Édition du 7 décembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Marine Le Pen au Québec, quels sont ses véritables motifs ?

Ayant été boudée par les représentants politiques la visite de Marine Le Pen aura été selon certains un échec. Aussi plusieurs se demandent pourquoi la dirigeante du Front National a-t-elle décidé de venir en visite au Québec

D’autant plus qu’elle s’en est pris vertement à la politique d’accueil des réfugiés Syriens accusant la classe politique de subir un « terrorisme intellectuel » et a critiqué le manque de combativité des québécois dans la défense de la langue française.
Mais le but de sa visite n’était pas de convaincre la classe politique. Dans la foulée de la propagande contre la « domination islamiste » des activistes québécois lançaient en novembre 2012 le site Mouvement pour la non-islamisation du Québec et du Canada (MNIQC). Dans une entrevue accordée à La Presse (1) la fondatrice expliquait ses raisons en ces termes : « Avec ses prières de rue, sa viande hallal et ses « gang rapes de Blanches par des musulmans », la France est au bord de l’implosion. On considère que la France, c’est notre avenir, et qu’on va écoper ici de la même chose ». Ce site revendiquait 6000 pages vues chaque mois
.
D’autres sites sont aussi apparus, Contre l’islamisation du Québec et une version d’Altermedia.info, un site lancé par David Duke, un ancien du Ku Klux Klan. Français de France est la référence pour le MNIQC, ainsi que pour Poste de veille, qui suit l’islamisation en France et ailleurs en Occident et qui s’est imposé comme une « référence » au Québec. Le site Vigile publiait trois articles la semaine dernière concernant la venue de madame Le Pen. Le premier reprenait la réponse des membres du PQ affirmant leur droit de rencontrer la cheffe du Front national et les deux autres parlaient de l’affront fait à Marine Le Pen par la classe politique québécoise en refusant de la rencontrer. Prenant la défense du FN on peut lire dans les pages de Vigile qu’ « En France, les adversaires du FN trompent l’électorat et cherchent continuellement à créer la peur de la venue au pouvoir d’un tel parti ». Ce n’est pas la première fois que le site Vigile reprenait les propos du FN, il y a fait référence à de nombreuses reprises lors de la campagne de nationalisme identitaire menée par le PQ en 2013-2014.

Marine Le Pen est venue propager une vision d’extrême droite en ce qu’elle considère être un terrain fertile. Elle est venue parler aux québécois, non à la classe politique et met l’accent sur les questions « d’immigration de masse ou encore de submersion migratoire qui est à l’œuvre non seulement dans l’Union européenne, mais ici aussi ». (2) Elle a certainement vu dans la campagne politique menée par le PQ concernant la charte des valeurs une porte grande ouverte à la diffusion des idées racistes, anti musulmanes, et anti immigration. Elle lui a d’ailleurs donné son appui entier en s’en prenant au communautarisme anglo-saxon.

Le nationalisme québécois est cependant plus complexe et même s’il n’est pas à l’abri du nationalisme identitaire, il ne ressemble pas au nationalisme protectionniste auquel Marine Le Pen fait référence en France. La lutte nationale au Québec a porté et porte encore sur la reconnaissance et la primauté du français au niveau de l’éducation, de la langue d’affichage et de la langue de travail. Elle porte aussi sur le contrôle de l’économie et de l’environnement. Les différents mouvements sociaux qui comme Québec Meilleure Mine luttent pour la réappropriation de nos ressources naturelles, ou Stop Oléoduc contre la détérioration de notre environnement par l’industrie pétrolière. Ce sont des enjeux sociaux qui déterminent des luttes communes et rassembleuses pour la population et qui entrent en opposition avec les intérêts de la classe dominante.

La lutte de libération nationale au Québec peut tracer une autre voie parce qu’elle est liée à la lutte pour l’émancipation sociale, un bon antidote contre les politiques nationalistes de droite. Mais la visite de la présidente du Front National nous rappelle que nous devons développer des politiques rassembleuses et inclusives,et que pour lutter efficacement contre le racisme nous devons avoir une compréhension des raisons qui déterminent les mouvements de populations qui fuient la guerre et la pauvreté.

(1) La Presse, Le Québec flirte avec Marine Le Pen, 22 avril 2012

(2) N’en déplaise à monsieur Péladeau, 98,5 21 mars 2016

André Frappier

Militant impliqué dans la solidarité avec le peuple Chilien contre le coup d’état de 1973, son parcours syndical au STTP et à la FTQ durant 35 ans a été marqué par la nécessaire solidarité internationale. Il est impliqué dans la gauche québécoise et canadienne et milite au sein de Québec solidaire depuis sa création. Co-auteur du Printemps des carrés rouges pubié en 2013, il fait partie du comité de rédaction de Presse-toi à gauche et signe une chronique dans la revue Canadian Dimension.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...