Édition du 20 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Ukraine

L’enjeu caché de la guerre : la domination américaine de l’Europe

Expliquer la descente du système étatique européen dans la barbarie de la guerre - pour la première fois depuis le bombardement de Belgrade par l’OTAN en 1999 - nécessite plus que de la psychiatrie profane. Qu’est-ce qui a poussé la Russie et « l’Occident » à s’engager dans une matche de lutte sans relâche au bord de l’abîme, les deux camps finissant par tomber de la falaise ?

le 1-er mars 2022
https://newleftreview.org/sidecar/posts/fog-of-war?pc=1426

Nous trouvons ici des parallèles remarquables, ainsi que des asymétries évidentes, puisque la Russie et les États-Unis sont depuis longtemps confrontés à la décomposition rampante de leur ordre social national et de leur position internationale, leur faisant apparemment sentir qu’ils doivent l’arrêter maintenant, sinon elle continuera pour toujours.

Dans le cas russe, ce que l’on voit est un régime à la fois étatique et oligarchique, confronté à une agitation croissante parmi ses citoyen.ne.s, riche en pétrole et en corruption, incapable d’améliorer la vie de ses citoyen.ne.s ordinaires, alors que ses oligarques s’enrichissent incommensurablement, un régime qui se tourne de plus en plus vers l’utilisation d’une lourde main dictatoriale contre toute manifestation organisée. Pour s’asseoir plus confortablement qu’est possible sur des baïonnettes, il faut une stabilité dérivée de la prospérité économique et du progrès social, qui sont eux-mêmes dépendants de la demande mondiale de pétrole et de gaz que la Russie doit vendre. Pour cela, cependant, il a besoin d’un accès aux marchés financiers et à la technologie de pointe, ce que les États-Unis avaient depuis un certain temps commencé à refuser.

Il en va de même pour la sécurité extérieure, où les États-Unis et l’OTAN ont pénétré politiquement et militairement depuis près de deux décennies dans ce que la Russie, trop familière avec les invasions étrangères, revendique comme son cordon sanitaire. Les tentatives de Moscou de négocier à ce sujet ont conduit à ce que la Russie post-soviétique soit traitée par Washington de la même manière que son prédécesseur, l’Union soviétique, dans le but ultime d’un changement de régime.

Toutes les tentatives pour mettre fin à cet empiètement n’ont abouti à rien. L’OTAN s’est rapprochée de plus en plus, stationnant récemment des missiles à portée intermédiaire en Pologne et en Roumanie, tandis que les États-Unis ont de plus en plus traité l’Ukraine comme un territoire qui leur appartient - à savoir, les proclamations vice-royales de Victoria Nuland sur qui devrait diriger le gouvernement à Kiev.

À un moment donné, le régime russe a apparemment conclu que cette érosion rampante, tant intérieure qu’extérieure, se poursuivrait sans relâche à moins que des mesures dramatiques ne soient prises pour arrêter la pourriture. Ce qui a suivi a été le renforcement militaire autour de l’Ukraine à partir du printemps 2021, accompagné de la demande d’un engagement formel de Washington à respecter désormais les intérêts de sécurité russes - recherchant un conflit ouvert plutôt qu’un conflit caché, peut-être dans l’espoir de mobiliser l’esprit du patriotisme russe qui avait autrefois vaincu les Allemand.e.s.

Du côté américain, on retrouve une rancune remontant au début des années 2000, après que Boris Eltsine, le laquais post-soviétique américain, ait cédé la ferme à Vladimir Poutine à la suite de la catastrophe économique et sociale causée par la « thérapie de choc », politique économique conseillée par les Américain.e.s. La quête initiale de Poutine pour rejoindre l’OTAN sous les auspices du Nouvel Ordre Mondial a été rejetée, malgré tous ses efforts pour aider Washington dans son invasion de l’Afghanistan. Les objections russes à l’élargissement de l’OTAN en 2004 - menaçant désormais sa frontière nord-ouest - ont été accueillies par la déclaration de Bush et Blair sur la politique de la « porte ouverte » à l’OTAN pour la Géorgie et l’Ukraine lors du sommet de Bucarest en 2008.

L’establishment politique américain, dirigé par l’aile Hillary Clinton du Parti démocrate, a commencé à traiter la Russie comme un État voyou, un peu comme cet autre pays qui s’était extirpé du contrôle américain, l’Iran. Là où dans le passé il y avait eu un.e communiste sous chaque lit américain, maintenant c’était un.e Russe - une distinction que de nombreux et nombreuses Américain.e.s n’avaient jamais vraiment appris à faire en premier lieu. Même l’élection de Trump en 2016 a été attribuée par le parti perdant à des machinations secrètes russes, ce qui a politiquement tué les tentatives initiales de Trump de chercher une sorte d’accommodement avec la Russie. (Vous vous souvenez de sa question innocente sur la raison pour laquelle l’OTAN existait encore, trois décennies après la fin du communisme ?) À la fin de son mandat, afin de réparer les barrières avec l’État profond américain et les électeurs et électrices, il était revenu à la position éprouvée anti-russe éprouvée.

Pour le successeur de Trump, Biden, comme pour Obama-Clinton, la Russie s’est présentée comme une ennemie jurée commode, au niveau national et international : petite économiquement, mais facile à dépeindre comme grande en raison de ses armes nucléaires. Après la débâcle médiatique du retrait de Biden d’Afghanistan, faire preuve de force vis-à-vis de la Russie semblait un moyen sûr d’afficher le muscle américain, forçant les Républicain.e.s à l’approche des élections critiques de mi-mandat à s’unir derrière Biden en tant que chef d’un « Monde libre ». Washington s’est dûment tourné vers la diplomatie du mégaphone et a catégoriquement refusé toute négociation sur l’élargissement de l’OTAN.

Pour Poutine, étant allé aussi loin qu’il l’avait fait, le choix était clairement posé entre l’escalade et la capitulation. C’est à ce moment-là que la méthode s’est transformée en folie et que l’invasion terrestre meurtrière et stratégiquement désastreuse de l’Ukraine a commencé.

Pour les États-Unis, refuser les demandes russes de garanties de sécurité était un moyen pratique de consolider l’allégeance inconditionnelle des pays européens à l’OTAN, une alliance devenue fragile ces dernières années. Cela concernait en particulier la France, dont le président avait récemment diagnostiqué l’OTAN comme étant « en état de mort cérébrale », mais aussi l’Allemagne avec son nouveau gouvernement dont le parti dirigeant, le SPD, était considéré comme trop favorable à la Russie.

Il y avait aussi des affaires inachevées concernant un gazoduc, Nord Stream-2. Merkel, en tandem avec Schröder, avait invité la Russie à le construire, dans l’espoir de combler le vide dans l’approvisionnement énergétique allemand qui devait résulter de la sortie du charbon et du nucléaire. Les États-Unis se sont opposés au projet, comme beaucoup d’autres en Europe, y compris les Vert.e.s allemand.e.s. Parmi les raisons figuraient la crainte que le gazoduc ne rende l’Europe occidentale plus dépendante de la Russie et qu’il soit impossible pour l’Ukraine et la Pologne d’interrompre les livraisons de gaz russe, si Moscou se comportait mal.

La confrontation au sujet de l’Ukraine, en rétablissant l’allégeance européenne au leadership américain, a résolu ce problème en un rien de temps. Suivant l’exemple des annonces déclassifiées de la CIA, la soi-disant « presse de qualité » d’Europe occidentale, sans parler des systèmes de radiodiffusion publique, a présenté la situation qui se détériorait rapidement comme une lutte manichéenne entre le bien et le mal, les États-Unis sous Biden contre la Russie sous Poutine.

Au cours des dernières semaines de Merkel, l’administration Biden a dissuadé le Sénat américain de sanctions sévères contre l’Allemagne et les opérateurs de Nord Stream 2, cela en échange de l’acceptation par l’Allemagne d’inclure le pipeline dans un éventuel futur ensemble de sanctions. Après la reconnaissance par la Russie des deux provinces sécessionnistes de l’est de l’Ukraine, Berlin a officiellement reporté la certification réglementaire du gazoduc, ce qui n’a toutefois pas été suffisant. Avec le nouveau chancelier allemand debout à ses côtés lors d’une conférence de presse à Washington, Biden a annoncé que si nécessaire, le pipeline serait définitivement inclus dans les sanctions, Scholz restant silencieux. Quelques jours plus tard, Biden a approuvé le plan du Sénat auquel il s’était précédemment opposé. Puis, le 24 février, l’invasion russe a poussé Berlin à faire de son propre chef ce qui aurait autrement été fait par Washington au nom de l’Allemagne et de l’Occident : suspendre le pipeline une fois pour toutes.

Ainsi l’unité occidentale a été restaurée, saluée par les applaudissements jubilatoires des commentateurs locaux et commentatrices locales, reconnaissants du retour des certitudes transatlantiques de la guerre froide. La perspective d’entrer dans la bataille en alliance avec l’armée la plus redoutable de l’histoire du monde a instantanément effacé les souvenirs de quelques mois auparavant, lorsque les États-Unis avaient abandonné avec peu d’avertissement non seulement l’Afghanistan, mais aussi les troupes auxiliaires fournies par ses alliés de l’OTAN pour soutenir cette activité américaine favorisée de ’nation-building’. Peu importe également l’appropriation par Biden de l’essentiel des réserves de la banque centrale afghane, à hauteur de $7,5 milliards de dollars, pour les distribuer aux personnes touchées par le 11 septembre (et leurs avocats), alors que l’Afghanistan souffre d’une famine nationale. Oubliés aussi sont les débris laissés par les récentes interventions américaines en Somalie, en Irak, en Syrie, en Libye - la destruction totale, suivie d’un abandon précipité, de pays et de régions entiers.

Maintenant, c’est à nouveau « l’Occident », la Terre du Milieu combattant le Pays du Mordor pour défendre un petit pays courageux, qui veut seulement « être comme nous » et qui ne souhaite rien de plus que d’être autorisé à franchir les portes ouvertes de l’OTAN et l’UE. Les gouvernements d’Europe occidentale ont consciencieusement supprimé tous les souvenirs restants de l’insouciance profondément enracinée de la politique étrangère américaine, induite par la taille même des États-Unis et son emplacement sur une île de taille continentale où personne ne peut les atteindre, quel que soit le gâchis qu’ils font quand leurs aventures militaires tournent mal. Ces gouvernements ont donné étonnement aux États-Unis, un empire lointain non européen en déclin avec des intérêts différents et une foule de problèmes qui lui sont propres, une pleine procuration pour traiter avec la Russie sur rien de moins que l’avenir du système étatique européen.

Et qu’en est-il de l’UE ? En bref, alors que l’Europe occidentale rentre dans « l’Occident », l’UE est réduite à une utilité géo-économique pour l’OTAN, alias les États-Unis. Les événements autour de l’Ukraine montrent plus clairement que jamais que pour les États-Unis, l’UE est essentiellement une source de régulation économique et politique pour les États qui sont nécessaires pour aider « l’Occident » à encercler la Russie sur son flanc occidental. Maintenir au pouvoir des gouvernements pro-américains dans les anciens États satellites soviétiques, ce qui peut être coûteux, constitue un partage des charges attrayant dans lequel « l’Europe » paie le pain, tandis que les États-Unis fournissent la puissance de feu - ou l’imagination de celle-ci.

Cela fait de l’UE un auxiliaire économique de l’OTAN. Pendant ce temps, les gouvernements d’Europe de l’Est sont plus heureux de faire confiance à Washington qu’à Paris et à Berlin pour leur défense, étant donné la volonté démontrée de Washington de faire la guerre et sa distance éloignée de l’Europe. En échange de la protection américaine par le biais de l’OTAN et du patronage de Washington dans leurs relations avec l’UE, des pays comme la Pologne et la Roumanie hébergent des missiles américains censés défendre l’Europe contre l’Iran, mais qui doivent malheureusement passer par la Russie sur leur chemin.

L’implication pour von der Leyen (présidente de la Commission européenne) et ses collègues est de confirmer leur statut subordonné. L’extension de l’UE à l’Ukraine et aux Balkans occidentaux, voire à la Géorgie et à l’Arménie, est considérée par les États-Unis comme la décision finale de Washington. La France en particulier peut encore s’opposer à un nouvel élargissement, mais combien de temps pourra-t-elle le faire, surtout si l’Allemagne peut être amenée à payer la facture - personne ne peut le deviner. (Bien que les procédures formelles d’adhésion à l’UE pour l’Ukraine n’aient pas été entamées, von der Leyen a annoncé : « Nous voulons qu’elle entre ».)

De plus, la Pologne étant strictement anti-russe et pro-OTAN, il sera désormais difficile de la punir par des coupes dans le soutien économique de l’UE pour à ce que la Cour européenne considère comme des lacunes dans son « État de droit ». Il en va de même pour la Hongrie, dont le dirigeant capricieux, Orbán, est devenu de plus en plus anti-russe. Avec le retour des États-Unis, le pouvoir de discipliner les États membres de l’UE a migré de Bruxelles à Washington D.C.

Une chose que les Européen.ne.s de l’UE, en particulier ceux et celles du genre vert, sont en train maintenant d’apprendre, c’est que si vous permettez aux États-Unis de vous protéger, la géopolitique l’emporte sur toutes les autres politiques, et que la géopolitique est définie par Washington seul.

C’est ainsi que fonctionne un empire. L’Ukraine, une maison divisée entre une étonnante collection d’oligarques, commencera bientôt à recevoir un soutien financier renforcé de « l’Europe ». Ce ne sera cependant qu’une fraction de ce que les oligarques ukrainien.ne.s déposent régulièrement dans des banques suisses ou britanniques ou, on suppose, américaines. Les indications sont que, par rapport à l’Ukraine, la Pologne et même la Hongrie sont, pour utiliser une comparaison américaine, aussi propres que la dent d’un chien. (Qui pourrait oublier le salaire dont bénéficiait Hunter Biden en tant que directeur non exécutif d’une société gazière ukrainienne dont le principal propriétaire faisait alors l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent ?)

Ce qui reste un mystère, évidemment pas le seul dans ce contexte, c’est pourquoi les États-Unis et leurs alliés étaient pour la plupart heureux d’écarter la possibilité que la Russie réponde aux pressions continues en faveur d’un changement de régime - sous la forme d’un déni « occidental » d’une zone de sécurité – en approfondissant son alliance avec la Chine.

Il est vrai qu’historiquement, la Russie a toujours voulu faire partie de l’Europe, et quelque chose comme l’asiaphobie est profondément ancrée dans son identité nationale. Moscou est pour les Russes la troisième Rome, pas la deuxième Pékin. Pas plus tard qu’en 1969, la Russie et la Chine, alors communistes, se sont affrontées à propos de leur frontière commune sur la rivière Oussouri. Maintenant que la Russie est coupée de l’Occident pour un avenir indéfini, la Chine, à court de matières premières, peut intervenir et fournir à la Russie sa propre technologie moderne. Alors que l’OTAN divise le continent eurasien en « Europe », y compris l’Ukraine, contre la Russie, en tant qu’ennemi non européen de l’Europe, le nationalisme russe peut, à contre-courant de son histoire, se sentir obligé de s’allier à la Chine, comme le laisse présager cette étrange image de Xi et Poutine côte à côte lors de l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pékin.

Une alliance entre la Chine et la Russie serait-elle un résultat involontaire de l’incompétence américaine, ou au contraire, un résultat voulu de la stratégie globale américaine ? Si Moscou devait faire équipe avec Pékin, il n’y aurait plus aucune perspective de règlement russo-européen à la française. L’Europe occidentale, quelle que soit sa forme politique, fonctionnerait plus que jamais comme l’aile transatlantique des États-Unis dans une nouvelle guerre froide ou, peut-être, chaude entre les deux blocs de pouvoir mondiaux, l’un déclinant, espérant inverser la tendance, l’autre en espérant monter.

Seule une Europe en paix avec la Russie, respectueuse des besoins de sécurité russes, pouvait espérer se libérer de l’étreinte américaine, si bien renouvelée lors de la crise ukrainienne. C’est, on le suppose, la raison pour laquelle Macron a insisté pendant si longtemps sur le fait que la Russie faisait partie de l’Europe, et sur la nécessité pour « l’Europe », représentée bien sûr par lui-même et la France, d’assurer la paix sur son flanc oriental. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a pour longtemps, sinon pour toujours, mis fin à ce projet. Mais ensuite, ce n’était jamais très prometteur au départ, étant donné la dépendance ressentie de l’Allemagne vis-à-vis de la protection nucléaire américaine, combinée aux doutes allemands sur les ambitions mondiales françaises trop fantaisistes, redéfinies comme des ambitions européennes à financer par la puissance économique allemande. Et la Russie peut, avec une certaine justification, se demander si, dans ces conditions, la France serait en mesure de chasser les États-Unis du siège du conducteur européen.

Alors le gagnant est… les États-Unis ? Plus la guerre s’éternise, en raison de la résistance réussie des citoyen.ne.s ukrainien.ne.s et de leur armée, plus on remarquera que le chef de « l’Occident », qui a parlé au nom de « l’Europe », alors que la guerre s’accumule, n’intervient pas militairement au nom de l’Ukraine. Les États-Unis se sont accordés un congé spécial, comme Biden l’a clairement indiqué dès le début. Au vu de son bilan, ce n’est pas nouveau : lorsque leur mission devient ingérable, ils se replient sur leur île lointaine.

Néanmoins, alors que les Allemand.e.s regardent, se demandant où sont les États-Unis, ils et elles peuvent commencer à douter de l’engagement américain à venir à leur défense nucléaire. Cet engagement, après tout, sous-tend l’adhésion allemande à l’OTAN, l’adhésion allemande au traité de non-prolifération nucléaire, et le logement d’environ 30 000 soldats américains sur le sol allemand.

Dans ce contexte, le budget spécial de 100 milliards d’euros, annoncé quelques jours après le début de la guerre par le gouvernement Scholz et consacré à la réalisation de la promesse, remontant à 2001, de dépenser 2% du PIB de l’Allemagne en armements, ressemble à un sacrifice rituel pour apaiser un Dieu en colère, dont on craint qu’il n’abandonne ses moins-que-vrais croyant.e.s. Personne ne pense que si l’Allemagne avait effectivement répondu à la demande de 2% de l’OTAN, la Russie aurait été dissuadée d’envahir l’Ukraine, ou que l’Allemagne aurait pu et voulu lui venir en aide. Il faudra en tout cas des années pour que le nouveau matériel, bien sûr le dernier proposé, soit mis à la disposition des troupes. Ce sera également du matériel exactement du genre que les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont déjà en abondance.

De plus, l’ensemble de l’armée allemande est sous le commandement de l’OTAN, c’est-à-dire du Pentagone, de sorte que les nouvelles armes ajouteront à la puissance de feu de l’OTAN, et non de l’Allemagne. Technologiquement, elles seront conçues pour être déployées dans le monde entier, dans des « missions » comme l’Afghanistan - ou, très probablement, dans les environs de la Chine, pour aider les États-Unis dans leur confrontation émergente dans la mer de Chine méridionale. Il n’y a eu aucun débat au Bundestag sur les nouvelles « capacités » nécessaires ou à quoi elles serviront. Comme par le passé, sous Merkel, c’était aux « alliés » de le déterminer. Un élément pourrait être le Future Combat Air System (FCAS), cher aux Français.es, qui combine des chasseurs bombardiers, des drones et des satellites pour des opérations mondiales.

Il y a peu d’espoir qu’il y ait à un moment donné un débat stratégique en Allemagne sur ce que signifie défendre son propre territoire, plutôt que d’attaquer le territoire des autres. L’expérience ukrainienne peut-elle aider à lancer cette discussion ? Peu probable.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Ukraine

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...