Édition du 19 janvier 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

France

Des centaines de milliers de personnes descendent dans la rue contre la loi sur la sécurité en France

Samedi, plus de 300 000 personnes ont manifesté à travers la France contre la loi sur la sécurité proposée par le gouvernement. Selon certaines estimations, il s’agirait d’un demi-million de personnes.

Cette participation massive a eu lieu malgré les restrictions du coronavirus. Les manifestants ont défilé dans les rues de Paris, Marseille, Pau, Rennes, Bordeaux, Lyon, Lille, Nantes, Strasbourg et des dizaines d’autres villes.

Le parti socialiste révolutionnaire NPA a déclaré qu’il s’agissait d’un « réveil massif après des mois d’enfermement politique  ». « Il y avait beaucoup de jeunes dans les manifestations – des lycéen-n-es, des étudiants universitaires, des jeunes des quartiers populaires ».

«  Ils sont en révolte contre les violences policières, le racisme et plus généralement contre la situation que nous vivons actuellement ».

La police a attaqué la marche de Paris avec des gaz lacrymogènes et des matraques. En réponse, les manifestants se sont défendus contre les flics et ont mis le feu à un bureau de la Banque de France et à un showroom de voitures de luxe BMW.

La loi de sécurité globale du gouvernement veut créer une nouvelle infraction pénale pour la publication d’images de policiers «  dans le but de porter atteinte à leur intégrité physique ou psychologique », y compris des images de policiers agissant violemment contre des manifestants tels que les Gilets Jaunes et les manifestants antiracistes.

Les contrevenants seraient passibles d’une peine maximale d’un an de prison et d’une amende de 40 000 livres sterling.

Les policiers seraient également libres d’utiliser des drones équipés d’une technologie de reconnaissance faciale pour surveiller les marches de protestation.

Et les journalistes sont soumis à de sévères restrictions.

En même temps, dans un projet de loi distinct sur l’éducation, le gouvernement veut criminaliser les manifestations universitaires, en particulier les blocages et les occupations. Les contrevenants risquent trois ans de prison.

Des manifestations contre les nouvelles lois ont eu lieu samedi dernier. Mais elles étaient beaucoup plus importantes cette semaine en raison de deux exemples horribles de la violence policière que l’État veut précisément dissimuler.

Une vidéo, maintenant visionnée plus de 20 millions de fois sur le web, montre la police agressant violemment un producteur de musique noire.

Michel Zecler s’est rendu à son studio d’enregistrement à Paris samedi soir dernier. Il ne porterait pas de masque, comme l’exigent les lois sur la pandémie.

Sous ce prétexte, la police est entrée dans le bâtiment sans prévenir et l’a attaqué pendant 20 minutes. «  La violence continue, c’est insupportable, c’est scandaleux  », a déclaré Edouard, militant antiraciste, à Socialist Worker.

La police a donné des coups de pied à Michel à plusieurs reprises, l’a frappé à coups de poing une vingtaine de fois et à coups de matraque une quinzaine de fois, principalement au visage et au crâne.

«  Je me suis dit, si je tombe par terre, je ne vais pas me relever  », a déclaré Michel sur le site médiatique Loopsider.

Insultes

Michel a dit que les flics ont utilisé des insultes brutalement racistes contre lui.

Les coups n’ont cessé que lorsque d’autres personnes sont intervenues. La police est partie, a brisé une fenêtre et a jeté une bombe lacrymogène dans la pièce.

Cette violence ignoble est survenue quelques jours après l’attaque policière contre un camp de réfugiés sur la place de la République à Paris. La police anti-émeute a battu les réfugiés qui s’étaient réfugiés dans des tentes de fortune et les a poursuivis dans les rues en lançant des gaz lacrymogènes.

Les manifestations mettent maintenant en évidence de nombreux autres exemples de racisme policier.

Il y a six semaines, Olivio Gomes, un homme noir, a été tué par la police dans la banlieue de Paris. Edilson, de la campagne pour la justice d’Olivio, a déclaré lors de la manifestation parisienne : «  Le cas de Michel Zecler n’est pas un cas isolé.

« Nous venons de la banlieue, et c’est ce que nous avons vécu depuis que nous sommes petits. Ce qui m’a le plus choqué dans la vidéo de Michel, c’est qu’il y avait des dizaines de policiers qui le regardaient se faire battre sans rien dire. Cela signifie qu’ils sont tous les mêmes ».

Le gouvernement du président Emmanuel Macron a été obligé de dénoncer la violence vue dans les vidéos. Mais tout le monde sait que les ministres vont soutenir la police.

Ces deux dernières années, le gouvernement a utilisé les flics pour réprimer les manifestations antiracistes et ouvrières des Gilets jaunes.

Mais maintenant, Macron fait face à un grand mouvement qui demande : « Qui les flics protègent ils ? ».

Charlie Kimber dimanche 29 novembre

https://socialistworker.co.uk/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : France

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...