Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

AÉCG Canada-Europe

La droite a-t-elle réussi à tromper la vigilance de la gauche ?

Pétition concernant l’AÉCG, 27 janvier date limite pour la signer.

La mobilisation contre la ZLEA, (Zone de libre-échange des Amériques), dans les années 2000, fut très importante et grâce à nos efforts concertés, nous avons réussi à faire échouer cet accord anti-démocratique.

Aujourd’hui l’Accord économique et commercial global Canada-Europe, (AECG), négocié à l’insu des citoyennes et des citoyens, est tout aussi inéquitable et anti-démocratique que les accords de "libre-échange" précédents. Son impact va être plus dommageable encore pour la vie des citoyens que les effets pervers prévus dans le cas de la défunte ZLEA. « L’AÉCG est l’accord le plus ambitieux jamais négocié par le Canada. Ses visées vont plus loin que l’ALÉNA. C’est la première fois que sont négociés des domaines entiers relevant de la juridiction des provinces et des pouvoirs municipaux et qui, pour le Québec, représentent des services publics majeurs. » [1]

Pourtant, cet accord est sur le point d’être adopté sans avoir soulevé d’importantes manifestations. Que se passe-t-il ? Est-ce que les citoyens devant mener tant de batailles sur tant de fronts, compte tenu des assauts multiples et incessants contre le bien commun, sont exténués et à court d’énergie ? Est-ce que l’imposant silence médiatique sur le sujet a même réussi à tromper la vigilance de la gauche de telle sorte que celle-ci n’a pas pris la pleine mesure des enjeux ? Combien réalisent pleinement que le budget Charest et ses hausses des tarifs d’Hydro, des frais de scolarité, des frais de santé, etc s’inscrit en droite ligne avec les diktats de l’AÉCG ? Quand les oligarques du Canada et d’Europe s’unissent et mettent tout leurs poids pour que les services publics soient dans la balance de l’AÉCG, faut-il s’étonner que Charest, puissant de leur appui, se pense invincible ?

Quant à la population dans son ensemble, il lui est difficile de réagir à cet accord pernicieux étant soigneusement et stratégiquement gardée dans l’ignorance. A moins que la manif du 16 février organisée par La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services soit LA manif qui va faire en sorte qu’une masse critique de la population se réveille et exige un référendum, comme le demande d’ailleurs la pétition en cours. Arrive-t-elle trop tard ? Si on compare au temps écoulé avant que le gouvernement accède à la demande de la population pour une Commission d’enquête sur la Corruption, il va falloir toute une manif pour "dégeler" les médias et atteindre Harper et Charest qui trinquent avec leurs futurs employeurs tout en haut de la pyramide.

Cet accord, ainsi que tous les autres accords dits de « libre-échange », est le moyen trouvé par l’oligarchie pour bâillonner la démocratie. Sous des mots faussement innocents comme : "il va de soi que des règles commerciales sont nécessaires entre pays", les oligarques et les médias à leur service, réussissent à berner la population. En réussissant dans ces accords à faire entériner leurs quatre volontés par nos politiciens serviles ou inconscients, cela leur donne la « légitimité » nécessaire pour que leurs intérêts, incluant ceux des banksters bien sûr, passent avant l’intérêt collectif. Cette caution de nos gouvernements donne également aux policiers la « légitimité » nécessaire pour criminaliser tous les citoyens informés qui osent contester les soi-disant droits de ces usurpateurs de la démocratie à piller le bien commun.

Pourtant cette prétendue légitimité est illégitime. Pourquoi ? Même les députés, qui sont pourtant nos élus et doivent nous représenter, n’ont pas pu débattre de cet accord. A un point tel, que le député Curzi parraine une pétition depuis l’Assemblée nationale qui demande un référendum pour que les citoyens aient leur mot à dire. https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-2129/index.html

De tout temps, la plupart des gouvernements ont été complices, à des degrés divers, des pouvoirs de l’argent. Sans cette complicité, le capitalisme n’aurait pu naître dans l’Angleterre du XVIe siècle. Toutefois, jamais auparavant dans l’histoire, les oligarques n’avaient réussi à faire inscrire ainsi la primauté de « leurs droits » dans nos lois, ce qui rend désormais extrêmement difficile pour tous les gouvernements présents et à venir de gouverner en fonction des intérêts collectifs. Cela facilite grandement la tâche des gouvernements corrompus. Les droits des oligarques passent désormais avant les nôtres. C’est écrit. C’est signé. Et l’AÉCG Canada-Europe sera un accord de plus, leur conférant et garantissant encore plus de droits.

En se référant à tous ces accords, Dorval Brunelle écrit : « Aucune constitution n’accorde la propriété des biens collectifs aux gouvernements […] les gouvernements n’en sont que les gestionnaires.[...] On peut ainsi qualifier l’État de « prédateur » qui s’arroge le droit de transférer la propriété collective en propriétés privées. [,,,] Face à de telles contraintes issues des hauteurs même des États, seule la mobilisation citoyenne mondiale semble offrir une porte de sortie ». [2]

La désinformation est le pire ennemi de la démocratie, dit-on souvent. A bien y penser, je crois qu’il en existe un pire encore. Lequel ? L’incrédulité des gens. Comme en général les gens sont honnêtes, ils n’arrivent pas à croire que nos "élus" aient capitulé et se soient soumis à ce point aux "puissants" de ce monde..." "Ça ne peut pas être si pire que ça, il y a sûrement exagération.." Et je les comprends d’avoir de la difficulté à y croire, parce que c’est pas croyable... N’y croyant pas tout à fait, ils n’agissent pas. Pour ces gens-là, rien de plus convaincant que les mettre devant une liste de faits.

Il y a urgence. Il faut agir vite afin que la démocratie ne soit pas trahie une fois de plus. « Il faut signer cette pétition. C’est une question de démocratie et de pérennité de nos services publics », nous dit Réjean Porlier, un des membres du Syndicat des technologues d’Hydro-Québec section locale 957 du SCFP à qui on doit cette initiative.

Pour en savoir plus sur le sujet :

http://www.canadians.org/francais/commerce/enjeux/AECG/index.html

http://www.quebec.attac.org/spip.php?article773


[2Dorval Brunelle, Chronique des Amériques, Du Sommet de Québec au Forum social mondial, PUL, p. 127

Françoise Breault

Après une carrière en enseignement, dont un an avec les Échanges France-Québec, j’ai poursuivi en travail social auprès des familles. Vers l’âge de cinq ans, je me demandais pourquoi il y avait des pauvres et ce que je pouvais faire. Sans en prendre pleinement conscience, cette interrogation m’a habité toute ma vie. Une année en Amérique du Sud ne m’avait toujours pas apporté de réponse. Cela m’a pris du temps à voir clair... Maintenant que la lumière est allumée, je ne peux et ne veux la refermer... Tous les faits, toutes mes lectures me confirment comment le système économique actuel contribue à ce fossé grandissant entre riches et pauvres. Me voici maintenant à ma 3e carrière, celle où je peux mettre tout mon temps et énergie à sensibiliser les gens aux graves enjeux d’aujourd’hui, afin de vivre dans un monde plus juste... « mais nous, nous serons morts mon frère... ».

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...