Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

La COP27 et les impacts climatiques de la guerre en Ukraine

La seule façon d’éviter une cuisson climatique est d’augmenter le niveau de coopération mondiale pour réduire et éliminer des émissions de gaz à effet de serre. Lundi, lors de la réunion de la COP27 en Égypte, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, l’a exprimé ainsi : « "L’humanité a le choix : coopérer ou périr. C’est soit un pacte de solidarité climatique, soit un pacte de suicide collectif".

Mais la coopération mondiale exige la paix mondiale, et avec la guerre en Ukraine, la coopération est une denrée rare. Les écologistes ont souligné l’actuelle "ruée vers l’or des combustibles fossiles", avec les sables bitumineux du Canada "en forte demande", la réouverture des centrales électriques au charbon allemandes mises en veilleuses, et l’affaiblissement et l’abandon des politiques climatiques.

Le retour au statu quo est déjà assez mauvais, mais plus inquiétant est la fin de la coopération entre les deux plus grands émetteurs de CO2 du monde : les États-Unis et la Chine. En juin, le sommet de l’OTAN a donné la priorité à sa stratégie de « confinement » de la Chine, suivi peu après par les États-Unis mettant fin à leur « politique d’une seule Chine » vieille de cinquante ans. La Chine a riposté par des manœuvres militaires à grande échelle et l’abandon de la coopération climatique sino-américaine. Les mots polis que Biden et Xi Jinping ont échangés lors de la conférence du G20 à Bali cette semaine cachent à peine le développement de la nouvelle guerre froide.

Mais des menaces climatiques plus sinistres se préparent. Alors que la guerre en Ukraine s’est transformée en une guerre par procuration OTAN-Russie, au lieu de cuire, nous sommes de plus en plus confrontés à la pire catastrophe du gel dans un hiver nucléaire. Nos dirigeants semblent avoir oublié qu’une guerre nucléaire – même une « petite » (en quelque sorte) limitée à l’Europe aurait des conséquences climatiques mondiales à long terme via l’hiver nucléaire. Ce "crépuscule à midi" - souligné pour la première fois par Crutzen et Birks il y a 40 ans - est une conséquence des énormes quantités de suie et de poussière qui seraient émises par les villes et les forêts qui brûleraient à la suite d’attaques nucléaires. Quel que soit le pays qui l’a initié, le refroidissement global qui en résulterait serait catastrophique. Les modèles climatiques modernes montrent que même une « petite » guerre nucléaire entre l’Inde et le Pakistan impliquant une centaine de bombes, pourrait conduire à un refroidissement global de 2 à 5 °C qui durerait une décennie ou plus. Il y aurait une famine, massive,,plusieurs centaines de millions de morts et une perturbation des écosystèmes bien au-delà de la zone de guerre elle-même. Une guerre nucléaire à grande échelle entre les États-Unis et la Russie conduirait à des températures inférieures à zéro même en été et à 5 milliards de morts ou plus.

Les États-Unis et la Russie possèdent chacun 6000 armes nucléaires et en juillet, António Guterres, a averti que le monde était proche d’une guerre nucléaire, appelant à la diplomatie. Pourtant, le président Biden vient de faire monter les enchères en promettant « Armageddon » – vraisemblablement des représailles nucléaires massives – si la Russie utilise des armes nucléaires en Ukraine, même si la survie des États-Unis n’est guère en jeu.

La seule alternative à la spirale d’escalade actuelle est la diplomatie. Plutôt que de favoriser une nouvelle escalade, le Canada doit promouvoir la paix. Cela commence par une prise de conscience du pari de l’OTAN sur l’expansion vers la frontière russe. Cette guerre aurait été évitée si l’OTAN avait fourni des assurances écrites attendues depuis longtemps qu’elle n’ajouterait pas l’Ukraine en tant que membre. Cela constituerait un pas concret vers la paix. Le Canada doit se joindre à 91 autres pays et signer le Traité des Nations Unies sur l’Interdiction des Armes Nucléaires. Elle doit faire pression sur l’OTAN pour qu’elle déclare une politique de non-recours en premier. Il doit faire pression pour mettre fin à la politique lancement sur avertissement en vertu de laquelle les missiles nucléaires sont en alerte permanente. Elle doit militer pour un retour au traité sur les Forces Nucléaires à Portée Intermédiaire que Trump a déchiré en 2019 et qui autorise des missiles nucléaires américains à quelques minutes de Moscou à la frontière polonaise. Le Canada doit faire pression sur l’OTAN pour qu’elle atténue les tensions et rassure le monde en retirant les armes nucléaires américaines des cinq pays européens qui les hébergent actuellement.

Au nom du Groupe de travail sur les études critiques de l’OTAN,

- Shaun Lovejoy, Phyllis Creighton, Boris Kyrychenko, Arnd Jurgensen, Richard Sandbrook et Adnan Zuberi

Sciences pour la paix,
University College,
355-15 King’s College Circle,

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...