Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

La CIA met en garde contre une guerre mondiale climatique

Le monde risque de se retrouver aux prises avec un conflit armé mondial à cause des changements climatiques sur la planète dans les décennies à venir, stipule un rapport de la CIA.

Tiré de MondAfrique.

« Les conséquences physiques de plus en plus fortes des changements climatiques pourraient aggraver les points chauds géopolitiques transfrontaliers, car les États prennent des mesures pour défendre leurs intérêts », indique le document.

Selon les auteurs, d’ici 2040, des « affrontements climatiques » commenceront dans le monde où les camps utiliseront les uns contre les autres des technologies qui renforcent les catastrophes naturelles telles que la sècheresse et les inondations. Il s’agit avant tout de technologies de géoingénierie. Il est affirmé que l’apparition d’une telle arme climatique dans plusieurs pays est tout à fait possible.

Les spécialistes ont également mis en garde contre la hausse de la tension entre les pays à cause des litiges sur la réalisation de l’accord de Paris sur le climat prévoyant une réduction des émissions de gaz à effet de serre pour empêcher le réchauffement global. « La plupart des pays seront confrontés à un choix économique difficile et compteront probablement sur une percée technologique pour réduire rapidement leurs émissions plus tard. La Chine et l’Inde joueront un rôle décisif dans la détermination de la trajectoire de la hausse de la température », précise le document.

Des fleuves détournés

De plus, les auteurs du rapport parlent d’un risque de conflits intérieurs dans les pays émergents à cause des conséquences des changements climatiques, car ces États sont moins capables de s’adapter aux nouvelles conditions. Les pays peuvent changer le lit des fleuves pour les rediriger vers des régions plus sèches. Cela impactera également le climat et pourrait priver d’eau les pays voisins, débouchant sur des affrontements armés. Parmi les futurs points chauds éventuels dans la guerre climatique sont mentionnées les régions comme les bassins des fleuves Congo, Indus, Mékong et Nil.

Le rapport énumère 11 pays qui seront les plus affectés par les conséquences négatives des changements climatiques globaux. Selon les analystes, ces États pourraient engager des mesures extrêmes pour survivre. Il s’agit notamment de la Chine, de l’Inde et du Pakistan possédant l’arme nucléaire. La liste des menaces de la CEI inclut également l’Afghanistan, le Myanmar, la Corée du Nord, l’Irak, des pays d’Amérique centrale et du Sud.

Nicolas Beau

Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l’Institut Maghreb (Paris 8) et l’auteur de plusieurs livres : "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...