Édition du 18 juin 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Monde du travail et syndicalisme

Le syndicat Kuryer des coursiers résiste

Tiré de Entre les lignes et les mots
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/03/20/le-syndicat-kuryer-des-coursiers-resiste/

Le dernier épisode de la lutte des livreurs de repas en Russie a été une grève de cinq jours qui s’est déroulé du 20 au 25 décembre 2022. Selon le syndicat Kuryer, qui a organisé l’action, environ 3 800 livreurs dans plus de quinze villes ont participé à la grève. Les travailleurs ont adressé leurs revendications au géant russe de la technologie Yandex, dont le service de livraison de repas, Yandex.Eats, s’est assuré un quasi-monopole sur le marché de la livraison de repas dans le pays après avoir racheté son principal concurrent, Delivery Club, en septembre 2022. La grève présente des similitudes avec les conflits avec des entreprises comme UberEats et Deliveroo dans d’autres pays européens. Les livreurs, qui sont officiellement des travailleurs indépendants, réclament notamment l’introduction de contrats de travail avec Yandex, ainsi qu’une amélioration des salaires et des conditions de travail. Pendant la grève, des milliers de livreurs ont refusé de prendre des commandes via l’application mobile Yandex.Eats, perturbant ainsi le service dans plusieurs villes. Le syndicat des coursiers a également appelé les grévistes à « saboter le travail » des restaurants partenaires de Yandex en formant des files d’attente et en bloquant les caisses aux clients.

Les services de livraison de repas en Russie sont devenus extrêmement populaires ces dernières années, en particulier dans les centres urbains riches comme Moscou et Saint-Pétersbourg. La demande a augmenté massivement pendant la pandémie, car la Russie, l’un des pays les plus touchés, a été confinée. Avant la fin de l’année 2022, trois grands acteurs se disputaient le marché lucratif de Moscou : Delivery Cub, Yandex.Eats et Sbermarket. Depuis l’acquisition de Delivery Club par Yandex, les travailleurs se sont plaints de la baisse de leurs salaires, qui sont passés de 110 roubles, soit 1,59 dollar, par commande à 70 roubles, soit environ un dollar. Les livreurs ne sont pas directement employés par Yandex. Ils ne bénéficient d’aucun droit et n’ont aucun moyen de négocier de meilleures conditions de travail avec l’entreprise. À l’instar d’autres plateformes numériques en Russie, Yandex affirme que ses livreurs de repas sont des « partenaires » autonomes et indépendants ou des entrepreneurs individuels. Il est vrai que cela offre une certaine flexibilité. Les travailleurs peuvent choisir leurs propres horaires, par exemple. Mais cela signifie qu’ils doivent assumer les risques et les dépenses liés à leur travail, ainsi que leurs frais médicaux. Yandex peut ainsi empêcher les livreurs d’utiliser son application Eats sans avertissement préalable, ni explication.

C’est pourquoi le syndicat des coursiers insiste sur l’introduction de contrats de travail entre Yandex et les livreurs de repas dont elle dépend pour générer des profits. Les dirigeants syndicaux affirment que les contrats peuvent garantir aux travailleurs qu’ils ne seront pas licenciés sans explication, qu’ils bénéficieront de congés de maladie et que leurs salaires seront indexés sur l’inflation. Les contrats de travail établiraient également des relations formelles directes entre Yandex et les membres du syndicat, donnant aux livreurs la possibilité de négocier de meilleures conditions de travail, notamment sur des questions telles que la taille du rayon de livraison et la politique de plus en plus rigide de Yandex en matière d’amendes.

Alors que les conditions de travail se sont dégradées, les revenus du département « food-tech » de Yandex ont grimpé en flèche. Le chiffre d’affaires de cette partie de l’entreprise, qui comprend Yandex.Eats, ainsi que le service d’achat en ligne Yandex.Market, a augmenté de 124% en glissement annuel au cours du troisième trimestre 2022, atteignant 9,8 milliards de roubles, soit 141 millions de dollars. Les revenus totaux de Yandex au cours de la même période ont augmenté de 52% par rapport à l’année précédente, atteignant 91,3 milliards de roubles, soit 1,32 milliard de dollars, ce qui signifie que les revenus de la food-tech ont contribué à plus de 10% des revenus globaux de l’entreprise. Ces revenus en hausse sont d’autant plus remarquables que la Russie est soumise à de lourdes sanctions occidentales en raison de son invasion de l’Ukraine. (Yandex elle-même n’a pas été directement sanctionnée par l’Occident, mais certains de ses dirigeants l’ont été). Bien que les sanctions n’aient pas porté un coup fatal rapide comme certains observateurs l’avaient initialement prévu, la guerre économique de l’Occident contre la Russie exerce une pression immense sur le pays et limite la capacité de Moscou à mener des opérations militaires en Ukraine. L’ordre de mobilisation de Vladimir Poutine, annoncé le 21 septembre, a renforcé la pression en retirant environ trois cent mille hommes de la population active et en détournant encore plus de ressources vers la machine de guerre. De plus, en décembre, l’embargo de l’UE sur les importations de pétrole russe est entré en vigueur, ce qui représente des pertes de revenus de plusieurs milliers de milliards de roubles pour cette industrie et, par conséquent, pour le budget de l’État russe, assoiffé d’hydrocarbures.

Yandex riposte

En réponse à la grève annoncée par Kuryer, Yandex a déclaré aux journalistes qu’elle n’avait reçu aucune plainte de la part des livreurs, affirmant en outre que leurs salaires avaient en fait augmenté de 30% l’année dernière et qu’à Moscou et à Saint-Pétersbourg, ils gagnent en moyenne 350 à 400 roubles de l’heure, soit environ 5 dollars à 5,79 dollars. Le service de presse de l’entreprise a affirmé qu’un nombre record de livreurs de repas étaient actifs pendant les cinq jours de grève. Cependant, des captures d’écran de l’application mobile Yandex.Eats partagées en ligne par des travailleurs en grève et des clients sympathisants de leur cause montrent une image différente, avec des temps d’attente excessifs pour les livraisons causés par une pénurie de travailleurs. Il est apparu en ligne que Yandex avait payé de grands organes de presse et des canaux de médias sociaux pour discréditer les grévistes et le syndicat des coursiers. Certains médias ont faussement indiqué qu’il n’y avait pas de grève. Les responsables de la chaîne d’information Telegram, Ateo Breaking, ont publié des captures d’écran de messages reçus de la part d’employés des relations publiques de Yandex, qui leur demandaient de partager un article critiquant les livreurs en grève avec les quelque 500 000 abonnés de la chaîne. De même, Yandex a commencé à envoyer des SMS en masse promettant aux destinataires un salaire de 150 000 roubles, soit 2 171 dollars, par mois et de généreuses primes pour travailler en tant que livreur pour Yandex.Eats.

La plus absurde des tactiques antisyndicales de l’entreprise technologique a été l’installation de panneaux routiers aux couleurs vives à Moscou, exprimant la gratitude des livreurs qui ont continué à se présenter au travail et à honorer les commandes pendant la période de grève.

Des images de livreurs souriants portant des sacs à dos en forme de cubes et posant à côté des panneaux ont été partagées en ligne par des chaînes de médias locales, souhaitant aux travailleurs « des livraisons faciles et de gros pourboires ». Malgré la campagne cynique et alambiquée de Yandex contre les livreurs de repas en grève, la grève, qui a commencé avec environ six cents personnes à Moscou et à Saint-Pétersbourg, a pris de l’ampleur, s’est étendue à d’autres grandes villes de Russie et a rassemblé plus de travailleurs que les organisateurs du syndicat Kuryer ne l’avaient prévu. Dans le même temps, les principaux médias nationaux, tels que les journaux économiques Kommersant et RBK, ont publié des comptes rendus relativement détaillés de la grève et des revendications des livreurs de repas. Le très populaire YouTubeur et critique de cinéma, Evgeny Bazhenov, mieux connu sous son surnom Internet BadComedian, a également partagé des messages de solidarité avec les grévistes parmi ses nombreux fans en ligne.

Des temps difficiles pour les travailleurs

Cette grève était également inhabituelle à un autre titre. Comme pour la plupart des autres formes d’activité politique indépendante en Russie, l’activité syndicale indépendante a connu un déclin marqué au cours des deux dernières décennies. Les lois draconiennes sur le travail adoptées au début des années 2000 font qu’il est difficile de former des syndicats et d’organiser des grèves légalement. De même, le régime autoritaire de Poutine a coopté les syndicats officiels qui ont hérité des traditions de l’ère soviétique. Ces organisations sont plus préoccupées par la collecte des cotisations que par la défense des droits des travailleurs, et elles sont souvent accusées de prendre le parti des employeurs dans les conflits du travail. Des organisations alternatives de base ont parfois occupé l’espace que les syndicats officiels refusaient d’occuper. Nombre de ces syndicats indépendants comptent beaucoup moins d’adhérents, car ils sont généralement constitués sur une base professionnelle, par exemple parmi les ouvriers de l’automobile. Ils sont également très vulnérables aux pressions et aux persécutions de l’État.

En 2018, par exemple, les autorités russes se sont attaquées au syndicat interrégional, connu pour ses grèves très médiatisées dans une usine Ford près de Saint-Pétersbourg. Elles ont dissous l’organisation en vertu de la loi sur les « agents étrangers » du pays – c’était la première fois que cette législation était utilisée contre un syndicat. Cette même loi sur les « agents étrangers » a été utilisée pour réduire au silence les militants et les journalistes qui critiquaient l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Alors que les syndicats et les travailleurs ne formulent généralement pas de demandes politiques explicites, les autorités considèrent toute forme d’action collective de base comme politique – une tendance que la répression de la dissidence en temps de guerre a renforcée.

Des années de lutte ont amené certains syndicats indépendants à réaliser qu’ils ne peuvent améliorer les droits des travailleurs sans apporter des changements plus importants et plus fondamentaux à l’État, ce qui implique d’avoir un siège à la table des décideurs politiques – ce que les autorités russes ne se sont pas montrées disposées à offrir. Dans ce contexte de capacité limitée d’organisation des travailleurs par la base, le syndicat Kuryer se distingue des autres, à la fois par son approche dynamique de l’organisation et par l’utilisation d’un langage politisé et de gauche. Kuryer a vu le jour en juin 2020, lorsque les livreurs de nourriture de Delivery Club ont lancé une grève en raison de retards de paiement après deux mois de travail. Sous la pression, l’entreprise a capitulé et effectué les paiements dus aux travailleurs. Depuis lors, le syndicat a organisé de nombreuses manifestations et grèves sur des questions allant des réductions salariales prévues aux sanctions financières imposées aux travailleurs pour de petites infractions aux règles.

Le principal organisateur de Kuryer, Kirill Ukraintsev, qui s’est fait connaître en tant que YouTuber de gauche avant de diriger le syndicat, a été arrêté en avril de l’année dernière et inculpé de « violation des règles de rassemblement ». Il est toujours en détention provisoire à ce jour. Le cas d’Ukraintsev constitue un précédent important, car il criminalise de fait toute forme d’activité syndicale et rend ainsi ses possibilités beaucoup plus risquées dans l’environnement politique actuel. Par ailleurs, en novembre, la police a arrêté le coprésident du Kuryer, Said Shamhalova, soupçonné d’avoir « l’intention de commettre un vol », mais il a été relâché par la suite. Malgré la coalition de forces gouvernementales et corporatistes agissant contre Kuryer et ses membres, le syndicat a réussi à faire pression sur certaines des plus grandes entreprises technologiques de Russie et à obtenir des victoires significatives pour les travailleurs. Les tactiques utilisées lors de la grève de décembre démontrent que, quel que soit le degré de répression du système politique russe, les militants socialement conscients peuvent trouver des moyens nouveaux et créatifs de contourner les obstacles dressés par les autorités.

Mack Tubridy, 11 mars 2023
Publié par Asian Labour Review
Traduction Patrick Le Tréhondat
https://laboursolidarity.org/fr/n/2585/le-syndicat-kuryer-des-coursiers-resiste

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Monde du travail et syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...