Édition du 21 décembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Macron, au dessus de la mêlée !

France : Élection présidentielle avril 2022

Entrées en campagne, les candidates de la droite et extrême droite, Valerie Pecresse et Marine Le Pen, mettent les bouchées doubles pour prendre le pas sur la percée du président sortant, emmanuel Macron, crédité a 25 % des intentions de vote au premier tour.

De Paris, Omar HADDADOU

Le territoire hexagonal enguirlandé vit présentement des moments intenses de fêtes de fin d’année. La haute contagiosité du variant Omicron ne semble trop pas perturber ce rendez-vous. Dans ce climat festif, la campagne présidentielle française a démarré sur les chapeaux de roue, avec une entrée en lice de 15 candidats dont Valérie Pécresse du parti gaulliste et libéral – conservateur, Les Républicains (LR) et ses 19% des intentions de vote ; victorieuse au Congrès du 11 décembre à la Mutualité.
Fort de ses 25%, le Président sortant de La République en Marche (LREM), Emmanuel Macron, joue à l’observateur de la décantation, à distance. Au moment où Pécresse s’affiche en rivale potentielle, suivie de Marine le Pen, créditée à 17%, aux dépends d’un Éric Ciotti viscéralement hostile aux étrangers, demeuré au cockpit d’une Droite plus cuirassée pour lui dicter le cap à maintenir d’une main de fer : « Le premier tour se gagnera sur les Valeurs d’autorité, de Liberté et d’identité ». Le Député des Alpes maritimes prône une politique de vols charters et de reconduite à la frontière qui colle mal à ses origines. C’est aux basques de Pécresse que le perdant s’échine à s’accrocher, dans le respect du piteux deal.
Cette course à l’Elysée, édictée par l’élection présidentielle d’avril 2022, ne déroge pas à la règle des plaidoyers bonimenteurs et des semonces cinglantes : « La Droite républicaine est de retour ! » tonne la candidate Valérie Pécresse « Je porterai un projet de forte rupture, j’ai le courage de dire, la volonté de faire. Je n’ai pas la main qui tremble face aux adversaires de la République. Nul besoin d’être extrémiste pour être offensif … Je vais tout donner pour faire triompher nos convictions ! » De quelles convictions se prétend être le chantre, la présidente de la Région Ile de France, elle qui cache mal son jeu et ne peut se défausser de ses déclarations sur RTL, nourries des mêmes haines lepénistes et zemmouriennes : «  Il y a un lien entre le terrorisme et l’immigration, notamment avec l’immigration la plus récente. On doit porter notre fierté nationale dans nos écoles, dans notre vie quotidienne. C’est elle qui permet l’intégration ».

Un discours qui n’hésite pas à désigner un autre coupable, dans le camp adverse : « Je crois qu’une partie de la Gauche a une très grande responsabilité dans le fait qu’on a été dans la culture de la repentance permanente…  ». Les candidats (es) de la Droite en perte de crédibilité dans le maillage territorial, passés maîtres en cuisine de matoiserie et de manœuvres politiciennes machiavéliques (Scandales Fillon et Sarkozy), ne reculent devant aucune turpitude pour se hasarder dans la fabrication de la donnée grotesquement enflée. Quand les médias partisans s’empressent à faire la promotion de la candidate de Droite, en parlant de « dynamique Pécresse » qui se cristalliserait par un bond de 5 à 8 points en moins d’une semaine dans les sondages, la réaction du candidat la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon ne se fait pas attendre sur Twitter : « Gonflette au gaz hilarant chez le sondeur Elab : + 11 points à Pécresse qui prend 6 points à la Gauche. On y croit ».

Une Gauche, certes en mal d’un consensus sur la tenue ou pas de la Primaire, empreinte d’une guerre des égos et une fronde écologiste, mais qui n’a pas abattu toutes ses cartes.
Jouant sur l’effet surprise, Macron lui se positionne en scrutateur de la décantation et s’accorde la priorité d’accomplir une tournée à travers l’Europe pour plaider sa souveraineté, à travers une consolidation de ses frontières. D’où la déclaration d’un analyste : « Ce n’est pas son intérêt d’y aller trop tôt. Il doit garder au maximum cet avantage ».

Une démarche qui indispose Marine Le Pen, lui enjoignant de clarifier son positionnement par rapport à sa candidature et de faire preuve de transparence, tout en dénonçant l’enfumage du gouvernement. La moitié des Français (es) n’a pas d’idée sur qui voter.
Marcron lui, se veut le Président gentleman de la Gauche française universalisée, pour qui la victoire sourira, sans livrer une éprouvante bataille !

O.H 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...