Édition du 20 août 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Lutte au budget Bachand 2011

Perturbations et actions symboliques contre des recteurs québécois partout au Québec

Ces actions visent à réagir aux récentes prises de position de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CREPUQ) en faveur d’une hausse massive des frais de scolarité. Sur l’appel de l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ), des actions de perturbation se sont déroulées simultanément à proximité des bureaux de Claude Corbo, recteur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), de Michel Belley, recteur de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), de Denis Brière, recteur de l’Université Laval (UL) et de Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal (UdeM).

Ces actions visent à réagir aux récentes prises de position de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CREPUQ) en faveur d’une hausse massive des frais de scolarité.

« D’une main, les rectrices et recteurs des universités se paient des salaires exorbitants et détournent les fonds publics vers des projets immobiliers mégalomanes et de l’autre, ils se plaignent du sous-financement des universités et plaident pour une augmentation vertigineuse des frais ! Nous ne sommes pas dupes de leur hypocrisie ! », affirme Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de l’ASSÉ.

À l’UQAM, des étudiants et des étudiantes ont tenté-e-s d’occuper les bureaux du recteur Corbo, pour finalement déployer une bannière et bloquer l’accès à ses bureaux. « Comment notre recteur ose-t-il réclamer une augmentation des frais de scolarité alors que c’est la direction de l’UQAM qui plonge l’université dans des déboires financiers ? Ce ne sont pas les étudiants et les étudiantes qui ont mis sur pied le projet de l’îlot voyageur ! » s’indigne Jaouad Laaroussi, étudiant à l’UQAM. Dans l’Agora principale de l’université était aussi déployée une bannière qui dénonçait l’intention du gouvernement Charest d’augmenter les frais de scolarité en automne 2012.

À l’Université de Montréal, des étudiants et des étudiantes ont aussi répondus à l’appel de l’ASSÉ en déployant une bannière dénonçant les prises de position du recteur Guy Breton en faveur de la hausse des frais de scolarité. « Si Monsieur Breton sortait plus souvent de son bureau, il verrait bien ce qu’est la réalité des étudiants et étudiantes ! Nous de faisons pas 365 000$ par année, nous ! » s’exclame Héloïse Lanouette, étudiante à l’Université de Montréal.

Rappelons en effet que le salaire du recteur Guy Breton a été de 365 000$ cette année, alors que, selon les plus récents chiffres, le revenu moyen d’un étudiant était d’à peine 12 000$.

Pendant ce temps, à l’Université Laval, des étudiantes et des étudiants interpellaient Denis Brière dans le même objectif. À l’UQAC, après un point de presse, les manifestants et manifestantes se sont rendus devant les bureaux du recteur Belley, y laissant une bannière dénonçant ses positions en faveur de la hausse des frais.

Seule association étudiante nationale comprenant des membres de tous les cycles d’enseignement supérieur confondus, l’ASSÉ regroupe actuellement plus de 40 000 membres dans les cégeps et les universités du Québec. Elle milite depuis sa création pour l’accessibilité à un système d’éducation gratuit, public et de qualité

Sur le même thème : Lutte au budget Bachand 2011

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...