Édition du 21 mars 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud et Caraïbes

Lula rejette l'appel du chancelier allemand pour des armes brésiliennes pour l'Ukraine*

« Le chancelier allemand Olaf Scholz a échoué lors de son voyage en Amérique latine la semaine dernière pour obtenir le soutien de Lula, le président du Brésil, pour la guerre de l’OTAN en Ukraine. Lula a refusé la demande de la chancellerie allemande d’envoyer des pièces d’armement brésiliennes en Ukraine, affirmant que son pays souhaitait des négociations de paix. | Crédit photo : gouvernement allemand »

Par Victor Grossman, People’s World, Chicago, 6 février 2023

https://peoplesworld.org/article/lula-rejects-german-chancellors-plea-for-brazilian-weapons-for-ukraine/ <https://peoplesworld.org/article/lu...>

Traduction : Google + a.c.

BERLIN – Le chancelier Olaf Scholz, après s’être incliné – ou s’être agenouillé – face aux pressions belligérantes des faucons de guerre des États-Unis et de l’OTAN, et avoir tenté de rajeunir les lauriers fanés pour lui-même et l’Allemagne, s’est envolé pour son premier voyage officiel en Amérique latine. Après de brèves visites de courtoisie sans incident au Chili et en Argentine, il a atterri au Brésil, dans l’espoir de sevrer le cinquième plus grand pays du monde dans le berceau de l’OTAN et de l’Europe - et loin des rivaux russes et chinois de l’Occident.

La conférence de presse de clôture avec Lula a été pleine de sourires et de claques dans le dos, au début !

« Nous sommes tous heureux que le Brésil soit de retour sur la scène mondiale », a assuré Scholz. Mais ensuite, tout à coup, le bonheur total lui a interdit.

Non, le Brésil n’enverrait pas à l’Ukraine les pièces souhaitées des chars de défense aérienne Gepard de fabrication allemande et aucune munition non plus. Lula a déclaré : « Le Brésil n’a aucun intérêt à remettre des munitions qui peuvent être utilisées dans la guerre entre l’Ukraine et la Russie. Nous sommes un pays engagé pour la paix. »

Ses mots suivants posaient des questions presque hérétiques jusque-là énergiquement étouffées par les médias occidentaux :

«  Je pense que la raison de la guerre entre la Russie et l’Ukraine doit également être plus claire. Est-ce à cause de l’OTAN ?Est-ce à cause de revendications territoriales ?Est-ce à cause de l’implication de l’Europe ?Le monde a peu d’informations à ce sujet », a déclaré Lula.

S’il était d’accord avec son visiteur allemand sur le fait que la Russie avait commis « une erreur classique » en envahissant le territoire ukrainien, il a critiqué le fait qu’aucune des deux parties n’ait montré une volonté suffisante pour résoudre la guerre par la négociation : « Personne ne veut reculer d’un millimètre », a déclaré Lula.

Ce n’était certainement pas ce que Scholz voulait entendre. Et alors qu’il était presque visiblement nerveux, Scholz a insisté sur le fait que l’invasion de l’Ukraine par la Russie n’était pas seulement un problème européen, mais « une violation flagrante du droit international » et qu’elle sapait « la base de notre coopération dans le monde et aussi pour la paix », Lula, toujours souriant, a insisté : « Jusqu’à présent, sincèrement, je n’ai pas beaucoup entendu parler de la façon d’atteindre la paix dans cette guerre. »

Puis vint la proposition surprenante de Lula : la création d’un club pacifique de pays non alignés comme la Chine, le Brésil, l’Inde et l’Indonésie, dont aucun n’a été inclus dans des discussions sérieuses sur la fin de cette guerre. Un tel club signifierait minimiser l’Allemagne et tous ses alliés ou sous-fifres européens de l’OTAN – fondamentalement le contraire de ce que visait toute la tournée sud de Scholz. C’était très dur pour Scholz de « garder le sourire » !

Il n’est guère surprenant que la conférence de presse et l’ensemble de la visite n’aient guère retenu l’attention de la plupart des médias allemands que, disons, un tremblement de terre mineur dans le Minas Gerais. Jusqu’à présent, le seul écho positif d’un dirigeant allemand provenait du coprésident du Parti de gauche, Martin Schirdewan.

Mais alors que les appels à l’arrêt des combats et à la médiation non européenne de Schirdewan, de Sahra Wagenknecht, la codirigeante de longue date de Die Linke, ou même de personnes comme Harold Kujat, un ancien général allemand et de l’OTAN à la retraite qui a appelé à la paix, pourrait être minimisé ou ignoré, cela peut s’avérer moins facile lorsque la voix est celle de Lula, le président de la cinquième plus grande nation du monde. Sa position sur la paix – ou sa proposition - façonnera-t-elle les événements mondiaux plus que beaucoup ne le souhaitent ? Cela peut offrir une lueur d’espoir pour de nouvelles directions qui peuvent conduire à la paix. (...)

*Suite* en anglais sur : https://peoplesworld.org/article/lula-rejects-german-chancellors-plea-for-brazilian-weapons-for-ukraine/ <https://peoplesworld.org/article/lu...>

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud et Caraïbes

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...