Édition du 23 février 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Les groupes terroristes blancs ont attaqué la démocratie durant la Reconstruction, ils recommencent, disent les historiens.nes

Pendant que Washington sort de l’invasion du Capitole par une foule pro-Trump qui voulait renverser les résultats de l’élection de 2020, la démarche pour la destitution du Président pour incitation à l’insurrection est envisagée. L’historienne de la Guerre civile et de la Reconstruction, Manisha Sinha, déclare qu’il ne s’agit pas de la première tentative de perturbation du processus démocratique par les terroristes de l’extrême droite blanche intérieure.

Democracynow.org, 7 janvier 2021
Traduction et organisation du texte, Alexandra Cyr
Note de la traductrice : la Reconstruction est la période qui a suivi la Guerre civile américaine

Introduction

Elle rappelle le coup d’état de Wilmington en 1898 et de bien d’autres tentatives dans les États du sud. Elle ajoute : « Les groupes actuels me rappellent ceux de l’époque  ». Devant l’appel à l’utilisation du 25ième amendement, elle soutient : « C’est une énorme attaque contre notre démocratie. Nous devons y répondre avec force  ».

Amy Goodman : Nous abordons l’histoire immédiate. Cette semaine les leaders du groupe suprématiste d’extrême droite, Proud Boys, ont été arrêtés. Ils étaient armés de fusils et d’armes automatiques ; ce qu’ils allaient faire à Washington était évident. Mais pour faire le lien historique, nous serons avec la professeure Manisha Sinha. Elle enseigne l’histoire de l’esclavage, de son abolition, de la Guerre civile et de la Reconstruction. Elle est l’autrice de : The Slave’s Cause and The Counterrevolution of Slavery. Elle enseigne à l’Université du Connecticut.

Merci Professeure : pouvez-vous nous parler de ce qui s’est passé hier, et nous expliquer ce que l’introduction de la procédure prévue au 25ième amendement peut vouloir dire ?

Manisha Sinha : (…) Je pense que ce qui s’est passé hier est vraiment bouleversant. Comme historienne de la Guerre civile et de la Reconstruction, j’ai souvent fait des comparaisons entre ce qui se passe sous le régime Trump, (je l’appelle volontairement régime et non administration), et ce qui s’est passé dans notre histoire. Mais je ne pensais pas que ça pouvait se produire maintenant même si je le soupçonnais avec ce qui est arrivé récemment au Michigan. (à l’été 2020, un groupe armé d’extrême droite a envahi le parlement du Michigan pour y capturer la Gouverneure démocrate et la mettre à mort. N.d.t.)

(…) Cette tentative de perturber le processus démocratique, cette fois ci en empêchant le décompte des votes du Collège électoral par la terreur interne, est survenue souvent dans l’histoire ; souvent durant la période de la Reconstruction, pas seulement lors du coup d’état de Wilmington en 1898, mais aussi avant cela. Dans chacun des États du sud, soit le vote ou la gouvernance démocratique ont été perturbés par l’aile politique de droite ou par des groupes terroristes blancs comme le Ku Klux Klan, les Knights of the White Camelia, la Ligue blanche, ou les Red Shirts for Wade Hampton en Caroline du sud. Il y en a eu un grand nombre. Et ils portaient haut le drapeau des Confédérés. Ça ne s’est pas passé que durant la guerre civile, c’est arrivé hier. Je pense que c’est un mauvais présage pour notre démocratie et qu’il faut répondre avec force. Soit mettre à exécution les actes d’accusation de l’époque de la Reconstruction pour arrêter et poursuivre (les insurgés.es). Je suis choquée par le petit nombre d’arrestations jusqu’à maintenant.

Il est clair que nous devons évoquer le 25ième amendement contre Donald Trump. Je ne crois pas que nous ayons le temps de passer à travers la lente procédure de la destitution mais nous avons le temps d’invoquer le 25ième amendement.

Reste à savoir si Mike Pence, son cabinet et une section du Parti républicain endosseront cette démarche. Jusqu’à maintenant ils ont endossé les agissements du Président. Même ceux et celles qui ont dénoncé la violence hier étaient complices dans la mesure où aucun d’entre eux n’a dénoncé son l’attaque contre le résultat de l’élection. Et un segment des républicains.es, 102 membres du Parti à la Chambre des représentants et sept Sénateurs, se sont joints à Rick Scott pour contester le résultat du vote du Collège électoral de la Pennsylvanie. C’est donc une section, en ce moment même un groupe substantiel, de ce Parti qui permettent à D. Trump d’agir (comme il le fait).

C’est extrêmement dangereux. Il faut envoyer un message. Il faut arrêter D. Trump d’agir. Et ces membres du Congrès qui l’aident doivent être censurés.es, expulsés.es comme le dit Cori Bush. Ils doivent subir les conséquences de leurs actes d’incitation à la violence.

Nermeen Shaikh d.n. : Professeure, vous avez aussi dit que si le Président a eu recours à ces terroristes de l’intérieur, c’est parce qu’il était devenu clair que les militaires n’allaient pas soutenir son entreprise de renversement du résultat des élections, en fait de perpétrer un coup d’état. Pouvez-vous nous parler de cette résistance des armées et nous dire si c’est significatif ? Également, pouvez-vous parler de la Reconstruction et de la pertinence d’en discuter maintenant ?

M.S. : Les récentes déclarations du Secrétaire à la défense, des hauts gradés des armées ces derniers jours ne laissaient aucun doute sur leur volonté de ne pas perpétrer un coup d’état.

Et tous ceux et celles qui ont ridiculisé l’idée que le Président irait jusque-là, qui ne l’ont vu que comme un autoritaire manipulant les structures gouvernementales, n’ont pas compris du tout l’étendue de la folie de cet homme. Quand il a utilisé l’armée pour asperger de gaz lacrymogènes les manifestants.es (dans le parc Lafayette l’été dernier), il était clair qu’il pouvait aller aussi loin que cela. Quand il a applaudi les gens qui s’attaquaient aux manifestants.es les arme à la main dans les rues du pays, il était clair qu’il pouvait aller aussi loin.

Et il est important de se rappeler que finalement il y a des membres des armées qui se sont rendu compte que nous vivons dans une démocratie. Les militaires sont sous la loi civile et ne peuvent pas obéir à des ordres inconstitutionnels. (Le Président) a gracié des gens qui ont violé le code de conduite militaire, qui ont commis des crimes de guerre. D. Trump est un fasciste pur et dur quant à moi. Je ne doute absolument pas qu’il aurait perpétré (un coup d’état) s’il avait eu la collaboration de l’armée pour l’orchestrer. Rappelez-vous de ce que je dis. Je suis reconnaissante qu’après avoir subi ce qu’elles ont subi, nos institutions aient résisté, y compris quant au principe de l’obéissance aux lois constitutionnelles de la part des militaires.

C’est pour cela qu’il a fait appel aux Proud Boys et aux autres groupes terroristes de droite de tout le pays. C’est exactement ce qui s’est passé durant la Reconstruction. Des groupes terroristes blancs où les hommes dominent en nombre vont, en toute impunité, tuer des gens, envahir les législatures (d’État), tuer des opposants politiques. Rappelez-vous qu’il y a eu un complot pour capturer la Gouverneur Whitmer (du Michigan). Donc on joue à nouveau ce que les groupes terroristes ont fait durant la Reconstruction. Nous devrions donc, comme le gouvernement fédéral et l’armée de l’Union de l’époque, agir contre ces groupes. Notre démocratie, garantie par la constitution, est en jeu. C’est colossal. Je ne suis pas celle qui fait appel au pouvoir d’État à tort et à travers mais, dans ce cas c’est la seule solution.

Je suis encore sous le choc de voir à quel point l’imposition de la loi a tardé. Nous savons que la mairesse du District de Washington avait réclamé l’assistance de la Garde nationale la veille des événements. Le département de la défense étudiait toujours cette demande hier. Bien sûr, ce département est composé de loyaux.ales à D. Trump. Nous sommes donc dans une situation très dangereuse.

A.G. : Et, finalement, ce n’est pas le Président qui a fait appel à la Garde nationale mais, selon le New York Times, c’est le Vice-président qui l’a fait. Il a été évacué en tout premier avant les autres élus.es qui ont dû s’arranger par eux-mêmes certains.es s’accroupissant sur place. (…) Quant aux membres du Cabinet dont on parle de démission, par exemple, la Secrétaire au transport, Elaine Chao et possiblement Robert O’Brien, ils n’ont rien annoncé. Quel rôle joueraient-ils, tout comme M. Pence qui sera Président le jour où le recours au 25ième amendement sera en acte ?

M.S. : (…) Le fait que ce soit le Vice-président qui ait fait appel à la Garde nationale est une honte. C’est une preuve que D. Trump a abdiqué. Le Président élu J.Biden, l’a dit clairement : « Cet homme est incapable de jamais plus gouverner ». De fait, il a incité à la sédition. Il dit qu’il aime ces gens.

A.G. : Qu’est-ce que ça donnerait d’avoir recours au 25ième amendement ? De quoi est-ce que ça aurait l’air ?

M.S. : Ça n’est encore jamais arrivé dans l’histoire des États-Unis. Ça été envisagé mais jamais appliqué. Mais dans une situation complètement nouvelle après ce qui vient d’arriver….

La moitié du Cabinet du Président et le Vice-président Pence devraient s’entendre pour le faire. Ensuite il faudrait que ce soit accepté par une majorité du Congrès. Je pense que ça devrait se faire. Il faut que ce soit fait. Nous verrons bien si Mike Pence, qui a été très loyal au Président Trump dans toutes ses actions les plus extrêmes, aura la colonne vertébrale nécessaire pour invoquer cet amendement avec la majorité de ses collègues du gouvernement. Après tout, il a déclaré qu’il ne violerait pas son rôle constitutionnel de devoir annoncer les résultats des votes du Collège électoral.

Pour moi, c’est la seule solution pour mettre fin au règne Trump. N’oublions pas qu’il est toujours Président, qu’il pourrait déclencher une guerre. Il peut faire n’importe quoi. En ce moment, il est tellement désespéré, ses actions sont si criminelles, qu’il pourrait bien faire n’importe quoi. Je pense qu’il est une menace à la sécurité du pays. Il a clairement été une menace à la démocratie américaine depuis le début. Nous avons l’obligation d’invoquer le 25ième amendement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...