Édition du 6 décembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Brésil : Les moyens de briser une course

Il existe plusieurs façons d’achever les Noirs au Brésil.

Le premier d’entre eux, le plus cruel, est sous la torture et les coups haineux. Un lynchage public, avec assistance sous le soleil, bière et passivité. Si un homme noir est battu à mort, il a fait quelque chose. En fait, les noirs font toujours quelque chose de mal.

Il en a été de même pour Moïse Kabagambe, qui a travaillé à Rio de Janeiro dans un kiosque de plage. Son erreur, sa pétulance... sa folie a été de ne pas reconnaître sa place, quand il a demandé deux jours de salaire pour son travail. Pour quoi ? Il a été brutalisé par cinq barbares qui l’ont détruit avec des morceaux de bois et une batte de baseball. L’un des tueurs a déclaré avoir "décidé d’évacuer la rage qu’il ressentait" et c’est pourquoi il a frappé le Congolais avec une batte de baseball.

Mais aujourd’hui, dans n’importe quelle ville brésilienne, les jeunes hommes sont attachés à des poteaux, dans une récupération des anciens pilori. Les nouveaux esclaves sont battus, tandis que les communicants de la télévision approuvent et gagnent de l’argent et de la célébrité en incitant les masses à lyncher les marginaux. Ils ont fait quelque chose.

Deuxièmement, et fréquemment, des Noirs sont tués, de préférence des enfants noirs, par le terrorisme le plus élémentaire des "balles perdues" dans les favelas et les communautés les plus pauvres. Des garçons et des filles noirs, très noirs, noirs clairs, noirs métis, mais toujours noirs. Ce sont des crimes sans criminels, des morts sans enquête, parce qu’il est naturel de mourir en raison de la nature de la couleur et du lieu. Quelque chose que ces enfants ont fait.

Dans la troisième voie, d’apparence douce, mais tout aussi infâme, les Noirs meurent par le mépris, par l’indifférence, ou par le plus simple mépris. C’est le cas du petit garçon Miguel, fils de la femme de chambre Mirtes. Là, nous avons eu la révélation de l’horreur de l’injustice de classe au Brésil. Et dans son crime, la coutume en vigueur de tuer les noirs parmi les brésiliens. De cette mort typique, on ne peut même pas parler de tragédie, tant est grande la vulgarisation de la manière dont la vie des Noirs est annulée.

Quelques minutes avant la chute de l’enfant Miguel, Madame se peignait les ongles à la maison. Elle avait été laissée avec le petit Miguel par la servante Mirtes, qui était sortie dans la rue avec le chien de la maîtresse. L’enfant est resté à jouer avec la fille de la dame. Mais le malheur de Miguel a été d’avoir trop d’amour pour sa mère. Quand elle est partie, il s’est mis à pleurer, demandant son abri et ses genoux. Mais pourquoi le petit garçon, en plus d’aimer sa mère, manquait-il soudain tant de son affection ? Il a fait quelque chose ! Le fait est que le garçon, têtu, rebelle, "plein de volonté" - comme s’il n’était pas le fils d’une femme noire - l’a tellement ennuyée que la patronne n’a eu d’autre choix que de le laisser à lui-même. Pas de chance, pas de chance, pas de chance. En d’autres termes : voulez-vous votre mère ? Sur les images vidéo, la maquerelle apparaît en train d’emmener le condamné vers son destin de petit garçon noir. Elle le laisse seul dans l’ascenseur du gratte-ciel de Recife. Et elle retourne à ses beaux ongles. Soudain, un bruit sourd, un petit bang. Les os lorsqu’ils touchent le sol, en descendant d’une bonne hauteur, font le bruit des bombes.

Une troisième façon d’éliminer les Noirs est de les prendre pour des agresseurs. Ils n’ont pas besoin d’être armés ou de porter un objet volé. Mais certains le font, toujours. Parce qu’ils volent plus que des valeurs matérielles : ils volent la patience de ceux qui voient cette couleur. Ne demandez donc pas pourquoi un homme honnête et travailleur est pris pour un voleur sans avoir jamais volé. Ne peuvent-ils pas voir qu’il est noir ? S’il n’a pas volé, il volera. S’il ne l’a pas fait, un de ses copains l’a fait.

J’ai écrit là-haut qu’il y a plusieurs façons de terminer une course. Ensuite, dans le premier paragraphe, j’ai dit qu’il y a plusieurs façons d’éliminer les noirs. Mais je dois ici faire une mise en garde : il existe plusieurs façons de se débarrasser des personnes à la peau noire. Au Brésil, le noir est une couleur. Si quelqu’un descend de personnes noires, mais a la peau claire, il n’est pas noir. Vous pouvez même être promu au rôle de batteur et de meurtrier de votre race. Pour un chien danois, tout le monde à lui. Même les chiens bruns montent, car ils ne possèdent pas le mal d’être noirs. Ils possèdent juste la mauvaise rage de se retrouver avec un homme noir légitime. Et ainsi, ils finissent dans leurs propres âmes, qu’ils envoient en enfer. Car tout feu est trop peu pour les racistes.

*Écrivain, auteur de romans sur la dictature brésilienne. Son plus récent est La plus longue durée de la jeunesse.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...