Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Le burkinabé Ibrahima Traoré, un capitaine aux accents de Sankara !

Le « coup d’état dans le coup d’état » ou la « rectification de la transition » qui a été mené tout au long du week-end du 1er octobre au Burkina sous l’autorité du capitaine Ibrahima Traoré a été mené d’une main de maître.

Tiré de MondAfrique.

La guerre fratricide entre le groupe des « Cobras », l’unité spéciale d’Ibrahima Traoré qui a été créée en 2019 contre les forces djihdistes, et les Forces spéciales, d’où était issu le précédent chef putschiste, le lieutenant colonel Pierre-Henri Damiba, n’aura pas eu lieu. Des négociations ont eu lieu entre les deux groupes les plus puissants de l’armée. Le sang n’a pas coulé.

Paul-Henri Damiba a été conduit vers la porte de sortie en douceur. C’est le premier point à mettre à l’actif du nouveau « chef du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration ». Un nouveau Sankara ? Ce n’est pas impossible. Le capitaine Traoré parle bien, et il parle du nécessaire développement économique et social du pays.

Le sort de la population

Ce jeune homme de 34 ans est s’est en effet montré soucieux du sort des populations. A chacune de ses prises de parole, que ce soit sur la radio burkinabè Omega, sur VOA Afrique ou sur RFI, il a fait état de la souffrance du peuple. Lors de cet entretien, il a d’ailleurs désarçonné, Christophe Boisbouvier, l’interviewer vedette de RFI en répondant avec clarté à toutes les questions qui fâchent.

– Sur le respect du calendrier de la CEDEAO ? : « on souhaite que l’ordre constitutionnel normal soit de retour avant cette date. »

– Sur son maintien au pouvoir ? Il a confirmé que des assises des forces vives désigneront le président de la transition. Ces assises désigneront elles un président civil ou militaire ? Une nouvelle fois, sa réponse a été désarmante : « Je n’ai pas de préférence, cela dépendra de ceux qui participeront à l’exercice, je n’ai pas à intervenir. »

– Sur son maintien à la tête du pays après les assises ? Dans un sourire, Ibrahima Traoré a rétorqué : « Pourquoi continuer, nous ne sommes pas venus pour un but particulier, tout ce qui intéresse une fois que la sécurité sera revenue, c’est le combat pour le développement, le reste ça ne nous concerne pas, on sera là pour donner des idées. »

Une attitude qui, à n’en pas douter, donne des sueurs froides aux juntes malienne et guinéenne qui s’accrochent au pouvoir sans élan ni empathie .

Chapeau l’artiste !

Nicolas Beau

Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l’Institut Maghreb (Paris 8) et l’auteur de plusieurs livres : "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...