Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Les travailleurEs pauvres condamnéEs à rester pauvres

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé une hausse du salaire minimum de 50 cents, ce qui le fera passer à 12,50 $ l’heure à compter du 1er mai. Ce n’est donc pas en 2019 que les salariéEs au bas de l’échelle vont pouvoir sortir de la pauvreté, même s’ils et elles travaillent à temps plein toute l’année. Les épouvantails habituels Les précédents gouvernements aimaient répéter que le travail constitue le meilleur rempart contre la pauvreté.

tiré de : Soupe au caillou 435

Pourtant, aucun n’a cru bon augmenter suffisamment le salaire minimum pour rendre cette affirmation vraie ! Le nouveau gouvernement est de toute évidence de la même eau, puisque le ministre Boulet n’a pas eu le courage d’augmenter le salaire minimum à 15 $ l’heure, le taux horaire qui permettrait aux travailleurEs à faible revenu de respirer mieux financièrement. Pour justifier sa décision, le ministre a agité les épouvantails habituels : pertes d’emplois (surtout chez les jeunes), augmentation du taux de décrochage scolaire, hausse du prix de certains biens et services. Il a aussi dit avoir tiré les leçons de l’expérience ontarienne où le salaire minimum est passé en janvier 2018 de 11,60 à 14 $ l’heure, ce qui selon ses dires aurait nui à l’économie et obligé beaucoup de PME à faire des mises à pied.

Or comme le montre, chiffres à l’appui, le chercheur Philippe Hurteau, « les inquiétudes du ministre Boulet au sujet de l’Ontario et du salaire minimum ne sont pas fondées » (voir www.tinyurl. com/IRIS-Ontario). Au lieu d’avaler les couleuvres des gens d’affaires, le ministre aurait dû consulter les statistiques disponibles et baser sa décision sur elles. Deux corvées Jean Boulet a lancé le 17 janvier dernier la « Grande corvée », une opération visant à répondre aux besoins des entreprises qui ont de la difficulté à recruter de la main-d’œuvre.

Son augmentation de 0,50 $ du salaire minimum laisse à ceux et celles qui gagnent ce taux horaire un autre type de corvée : vivre avec un salaire qui condamne à la pauvreté.

Vous l’aurez compris, la lutte pour un salaire minimum à 15 $ l’heure est loin d’être terminée !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...