Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Premières Nations

L'APNQL demande que l'Église catholique comme institution, représentée par le pape François, prononce des excuses officielles sur les territoires ancestraux

WENDAKE, QC, le 25 juill. 2022 - Alors que débute la visite du pape François au Canada, l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) se questionne sur les intentions de Monseigneur Raymond Poisson, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), qui a affirmé au quotidien Le Devoir le 23 juillet dernier que « les excuses, elles ont été faites [au Vatican] ». Il a également ajouté que la délégation canadienne à Rome en avril dernier « était l’étape où le pape pouvait écouter avec intimité, humilité et chaleur humaine les témoignages de survivants » et que le voyage au Canada est « une autre étape ».

Ces paroles ont été prononcées à quelques jours d’une rencontre que les survivantes et survivants attendent depuis les trente dernières années. Faut-il rappeler que l’Église catholique demeure la seule congrégation à ne pas avoir formulé directement aux survivantes et survivants les excuses demandées, afin de contribuer à leur propre guérison et à la guérison collective des peuples autochtones pour les torts subis pendant plus d’un siècle à travers le régime des pensionnats autochtones.

Pour l’APNQL, la visite au Canada est l’occasion pour l’Église catholique, comme institution, de présenter de réelles excuses et de permettre à tous ceux et celles qui en auront besoin d’entamer leur guérison avec tout le respect qu’ils et elles méritent. Rappelons que des milliers de personnes se rendront à Sainte-Anne-de-Beaupré dans les prochains jours dans l’espoir de recevoir les excuses du pape en personne. Tant la délégation autochtone reçue au Vatican en avril dernier que les survivantes et survivants insistent sur l’importance d’excuses prononcées sur leurs territoires ancestraux, en leur présence.

« Les communautés autochtones ne parcourront pas des centaines, voire des milliers de kilomètres, pour assister à une célébration. Elles le feront pour recevoir des excuses pour les sévices physiques, psychologiques et spirituelles dont elles ont été victimes de génération en génération. La visite sera un échec si les survivantes et survivants, qui n’ont eu que quelques semaines pour organiser leur périple vers Québec, n’entendent pas les excuses du pape François », déclare Ghislain Picard, Chef de l’APNQL.

« Nous saluons les efforts du pape François d’avoir fait de ce voyage une priorité. Seul les survivantes et survivants peuvent accepter les excuses et décider de pardonner. C’est ce qui déterminera si cette visite fera son entrée dans les livres d’histoire », affirme la Grande Cheffe du Gouvernement de la Nation Cri, Mandy Gull-Masty.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Premières Nations

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...