Édition du 19 novembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Industrie de la construction - Déclenchement de la grève à moins d'un revirement majeur

L’Alliance syndicale confirme qu’après plus de huit mois de discussions elle n’a plus beaucoup d’espoir d’en arriver à des ententes pour le renouvellement des quatre conventions collectives dans l’industrie de la construction. Donc à moins d’un revirement majeur, les travailleurs de l’industrie de la construction n’ont d’autres choix que d’entreprendre dès demain une série de moyens de pression qui les mènera à une grève générale le 30 août prochain.

Selon le porte-parole syndical, Donald Fortin, malgré l’intervention d’une équipe de médiateurs et de conciliateurs et après des concessions importantes de la part des travailleurs, c’est l’impasse aux tables de négociations ! L’Alliance se bute à une fin de non-recevoir pour la plupart des demandes syndicales.

Pour chacun des secteurs de cette industrie, les enjeux sont de taille.

Dans le secteur résidentiel
Les employeurs, représentés par l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec (APCHQ), refusent systématiquement toute mesure qui aurait pour effet de réduire les écarts salariaux importants qui existent entre les travailleurs du secteur résidentiel léger (structure en bois de quatre étages et moins) et les autres salariés de la construction. De plus, l’APCHQ refuse systématiquement d’abolir un mécanisme des réserves d’heures qui dans les faits n’a jamais permis de réduire le travail au noir dans ce secteur.

Dans le secteur institutionnel-commercial et le secteur industriel

Dans le secteur institutionnel-commercial, l’Association de la construction du Québec (ACQ) se vante d’avoir réglé la plupart des clauses des conventions collectives. Or, dans les faits, si cela est exact qu’elle a réglé la majorité de ses demandes, l’ACQ maintient une fin de non-recevoir pour la quasi-totalité des demandes syndicales.

Dans le secteur industriel, l’ACQ adopte une position très dure. Elle propose l’abolition pure et simple du sous-secteur de l’industrie lourde, ce qui signifie la perte de toutes les primes s’y rattachant, sans aucune compensation pour les travailleurs.

De plus, l’ACQ continue de vouloir imposer la rémunération des heures supplémentaires à temps et demi au lieu du temps double dans ces trois secteurs et n’a présenté aucune proposition formelle pour les augmentations salariales et le déficit du régime de retraite. Elle mène une négociation à sens unique !

Dans le secteur génie civil & voirie

Malgré qu’une entente de principe sur les clauses générales ait été conclue le 21 juin, celle-ci est conditionnelle à un accord aux tables de négociations particulières à chaque métier ou occupation dans ce secteur et à la table de négociation chargée de négocier les clauses communes aux quatre secteurs de l’industrie de la construction. Les régimes d’assurances et de retraite font partie de ce tronc commun et aucune entente ne pointe à l’horizon pour combler un important déficit dans la caisse de retraite des travailleurs de la construction. Comme la loi interdit tout recours à la grève pour régler un différend au tronc commun, les travailleurs du secteur génie et civil doivent se joindre aux moyens de pression afin de régler le sous-financement de leur caisse de retraite qui accuse un trou de 1,9 milliard $.

L’Alliance syndicale

Les membres de l’Alliance syndicale, formée par le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction – International, la CSD Construction, la CSN ?Construction, le Syndicat québécois de la construction (SQC) et la FTQ-Construction, ont déjà obtenu un mandat de grève de la part de leurs membres respectifs. Au cours des prochains jours, chaque association va joindre ses troupes pour faire l’état de la situation. L’Alliance prévoit d’ailleurs envoyer à chaque travailleur un résumé de la situation. Le comité de stratégie de l’Alliance est à l’œuvre. Il a déjà commencé à mobiliser les troupes un peu partout au Québec. D’ici là, l’Alliance syndicale invite les employeurs à tenter un ultime effort afin d’arriver à une entente avant la date fatidique du 30 août.

Alliance syndicale

L’Alliance syndicale représente les 175 000 travailleurs et travailleuses de la construction dans le cadre des négociations de la construction. Elle regroupe les 5 syndicats représentatifs de la construction, soit la FTQ-Construction, le Conseil provincial (International), le Syndicat québécois de la construction (SQC), la CSD Construction et la CSN-Construction.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...