Édition du 2 mars 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique québécoise

Manif nationale le 18 juin à Montréal

Gaz de schiste - Pour un vrai moratoire

Les marcheuses et marcheurs pour un Moratoire d’une génération étaient de passage à Québec la fin de semaine dernière et cet événement a permis de constater que le mouvement d’opposition au gaz de schiste est bien en vie et conçoit son développement dans la foulée d’une pression maintenue sur le gouvernement Charest afin d’imposer un véritable moratoire sur l’exploration et l’exploitation des énergies fossiles.

Une centaine de sympathisants s’étaient déplacés pour les accueillir, dont Serge Roy, de Québec solidaire. « Je pense qu’il y a seulement la mobilisation citoyenne en ce moment qui peut venir à bout d’un dossier comme celui des gaz de schiste », estime-t-il.

Le Dr Jacques Levasseur, du Regroupement des médecins pour un environnement sain, a bravé la pluie pour contester la composition du comité d’évaluation environnementale qui étudiera le dossier. « Je pense que c’est important d’avoir de vrais environnementalistes, des vraies personnes préoccupées par la santé des gens sur le comité et non pas simplement des fonctionnaires et des gens de l’industrie. »

L’industrie s’en fout

L’intervention en apparence musclée de Québec pour encadrer l’industrie du gaz de schiste et lancer une évaluation environnementale stratégique (ÉES) ne changera rien sur le terrain, selon Michael Binnion, président de Questerre, qui s’est adressé récemment aux actionnaires de son entreprise. « Ils ne nous ont pas empêché de faire ce que nous prévoyions faire de toute manière au cours des deux prochaines années », a affirmé M. Binnion cité par La Presse du 28 mai dernier

Interrogé pour savoir si les projets de fracturation de Questerre allaient se réaliser, le PDG de Questerre a été affirmatif. « Les deux puits de Questerre et quatre autres puits, un de Canbriam et trois de Junex, seront fracturés, et tout indique que le gouvernement s’attend à ce qu’il y ait bien plus que six puits pilotes au cours de la période » de l’ÉES. Lors de cette même rencontre, il a ajouté que le processus de l’EES est l’occasion pour l’industrie de bien former la bureaucratie québécoise, qui manque d’expérience avec l’industrie des hydrocarbures.

La marche se poursuit jusqu’au 17 juin

"On arrive à la mi-étape et on est en train de réaliser ce rêve de graduellement unifier le mouvement citoyen d’opposition au gaz de schiste le long du St-Laurent." (Philippe Duhamel ,porte-parole du mouvement)

Le lundi matin à 10h00, le groupe s’est rassemblé de nouveau devant le parlement avant de reprendre la route en direction de St-Nicolas, le prochain arrêt. La population est conviée à venir appuyer la demande d’un moratoire faite au gouvernement libéral. Le Regroupement des médecins pour un environnement sain fera également une brève allocution. Enfin, tous ceux et celles qui souhaiteraient prendre part à la grande marche le temps d’une ou plusieurs journées sont les bienvenus !

Le 3 juin, ils s’arrêteront au centre communautaire de Bécancour à 19h30 à l’occasion d’une soirée d’information sur leur perspective des énergies fossiles et des énergies renouvelables. Le tout sera agrémenté par la musique du groupe Tricot machine et d’artistes locaux. Le 6 juin, à 19h, sensiblement le même concept aura lieu au Centre culturel de Saint-Grégoire, mais avec des artistes différents. Le 7 juin, dans l’après-midi le groupe passera par l’école Curé-Brassard à Nicolet où il assistera à des présentations offertes par les élèves. À 16h, ils repartiront vers l’Hôtel de Ville de Nicolet.

À 19h, ils tiendront une fois de plus une soirée d’information à l’auditorium des Sœurs de l’Assomption. L’ambiance musicale sera assurée par des auteurs-compositeurs de la région. Le 8 juin, à 16h30, ils seront à l’entrée du village de Pierreville et se rendront à la mairie. À 19h30, ils offriront encore une soirée d’information sur leur vision de la cause qu’ils défendent, en plus de présenter des contes amérindiens par Nicole Obomsawin et une animation musicale par des auteurs-compositeurs de la région.

Au terme de leur périple, le groupe se sera arrêté dans 33 municipalités riveraines et aura parcouru 666 kilomètres. En plus d’un moratoire sur le gaz de schiste, les marcheurs en réclament d’autres sur l’exploration et l’exploitation des énergies fossiles et nucléaires.

Manifestation citoyenne à La Présentation et manifestation nationale le 18 juin

Samedi, plus de 550 personnes se sont rassemblées à La Présentation, près de Saint-Hyacinthe en Montérégie, pour réclamer un moratoire sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste au Québec. La manifestation a eu lieu à proximité de deux puits de gaz de schiste de Canbriam Energy fermés il y a deux mois en raison de fuites de méthane.

Aux prises avec un puits de gaz de schiste qui fuit depuis quatre mois, tel que le révélait cette semaine RueFrontenac, des citoyens de La Présentation, en Montérégie, demandent au gouvernement de carrément fermer le site gazier exploité par Canbriam.

Des artistes engagés, comme l’humoriste Christian Vanasse et le metteur en scène Dominic Champagne, se sont aussi déplacés pour l’occasion. Ce dernier en a profité pour annoncer la tenue d’une grande manifestation nationale à Montréal le 18 juin, mais dont le point de ralliement exact reste encore à déterminer. À remarquer : il s’agit du lendemain de l’arrivée des marcheuses et marcheurs pour un Moratoire d’une génération.

Sur le même thème : Politique québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...