Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Le blogue de Pierre Beaudet

On a raison de se révolter

C’est un slogan un peu usé, mais qui reste toujours vrai. Le peuple le connaît, le sait, le sent, à des degrés diversifiés de conscience. Le peuple l’a appris à travers les méandres de la vie, les rapports de forces à toutes les échelles qui sont là pour maintenir les privilèges, à l’école, au travail, voire dans la tête, où on finit par intérioriser la soumission, la peur, la méfiance. Résister, lutter, tenir tête et tenir bon, il n’y a pas d’autre chemin, même si c’est difficile, risqué, parfois coûteux. Mais c’est ainsi qu’on finit par trouver le chemin.

De temps en temps apparaît une fissure dans le « système ». Les dominants hésitent, tergiversent, se trompent, se battent entre eux. Parallèlement, également de manière aléatoire, le peuple sent sa force monter. Il a su trouver les mots justes, les revendications qui portent. Il gagne la bataille des idées. Et enfin troisième élément, il y a des mouvements, des réseaux, des coalitions qui se mettent en place et qui coordonnent. Car sans cela, on est condamnés.

Alors voilà le mandat. Faciliter cette lente accumulation des forces, fabriquer ensemble les outils de l’auto-émancipation. Avoir du flair, de l’astuce, pouvoir identifier les failles dans la carapace des adversaires, capitaliser sur leurs errements. Et construire les réseaux, en évitant les pièges qui se répètent dans l’histoire : la hiérarchisation, la bureaucratisation, l’esprit routinier, la domination des « cadres et compétents » qui sont à la fois utiles et nuisibles.

Tout cela requiert une énergie formidable, quotidienne, capable d’avoir du souffle (le marathon), perspicace et attentive. Sommes-nous rendus là ? On ne peut jamais l’être une fois pour toutes …

Deux immenses mobilisations se déroulent sous nos yeux, en Haïti et en Algérie. De toute évidence, le ras-le-bol est généralisé. Le dispositif du pouvoir a perdu tous ses arguments, à part celui de la force brutale. Des liens nouveaux et anciens ont été créés, entre les couches populaires, les générations, les genres. C’est un petit moment magique, car on voit dans les rues d’Alger et de Port-au-Prince des défilés souriants, où on a perdu la peur.

Les dominants chambranlent, pensent s’en tirer, notamment avec leurs « amis » de la mondialisation, qui savent bien que les voleurs en place en Haïti et en Algérie, leur rendent de grands services, en permettant le pillage des ressources, la surexploitation, la prédation. Ce sont Ottawa, Washington, Paris et les autres, sans compter les SNC-Lavallin de ce monde, avides de contrats douteux et scabreux.

Alors qu’est-ce qui va se passer ?

La révolte du peuple envoie un message aux opposants de toujours, partis et mouvements. « Vous devez changer… ». « Vous devez vous unir et laisser tomber vos petites fiefs ». À la limite, « on ne vous demande pas grand-chose sauf de ne pas nuire au mouvement », ce qui peut être fait par d’opaques négociations, pseudo partages de pouvoir, cooptations et tout le reste.

On leur souhaite bonne chance…

Et ici aussi et toujours, on a raison de se révolter. Comme les lock-outés de ABI, dehors dans le froid depuis 12 mois, pendant que l’entreprise empoche des millions. Comme les étudiant-es qui sont tanné-es de travailler pour rien avec leurs stages pendant qu’ils-elles continuent de s’endetter. Comme les milliers de jeunes qui s’apprêtent à participer à une grande lutte mondiale contre l’incapacité criminelle des États à faire face au défi climatique. Tout cela se joue par la détermination, le volontarisme, l’intelligence stratégique. Maintenant qu’on a quelques porte-paroles pour apporter cela à l’Assemblée nationale, c’est un avantage, mais ce n’est pas un substitut. J’espère que la machine passablement renforcée de QS pourra se mettre concrètement avec la « rue », avec les mouvements, avec tous ceux et celles qui disent et qui pensent, « On a raison de se révolter ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...