Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Grève générale massive du secteur de l'éducation en Espagne

Madrid, 24 octobre ( Prensa Latina) La plate-forme étatique pour la réussite de l’école publique a appelé à la grève générale (le jeudi 24 octobre) pour tous les niveaux de l’enseignement en Espagne contre les coupures dans l’éducation du gouvernement conservateur pur et dur de Mariano Rajoy . Les enseignantEs, les parents et les élèves de tous les niveaux, de la maternelle à l’université se sont engagés dans l’action, la deuxième fois cette année après celle 9 mai dernier face à la direction de droite du Parti populaire ( PP).

La plate-forme, qui comprend le Syndicat des étudiants (SE), la Confédération espagnole des associations des parents d’élèves ( Ceapa ) et la plupart des syndicats d’enseignants, ont fortement salué la réponse obtenue de l’appel à la grève.

Les deux principaux syndicats du pays , les Commissions Ouvrières ( CCOO ) et l’Union générale des travailleurs ( UGT), ont estimé à 83 pour cent le nombre de grévistes chez les enseignantEs et chez le personnel administratif.

Le Syndicat des Étudiants a déclaré que 90 pour cent des élèves ne sont pas entrés en classe et a souligné que les familles (Ceapa) ont massivement décidé de ne pas emmener leurs enfants à l’école.

Il est clair que nous avons bloqué l’appareil scolaire, a souligné José Luis Pazos , porte-parole de la Ceapa , représentant plus de 80 pour cent des familles ayant des enfants dans les écoles.

Cette nouvelle grève générale contre les paramètres d’une réforme controversée de l’éducation mise de l’avant par l’ administration Rajoy a été précédée par deux jours d’ arrêt de travail par le Syndicat des étudiants .

En outre, elle a lieu à peine deux semaines après que le Congrès des députés eut approuvé avec les seules voix du PP, qui dispose d’une majorité, la loi organique relative à l’amélioration de la qualité de l’éducation (Lomce ), loi contestée par les autres forces politiques.

Pour la plate-forme étatique pour l’école publique, la Lomce est une législation mercantiliste, élitiste, ségrégationniste qui compromet l’égalité des chances et promeut la privatisation de l’enseignement public.

Les enseignantEs, les élèves et les parents ont contesté les changements introduits par le ministre espagnol de l’Éducation José Ignacio Wert, et ont de nouveau demandé sa démission dans une manifestation de masse à Madrid le 24 octobre à la fin de la grève du l’éducation.

La secrétaire générale du Syndicat Étudiant, Ana Garcia, a déclaré que la mobilisation de ces trois journées sont un coup dur pour le gouvernement et a accusé le ministre Wert d’être le pire ministre de l’histoire et de manquer de légitimité et de crédibilité.

Garcia a exigé le retrait de la Lomce, la réintégration de plus de 50 000 enseignantEs mis à pied et la remise des 6 000 000 000 d’euros volés à l’enseignement public.

Les dirigeants des CCOO et de l’ UGT ont appelé à une grève générale pour la défense de l’éducation universelle et gratuite.

Si nous bloquons le pays, nous bloquerons les attaques et nous nous débarrasserons des ministres qui sont des nostalgiques du franquisme, a déclaré la dirigeante étudiante, faisant allusion à la dictature du général Francisco Franco (1939-1975).

(traduction Presse-toi à gauche !)

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...