Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections québécoises 2022

Québec solidaire investit pour que la santé mentale ne soit plus un luxe

Le 18 septembre 2022 - Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, accompagné de la candidate solidaire dans Saint-François, la docteure Mélissa Généreux, a annoncé que son parti investira 280 millions de dollars pour que les soins en santé mentale ne soient plus un luxe.

Faits saillants

- Majoration des salaires des psychologues du secteur public

- Embauche de 900 nouveaux psychologues

- Embauche de 1000 professionnels pouvant fournir des services de psychothérapie (travailleurs sociaux, psychoéducatrices, sexologues, etc.)

- Coût de la mesure : 280 M$

« La santé mentale, c’est une urgence nationale. Aujourd’hui, je vous présente notre plan pour y répondre : Québec solidaire va investir 280 millions de dollars par année pour que la santé mentale ne soit plus un luxe. On va s’assurer que tout le monde puisse avoir accès à des soins de santé mentale publics et gratuits, dans un délai raisonnable. On va non seulement contribuer à régler la crise en santé mentale, mais on va aussi contribuer à désengorger le système de santé. En effet, jusqu’à 40% des visites médicales chez les médecins de famille sont liées à la santé mentale. », a déclaré Gabriel Nadeau-Dubois.

Ramener les soignantes et miser sur l’interdisciplinarité

Québec solidaire va embaucher 900 psychologues supplémentaires dans le réseau public, tout en bonifiant immédiatement leurs salaires et en rehaussant leur autonomie professionnelle pour s’assurer que les conditions de travail soient plus attractives dans le secteur public.

Un gouvernement solidaire va également embaucher 1000 autres professionnels de la santé mentale pouvant offrir des soins en santé mentale – des travailleuses sociales, des psychoéducateurs, des sexologues – pour les déployer dans le réseau de la santé et des services sociaux, mais aussi dans le réseau scolaire.

« Pour agir en santé mentale, on doit évidemment améliorer l’accès aux soins, notamment à la psychothérapie. Ça veut aussi dire de mieux financer les organismes communautaires, dont plusieurs offrent de l’aide aux personnes en détresse, par exemple les centres de prévention du suicide, les organismes en santé mentale et les maisons des jeunes. Couvrir les frais de santé mentale, c’est une chose, mais ramener les professionnels dans le réseau public ou communautaire, c’est la clé pour assurer que notre système fonctionne bien et que les gens sont soutenus au moment où ça compte », a ajouté pour sa part Mélissa Généreux.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Élections québécoises 2022

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...