Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

La fin du néolibéralisme ? Comment le Chili a rédigé une nouvelle constitution pour réécrire les lois de l’ère Pinochet

Dans cette étape historique, le Chili finalise un projet de sa toute première constitution démocratiquement écrite pour remplacer celle créée sous le dictateur néolibéral soutenu par les États-Unis, Augusto Pinochet. La nouvelle constitution devrait consacrer un large éventail de droits de l’homme et de programmes sociaux, y compris l’accès universel gratuit aux soins de santé, à l’enseignement supérieur, aux droits reproductifs, ainsi que des garanties et des politiques environnementales plus solides pour promouvoir l’équité entre les sexes et les races. Il reconnaîtra également pour la première fois les peuples autochtones du Chili et offrira la restitution des terres historiquement autochtones, mais n’inclut pas de mesure visant à nationaliser certaines parties de l’industrie minière du pays. « C’est une revendication des mouvements sociaux, de la société civile au Chili depuis des décennies », explique Pablo Abufom, membre du mouvement chilien « Solidaridad ».

19 mai 2022 | tiré de Democracy now !

AMY GOODMAN : C’est la démocratie maintenant ! Je suis Amy Goodman, avec Nermeen Shaikh, alors que nous nous tournons vers l’histoire en devenir au Chili, où le projet d’une nouvelle constitution a été présenté cette semaine qui pourrait remplacer celle mise en œuvre pendant la dictature du général Augusto Pinochet. La présidente de la Convention constitutionnelle du Chili, María Elisa Quinteros, a présenté le projet de nouvelle constitution du Chili lors d’une cérémonie lundi.

MARÍA ELISA QUINTEROS : Il convient de noter que le texte que nous avons construit ensemble met l’accent sur l’autonomie des territoires en dehors du centre du Chili ce qui était l’espoir de millions de Chiliens. ... Ce projet reflète l’esprit d’un nouveau Chili, un Chili qui, sur la base de décennies d’efforts, fait un pas vers l’avenir. Ce sont les souhaits de millions de citoyens qui ont placé leurs rêves et leurs espoirs dans ce processus. Ce texte matérialise une nouvelle façon de se traiter les uns les autres, une nouvelle façon de comprendre la vie dans notre pays, où chacun peut se sentir protégé.

AMY GOODMAN : La nouvelle constitution reconnaîtrait pour la première fois les peuples autochtones du Chili, codifierait les droits reproductifs, rendrait l’enseignement supérieur gratuit, exigerait l’égalité des sexes au sein du gouvernement et l’obligerait à atténuer la catastrophe climatique et à s’y adapter. Le projet ne comprenait pas de plans visant à nationaliser certaines parties de l’industrie minière du pays. Les travaux sur la version finale de l’ébauche sont en cours. Les Chiliens doivent se prononcer le 4 septembre. Certains sondages récents montrent que moins de 40% disent actuellement qu’ils voteraient oui.

Pour en savoir plus, nous allons à Santiago, au Chili, et nous sommes rejoints par Pablo Abufom, membre du mouvement solidaridad du Chili – en anglais, Solidarity movement – une organisation féministe anticapitaliste.

Bienvenue à nouveau à Democracy Now !, Pablo. Parlez de l’importance de ce qui s’est passé cette semaine.

PABLO ABUFOM : Bonjour, Amy. C’est bien d’être ici.

Eh bien, la première chose à dire est que cela se termine finalement avec la constitution néolibérale imposée par la dictature. C’est très important. C’est une revendication des mouvements sociaux, de la société civile au Chili depuis des décennies. Et c’est probablement une nouvelle étape dans une crise politique qui a commencé en octobre 2019, où nous avons eu une énorme révolte populaire à Santiago, mais dans d’autres grandes villes, dans des centres urbains et ruraux au Chili, quand des millions de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer la garantie des droits sociaux ; la fin des politiques néolibérales telles que la privatisation des systèmes d’éducation, de santé et de retraite ; ainsi que l’égalité des sexes et la reconnaissance des droits des peuples autochtones. Et donc, cette nouvelle constitution, le projet de la nouvelle constitution, c’est enfin un endroit où toutes ces aspirations ont une place, sont reconnues.

Et c’est aussi très pertinent, car c’est la première constitution qui est écrite démocratiquement. C’était un organe élu qui est en fait représentatif d’une diversité chilienne, y compris la parité des sexes, des représentants des peuples autochtones, des mouvements sociaux, comme les groupes écologistes et les mouvements féministes. Et donc nous avons un organe qui est réellement démocratique. C’est un contraste énorme avec les constitutions précédentes qui ont été écrites, dans le cas de la dictature, par un petit groupe de partisans de la dictature, mais aussi dans le passé qui a été écrite par un petit groupe d’experts, de politiciens, d’avocats, etc. Et donc, c’est un jalon complètement historique pour notre histoire récente.

NERMEEN SHAIKH : Et, Pablo, pourriez-vous nous parler de ce que vous savez du soutien que le projet de constitution a ? Nous venons de mentionner qu’à l’heure actuelle, seulement 40% des Chiliens disent qu’ils voteraient en sa faveur.

PABLO ABUFOM : Oui, nous devons dire que ce sont ces mêmes sondages qui disaient que les gens n’approuvaient pas le changement de la constitution, ou les gens qui disaient que le candidat fasciste – néofasciste de droite, Kast, allait gagner les élections, et c’est Gabriel Boric, un progressiste, qui a gagné. Donc, il n’y a pas grand-chose à trouver pour nous dans ces sondages, mais beaucoup des aspirations des grands perdants de ce processus, de cette crise politique – les conservateurs, les nationalistes et les défenseurs du modèle néolibéral.

Donc, les références réelles que nous avons, ce ne sont pas seulement les sondages, mais nous avons un vote de 80% pour une nouvelle constitution. Nous avons un vote majoritaire pour les représentants des mouvements sociaux, des indépendants et des groupes de gauche dans la société civile pour changer une constitution néolibérale. Et puis nous avons une participation massive pour voter pour Gabriel Boric en tant que président, en tant que président progressiste, contre le candidat fasciste de droite. Donc, ce sont les faits réels que nous avons. Le reste sont des sondages qui, bien sûr, ont tendance à parler davantage des aspirations des gens qui commandent ces sondages que de l’opinion réelle du peuple.

NERMEEN SHAIKH : Et, Pablo, qu’en est-il du fait que l’une des dispositions a été exclue, l’article 27, qui aurait nationalisé l’industrie minière ? Pourriez-vous nous parler de l’importance de cela et, en particulier, du lithium et de l’importance du lithium pour l’économie chilienne, et qu’est-ce que cela a à voir avec cette décision ?

PABLO ABUFOM : Eh bien, le Chili est une économie basée sur l’extraction de matières premières. Et l’exploitation minière est la principale activité en termes d’extraction du cuivre, et maintenant le lithium est devenu la nouvelle chose. Et donc, le différend autour de qui peut – si l’État peut avoir une activité économique en termes d’extraction de lithium ou simplement des entreprises privées, principalement des sociétés multinationales qui exploitent actuellement beaucoup de minéraux chiliens en ce moment, c’est l’un des principaux différends. Et il a mobilisé beaucoup de soutien. Et c’était en fait un projet de loi d’initiative populaire pour la Convention constitutionnelle qui proposait la nationalisation des mines et autres ressources naturelles.

Et je pense qu’il faut tenir compte du fait qu’une constitution ne va pas résoudre tous les problèmes. Il y a encore beaucoup de choses qui vont faire partie des luttes futures, et la constitution ouvre une nouvelle période politique pour ces luttes. Donc, ce n’est certainement pas le cas – la constitution n’inscrit pas la nationalisation, mais la nationalisation des ressources naturelles comme moyen de résoudre une crise économique en cours et de payer pour les droits sociaux qui sont inscrits dans la constitution, c’est certainement sur la table, et cela fera probablement partie d’une lutte politique dans les prochaines décennies.

AMY GOODMAN : Et quels sont les plans pour galvaniser le soutien ? Je veux dire, ce sera un référendum dans tout le pays en septembre pour cette constitution. Et dans quelle mesure pensez-vous que cela changera ?

PABLO ABUFOM : Eh bien, le fait est que depuis le début de la Convention constitutionnelle, la droite et les grands perdants de cette élection ont fait une sale campagne de fausses nouvelles et de promotion du rejet de la nouvelle constitution, avant même qu’elle ne soit écrite ou même avant que nous puissions voir l’un des articles. Donc, ils ont beaucoup d’avantages en ce sens. Ils le font depuis longtemps. Et maintenant, les mouvements sociaux populaires et la société civile se mobilisent pour une approbation de la nouvelle constitution, et maintenant nous voyons que, avec le projet entre nos mains, nous allons descendre dans la rue pour parler aux gens et communiquer les changements réels. Je pense que ces sondages reflètent le contrôle que les médias grand public ont sur le récit politique au Chili. Nous avons vu qu’ils ont parlé — la plupart de l’information qui se trouve sur les médias sociaux — et les médias grand public propagent de fausses nouvelles. Et maintenant, nous allons voir ce que les gens pensent de la constitution actuelle, de la consécration des droits sociaux, des droits reproductifs, de la parité des sexes, d’un processus démocratique, etc.

AMY GOODMAN : Eh bien, nous devons en rester là. Nous vous remercions beaucoup, Pablo Abufom...

PABLO ABUFOM : Merci.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...