Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Mot du comité de coordination du RVHQ

Le gouvernement Legault vient d’adopter son Plan pour une économie verte. La stratégie repose principalement sur l’aide à l’achat de voitures et d’autobus scolaires électriques. Aucune règlementation n’est prévue pour éliminer les pratiques énergivores et polluantes. On y présente encore le gaz comme « énergie de transition », un mythe qui a la vie dure. Est-ce que les mesures adoptées par Québec permettront d’atteindre les cibles déjà insuffisantes pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique ? La réponse est non. Pas même à moitié. Le premier ministre miserait sur la technologie future pour régler les problèmes du chaos annoncé.

Comment croire au désir du gouvernement Legault d’éliminer les énergies polluantes alors qu’il vante encore à cette occasion le projet GNL Québec ? Qu’importe si ce projet repose sur de fausses présomptions, qu’il soit non viable sur le plan économique, qu’il provoque le déclin de la vitalité du tourisme de la région et la disparition d’espèces menacées comme le béluga ; qu’importe si GNL Québec annule en une seule année tous les efforts de réduction de gaz à effet de serre du Québec depuis 1990. Pourquoi l’autoroute du gaz demeure-t-elle une voie sacrée pour le premier ministre Legault ?

On pouvait apprendre tout récemment qu’Hydro-Québec travaille étroitement avec Énergir afin de développer la biénergie (hydroélectricité – gaz) dans les bâtiments. Sortir le pétrole des voitures par la porte d’en avant pour entrer le chauffage au gaz par la porte d’en arrière, telle est la mathématique à laquelle s’emploie le gouvernement. Le résultat annoncé pour limiter les GES est évidemment nul. Surtout que le gaz obtenu par fracturation distribué au Québec a un pouvoir de réchauffement global équivalent, sinon pire, que celui du charbon.

La politique de François Legault et de la CAQ paraît en continuité avec celle des libéraux de Philippe Couillard : sacro-saints intérêts des amis et de l’argent d’abord. Le souci environnemental, la science, la volonté de préservation des conditions essentielles à la vie, la vision d’une transition porteuse de vitalité économique et sociale passent loin derrière. Qui veut d’un avenir aussi indigeste ?

Comme le premier ministre Trudeau, qui se dit champion de la transition verte mais achète des pipelines dans l’Ouest et autorise des forages sans études environnementales dans les Grands bancs de Terre-Neuve, le gouvernement Legault cultive le double discours et le déni des crises climatiques et environnementales.

Mais une conscience citoyenne est en marche. Le BAPE sur Énergie Saguenay a reçu un nombre record de plus de 2 500 mémoires. Le Front commun pour la transition énergétique a publié sa propre feuille de route citoyenne, version 2.0, pour un Québec zéro émission nette, beaucoup plus intéressante que celle du gouvernement (voir plus bas).

La présence des jeunes est une source d’espoir. Plus que jamais notre vigilance est nécessaire. Quand une population se met en marche, les issues se découvrent. On lâche rien !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...