé ? C’est juste difficile à comprendre. Un tiers de votre pays est sous l’eau en ce moment.

ZULFIKAR ALI BHUTTO : Merci beaucoup de m’avoir invité dans l’émission.

Oui, c’est incroyablement accablant, juste à y penser, mais même la vue de ce sinistre. Il fallait que j’aille le voir pour le croire. Quand la catastrophe a commencé, eh bien, vraiment, les moussons ont commencé en juin, et elles ne se sont tout simplement pas arrêtées. Donc, au début du mois d’août, je recevais des appels du sud du Pendjab et du Baloutchistan de gens qui étaient désespérés, et ils avaient besoin – et ils avaient besoin d’aide, et je ne savais pas trop comment fournir cette aide. Et puis les appels sont venus de ma propre maison, de notre propre maison ancestrale, de notre propre village ancestral à Larkana. Alors, bien sûr, j’y suis allé.

Il pleuvait encore et les routes étaient complètement inondées. Il y avait de l’eau qui venait de monterr. Et le truc avec les inondations, c’est qu’il n’y a pas seulement de l’eau qui vient de la rivière, il y a aussi de l’eau qui vient d’au-dessus de vous, il y a aussi de l’eau qui vient des montagnes. Il y a donc tous ces points de pression de l’eau. Et à l’intérieur même de mon village, nous avons dû patauger dans trois ou quatre kilomètres d’eau qui était jusqu’à notre taille afin d’atteindre le premier morceau de terre à l’abri de l’eau.

NERMEEN SHAIKH : Zulfikar, pourriez-vous décrire quelles sont les conditions actuelles ? Je veux dire, il n’y a pas seulement des inquiétudes sur, évidemment, le fait que la vie de tant de gens a été dévastée, des maisons détruites, des gens forcés de fuir, mais aussi maintenant il y a tellement d’eau qu’il y a des inquiétudes sur la propagation de maladies comme le paludisme et la dengue.

ZULFIKAR ALI BHUTTO : Le paludisme et la dengue, il y a déjà ce que je pense qu’on peut appeler une épidémie. Beaucoup, beaucoup de gens tombent malades du paludisme et de la dengue. Comme vous le savez peut-être, la dengue n’a pas de remède ; vous n’avez qu’à y faire face. Le paludisme a un remède, mais il n’y a pas non plus d’approvisionnement local en médicaments contre le paludisme. Nous avons donc dû mettre en place des camps médicaux pour livrer des médicaments contre le paludisme aux gens, pour livrer des comprimés de chlore parce que l’eau est tellement putride et polluée. L’un des effets immédiats de l’inondation a été, en fait, la gastro-entérite. C’était probablement dans les premiers jours. Les maladies fongiques étaient également présentes dans les premiers jours.

Vous savez, les enfants — les enfants souffrant de malnutrition ne sont pas en mesure de guérir et de se remettre rapidement des maladies de la peau, et c’est quelque chose que nous avons remarqué, aussi, c’est que non seulement il y avait des maladies d’origine hydrique qui se produisaient, et que les eaux usées se mélangeaient à l’eau potable, mais qu’il y avait déjà des conditions préalables, comme la malnutrition, présentes dans notre société, qui empêchaient en fait beaucoup de ces enfants de guérir naturellement.

AMY GOODMAN : Zulfikar, selon l’indice mondial des risques climatiques de l’année dernière, le Pakistan s’est classé huitième parmi les pays les plus vulnérables à la crise climatique, bien qu’il contribue à moins de 1% des émissions mondiales de carbone. Pouvez-vous nous parler de la question des réparations climatiques et du lien entre ce qui se passe et la catastrophe climatique dans le monde ?

ZULFIKAR ALI BHUTTO : Oui, oui, merci d’avoir posé cette question. Premièrement, je pense que c’est exaspérant, bien sûr, de connaître ce fait, juste de connaître ce chiffre, en tant que Pakistanais vivant au Pakistan et voyant cette catastrophe se dérouler et à quel point elle est accablante.

Maintenant, l’idée de réparations, bien sûr, la mesure la plus réparatrice serait d’annuler la dette du Pakistan. Le Pakistan a une dette énorme envers le FMI et la Banque mondiale, ainsi que divers autres pays, qui ont financé d’énormes mégaprojets, tels que des barrages qui ont en fait exaspéré la situation et arrêté le débit naturel des rivières et arrêté l’écoulement naturel de l’eau des montagnes. Ils ont également financé des autoroutes et des ponts qui ont fait exactement la même chose. Cinquante barrages – plus de 50 barrages se sont effectivement rompus lors de ces inondations, entraînant encore plus de catastrophes. Et nous avons une dette envers ces gens.

Maintenant, en termes de réparations au-delà de cela, nous devons réfléchir à la question suivante : le gouvernement pakistanais est-il responsable ? Le gouvernement pakistanais peut-il être tenu responsable ? Où iront ces réparations ? Vont-ils tomber entre les mains des plus de 30 millions de personnes qui ont été déplacées, ou vont-ils simplement retourner dans le système qui a exacerbé cette situation ? Il a été question d’un échange de dettes, que le FMI devrait financer des projets d’infrastructure juste pour aider le pays. Mais les projets d’infrastructure du FMI ont toujours été - tant au Pakistan qu’à l’extérieur du Pakistan, ont été anti-pauvres, anti-nature, anti-autochtones et anti-peuples. Alors, je me demande s’ils ont changé d’avis. Et s’ils l’ont fait, c’est peut-être une solution à cette discussion sur les réparations climatiques.

NERMEEN SHAIKH : Je voudrais poser des questions sur la crise, l’aggravation de la crise, dans les établissements de santé et médicaux du Pakistan alors qu’ils tentent de faire face, dans ces conditions horribles, à un nombre croissant de personnes qui demandent de l’aide. Les patients des hôpitaux de fortune tombent malades par manque d’eau potable.

ZULFIKAR ALI BHUTTO : Oui, c’est la principale préoccupation. Quand nous y allons et que nous pensons : « OK, apportons des médicaments », nous devons aussi penser : « OK, maintenant nous devons aussi apporter de l’eau », parce qu’il n’y a pas d’eau potable.

J’y suis allé plusieurs fois, et chaque fois que j’y retourne, bien sûr, nous devons traverser les inondations. Et l’eau est passée d’une sorte de gris bleuté clair à une sorte de brun rougeâtre, et il y avait cette odeur putride partout. Nous devons garder à l’esprit qu’un million — près d’un million de bovins sont morts, et les autoroutes sont jonchées de cadavres de buffles d’eau morts, ce qui est quelque peu ironique, étant donné que les buffles d’eau adorent nager dans l’eau. Mais ils ont été emportés. Il y a ayssu les corps d’ânes morts, les corps de chèvres et de moutons morts.

Donc, il y a – et, bien sûr, il y a la tragédie humaine de tout cela. Donc, les gens ont tout perdu. Et pour livrer des médicaments, ils ont besoin d’eau pour prendre ces médicaments. C’est donc aussi un défi auquel beaucoup, beaucoup de gens sont confrontés en ce moment.

NERMEEN SHAIKH : Dites qui exactement fournit le plus d’aide. Je veux dire, nous entendons parler de l’armée pakistanaise, qui, bien sûr, est largement surfinancée et l’institution la plus puissante là-bas. Mais qu’en est-il – tout d’abord, que font-ils exactement ? Et comparez ce qu’ils font maintenant par rapport à ce qu’ils ont fait pendant et après les inondations de 2010. Et qu’en est-il des ONG qui travaillent dans le pays ?

ZULFIKAR ALI BHUTTO : oui. Eh bien, vous savez, l’armée pakistanaise, je dois dire, a été assez lente à répondre, bien qu’elle ait probablement été exclue – si nous parlons de la différence entre le gouvernement et l’armée, elle était certainement la première des deux. Je me souviens d’avoir vu l’armée le quatrième jour alors que j’étais à Larkana. Cela ne veut pas dire qu’ils n’étaient pas là, mais c’était le jour où ils étaient les plus visibles. Et c’est à ce moment-là que les nuages s’étaient un peu éclaircis et que la pluie avait cessé.

L’armée a été beaucoup plus active en 2010, ce qui a été une autre inondation record. Ces inondations ont, bien sûr, également battu ce record. Et cette inondation de 2010, aussi catastrophique soit-elle, était en fait plus facile à gérer, car il s’agissait principalement de fonte glaciaire, de sorte que vous pouviez prédire d’où venait l’eau alors qu’elle coulait du nord au sud vers la mer d’Arabie. Dans ce cas, ce n’est pas la même chose. Nous avons – la fonte des glaciers s’est produite après les précipitations. Donc, l’ampleur de l’inondation était vraiment écrasante.

Maintenant, vous avez mentionné le gouvernement. Les gens sont extrêmement en colère contre le gouvernement, en particulier dans la province du Sindh, en particulier dans la province du Baloutchistan, où ils n’ont pas l’impression que leurs représentants sont en fait leurs représentants. Au Pakistan, notre système démocratique est, malheureusement, assez défectueux. Les gens sont intimidés afin qu’ils votent pour les partis au pouvoir. Et les gens qui ont voté pour ces partis ne voient pas leurs représentants. Donc, les gens sont très en colère et contre eux.

En ce qui concerne les ONG, il y a certainement une très grande présence d’ONG, mais elles-mêmes sont très dispersées. Il y a des organismes comme la Société d’aide juridique, qui est en fait ce qu’elle dit, une société d’aide juridique, qui passe du travail juridique à la mise en bateau et à la distribution de rations ou de nourriture à des personnes auxquelles on n’a pas accès. Et il y a aussi une loi au Pakistan qui limite les ONG et qui a en fait interdit plusieurs ONG. Donc, beaucoup d’ONG qui pourraient être en mesure de pfaire du travail n’ont pas été en mesure de le faire.

AMY GOODMAN : Cela peut surprendre les gens de savoir qu’il y a plus de glaciers au Pakistan que n’importe quel endroit sur Terre, en dehors de la région polaire.

ZULFIKAR ALI BHUTTO : Oui.

AMY GOODMAN : Et dans 10 secondes, Zulfikar, si vous pouviez commenter votre critique du FMI pour avoir financé de grands barrages qui se sont brisés pendant ces inondations ?

ZULFIKAR ALI BHUTTO : Vous savez, comme vous l’avez dit, les glaciers sont le réservoir d’eau du Pakistan. Et il y a eu cette idée que l’eau ne devrait pas aller à la mer. Mais ce qui se passe lorsque l’eau ne va pas à la mer, c’est qu’elle n’atteint pas les gens de la mer. Et les premiers réfugiés climatiques au Pakistan étaient, en fait, ceux des années 1960 qui ont dû fuir le delta quand il a été asséché quand le FMI...

AMY GOODMAN : Cinq secondes.

ZULFIKAR ALI BHUTTO : — quand le FMI a construit le barrage de Kotri. Le FMI a donc été responsable d’une grande partie de notre stress hydrique.

AMY GOODMAN : Zulfikar Ali Bhutto, nous devons nous arrêter là. Je vous remercie beaucoup d’être avec nous. Je suis Amy Goodman, avec Nermeen Shaikh.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...