Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

« La faillite militaire et politique du régime de Poutine est inévitable, mais elle se prolongera dans le temps »

Nous reproduisons ci-dessous l’intervention d’Ilya Boudraitskis au meeting Philippe Poutou, le samedi 2 avril 2022.

Publié sur le site de la Quatrième internationale
2 avril 2022

Le 24 février – le jour où Poutine a commencé sa guerre – a scindé la vie des millions de gens entre un « avant » et un « après ». Des millions d’habitants des villes ukrainiennes souffrent sous les bombardements. Des réfugiés – pour la plupart des femmes et des enfants – remplissent aujourd’hui les villes européennes. Des soldats russes meurent en masse – pour la plupart des jeunes issus de familles pauvres et provinciales qui ne comprennent pas où ni pourquoi ils ont été envoyés. Les habitants de la Russie s’enfoncent de plus en plus dans la pauvreté. Dans les villes russes les manifestants contre la guerre sont emprisonnés ou forcés de quitter le pays.

Sans aucun doute, Poutine et son gang criminel sont les principaux responsables de cette tragédie. Ce sont eux qui ont décidé de commencer cette guerre. Ce sont eux qui, par la répression et une propagande chauvine répugnante, ont contraint la société russe à la passivité et à la soumission. Aujourd’hui toutes les forces de gauche dans le monde doivent exiger la fin immédiate de la guerre et l’investigation sur les crimes de guerre commis sur ordre de Poutine.

C’est pour exiger cela que les gens continuent à descendre dans les rues des villes russes pour protester contre la guerre, même aujourd’hui, alors que toute inscription « non à la guerre » est considérée comme un crime par la loi russe. Pour eux, sans exception, il y a des conséquences : emprisonnement, énorme amende, expulsion de l’université ou perte d’emploi. Quelques-uns continuent à manifester, tandis que la plupart sont paralysés par la peur. Les socialistes russes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Russie, poursuivent leur agitation anti-guerre.

La faillite militaire et politique du régime de Poutine est inévitable, mais elle se prolongera dans le temps. Cette période sera certainement difficile : beaucoup subiront encore la prison ou l’exil. La solidarité du mouvement international de gauche – y compris son aide concrète – nous est aujourd’hui indispensable pour poursuivre cette lutte.

Nous sommes convaincus que la tragédie actuelle de l’Ukraine ne peut être comprise et résolue qu’à partir d’une orientation anticapitaliste cohérente. Poutine et son régime ne sont pas une anomalie, ni une création archaïque de l’histoire singulière de la Russie. C’est une conséquence naturelle du capitalisme mondial et de l’impérialisme.

Son idéologie – chauvinisme, mépris du monde du travail et désir de ne voir dans tout qu’un cynique « conflit d’intérêts » – est facilement reconnaissable dans la rhétorique de l’extrême droite partout dans le monde. Ce n’est pas un hasard si, jusqu’à très récemment, Poutine était l’idole des Le Pen, Zemmour ou Salvini. De tels politiciens sont directement responsables de la souffrance que le peuple ukrainien connaît aujourd’hui. Et la vigoureuse lutte contre les candidats d’extrême droite fait partie d’une véritable lutte contre la guerre que Poutine mène contre le peuple ukrainien.

Mais le régime de Poutine ne se résume pas au chauvinisme et au nationalisme. C’est une inégalité sociale flagrante, c’est le pouvoir d’une poignée de riches sur la majorité des salariés privés de leurs droits. Le régime de Poutine c’est celui de bureaucrates et de milliardaires qui, depuis des années, siphonnent l’argent du pays, l’amènent dans des banques occidentales, investissent dans des manoirs et des yachts en Europe. Et les gouvernements capitalistes européens, qui connaissaient les origines criminelles de cet argent et qui ont fermé les yeux, ont également une responsabilité à assumer dans la guerre en Ukraine. De plus, jusqu’à ces dernières années, des pays comme la France ont continué à vendre à la Russie les armes avec lesquelles les enfants ukrainiens sont tués aujourd’hui. Tout cela révèle l’inhumanité ultime, l’immoralité du capitalisme en tant que système.

C’est pourquoi seul un programme anticapitaliste et socialiste est véritablement anti-guerre aujourd’hui – parce qu’il s’attaque aux causes plutôt qu’aux effets. C’est la lutte pour un tel programme qui peut prévenir les guerres futures et arrêter celle qui ensanglante actuellement l’Ukraine. C’est pourquoi des candidats comme Philippe Poutou sont de véritables combattants contre la guerre impérialiste. Et votre participation à sa campagne est une véritable prise en charge de l’avenir du monde.

02 avril 2022

Traduction Fourth.International

Du même auteur :

. « La faillite militaire et politique du régime de Poutine est inévitable, mais elle se prolongera dans le temps »

. Une nouvelle gauche émerge en Russie

. La majorité de Poutine en déclin ?

. Pourquoi y a-t-il des protestations massives dans toute la Russie ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...