Édition du 20 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Parce que le travail invisible, ça compte !

MONTRÉAL, le 5 avril 2022 - À l’occasion de la 22e Journée du travail invisible, l’Association féministe d’éducation et d’action sociale (Afeas) demande aux gouvernements du Québec et du Canada de décréter le premier mardi d’avril la Journée nationale du travail invisible pour reconnaître l’apport et la valeur du travail non rémunéré effectué dans la société. Cette reconnaissance en termes économique, notamment dans le calcul du produit intérieur brut (PIB), permettrait l’application de mesures sociales et fiscales pour éviter l’appauvrissement des personnes qui l’effectuent, majoritairement les femmes.

Reconnu par l’ONU en 1975, le travail non rémunéré a connu des sommets vertigineux depuis le début de la pandémie. Tel que souligné par le Conseil du statut de la femme, la crise sanitaire a fourni un portrait criant des enjeux au travail du care et, plus largement, des emplois à prédominance féminine. Les pertes d’emploi et le manque de places en services de garde ont ramené les femmes dans la sphère privée, constituant un recul sur le plan de l’égalité. Le sondage de la Coalition pour la conciliation famille-travail-études est sans équivoques : 9 répondant·e·s sur 10 ont subi des impacts au niveau de la conciliation famille-travail-études. « À quand une reconnaissance officielle de tout ce travail invisible majoritairement effectué par les femmes et pourtant essentiel à la société ? » questionne Lise Courteau, présidente de l’Afeas.

Selon une étude de Statistique Canada (2019), la valeur économique du travail ménager non rémunéré se situe entre 516,9 et 860,2 milliards de dollars, ce qui représente entre 25,2 % et 37,2 % du PIB, soit un pourcentage supérieur à la contribution de tous les sous-secteurs de la fabrication, du commerce de gros et du commerce de détail combinés. « La valorisation du travail invisible sont des enjeux centraux pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes. Sans cette reconnaissance sociale, politique et économique, le travail non rémunéré accentue la pauvreté des femmes tout au long de leur vie. » martèle Lise Courteau, en ajoutant que les gouvernements doivent s’assurer que la relance post-pandémique favorise l’égalité pour toutes et tous.

Lien connexe : Le manifeste pour la valorisation du travail invisible présenté par l’Afeas et ses partenaires du Comité inter-associations pour la valorisation du travail invisible

Association féminine d’éducation et d’action sociale (Afeas)

L’Association féminine d’éducation et d’action sociale, reconnue sous le nom de l’Afeas, défend les intérêts des femmes québécoises et canadiennes auprès de diverses instances, comme les gouvernements, les conseils municipaux, les institutions publiques et parapubliques. En d’autres mots, nous permettons à nos milliers de membres à travers le Québec de porter leurs voix à la défense de l’égalité entre les femmes et les hommes. En effet, grâce aux mémoires que nous présentons en commissions parlementaires ou aux rencontres avec les décideuses et les décideurs politiques, nous pouvons fièrement dire que l’Afeas est une organisation reconnue et respectée, et ce, depuis sa fondation.

https://www.afeas.qc.ca/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...