Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Haïti-République Dominicaine : Non à la violation des droits des migrants haïtiens et des Dominicains d’ascendance haïtienne en République dominicaine

Au cours des derniers mois, la répression contre les migrants haïtiens et les Dominicains d’ascendance haïtienne en République dominicaine prend de plus en plus l’allure d’une épuration ethnique. Cette répression des migrants et travailleurs haïtiens n’est pas nouvelle. Elle s’inscrit dans le cadre de la politique raciste de l’État dominicain, qui consiste à dénationaliser les Dominicains d’origine haïtienne, politique mise en place depuis 2013 visant à renforcer non seulement la déportation de migrants haïtiens en situation irrégulière mais également à légaliser une chasse systématique aux Dominicains d’origine haïtienne sur le territoire dominicain.

Ces nouveaux dispositifs discriminatoires, xénophobes et racistes sont clairement exprimés dans l’arrêté 668-22 adopté le 11 novembre 2022 qui donne plein pouvoir à l’armée, la police et les agents migratoires à pourchasser les travailleurs d’origine haïtienne.

Par ailleurs, il importe de souligner que cette politique xénophobe et raciste s’est déjà dégénérée en massacre des travailleurs haïtiens en République dominicaine. C’était le cas en 1937 lorsque le gouvernement de Raphael Trujillo a encouragé l’assassinat à l’arme blanche de plusieurs milliers de travailleurs haïtiens. Ce drame est resté encore aujourd’hui comme un traumatisme dans l’imaginaire collectif des deux peuples. Le choix de l’État dominicain de se lancer dans cette campagne de haine est très dangereux surtout dans un contexte où les travailleurs haïtiens font l’objet de déportations massives. Selon l’office national de migration, plus 50 000 migrants haïtiens et Dominicains d’origine haïtienne sont déportés au cours des trois derniers mois.

En outre, cette chasse à l’homme, donne lieu à des actes de violence systématique à l’égard de ces travailleurs. Comme on peut le voir dans les vidéos sur les réseaux sociaux, la bastonnade et le harcèlement sont récurrents. Ces données sont attestées par certains journaux et organismes de la société civile dominicaine. Edwin Paraison, président de la fondation Zile évoluant sur le territoire va dans le même sens lorsqu’il souligne que les travailleurs haïtiens ne peuvent plus respirer en République Dominicaine (1). Ils sont traqués un peu partout.

Fort de ce constat, le REHMONCO dénonce et condamne avec fermeté cette campagne de haine de l’État dominicain contre les travailleurs haïtiens en République Dominicaine. Il profite de l’occasion pour lancer un appel de solidarité des travailleurs, des plateformes syndicales de la Caraïbe en particulier et du continent américain en général pour exiger à l’État et à la bourgeoisie dominicains de surseoir cette politique raciste et xénophobe contre les travailleurs haïtiens. Sachant que les attaques contre les travailleurs demeurent une stratégie pour le patronat pour non seulement de les fragiliser mais aussi pour mieux les exploiter.

1- Voir les propos de Paraison dans le lien suivant https://lenouvelliste.com/article/239013/republique-dominicaine-cest-la-panique-generale-pour-les-haitiens-alerte-edwin-paraison

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...