Édition du 1er décembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Qui a inventé le collège électoral ?

The Conversation
Phillip J VanFossen
Professeur JF Ackerman d’enseignement des études sociales ; Directeur, Ackerman Center ; Directeur associé, Purdue Center for Economic Education, Purdue University

Les délégués à Philadelphie ont convenu, à l’été 1787, que le nouveau pays qu’ils créaient n’aurait pas un roi mais plutôt un exécutif élu. Mais ils n’étaient pas d’accord sur la manière de choisir ce président.

Le délégué de Pennsylvanie, James Wilson, a qualifié le problème du choix d’un président de « en vérité, l’un des plus difficiles de tout ce que nous ayons à décider ». D’autres délégués, lorsqu’ils ont raconté plus tard les efforts du groupe, ont déclaré que « ce sujet même les a embarrassés plus que tout autre - que divers systèmes ont été proposés, discutés et rejetés . »

Ils risquaient de conclure leurs réunions sans trouver un moyen de choisir un chef. En fait, c’était la toute dernière chose écrite dans le projet final. Si aucun accord n’avait été trouvé, les délégués n’auraient pas approuvé la Constitution.
Je suis un éducateur civique qui a également dirigé la célébration de la Journée de la Constitution de l’Université Purdue pendant 15 ans, et une leçon sur laquelle je reviens toujours est le degré auquel les fondateurs ont dû faire des compromis pour assurer la ratification. La sélection du président était l’un de ces compromis.

Trois approches ont été débattues lors de la Convention constitutionnelle : l’élection par le Congrès, la sélection par les législatures des États et une élection populaire - bien que le droit de vote soit généralement limité aux hommes blancs propriétaires fonciers.

Le Congrès devrait-il choisir le président ?

Certains délégués à la Convention constitutionnelle pensaient que laisser le Congrès choisir le président fournirait un tampon contre ce que Thomas Jefferson appelait les « gens bien intentionnés, mais mal informés » qui, dans une nation de la taille des États-Unis, « ne pourraient connaissance des personnages et des qualifications éminents et de la décision de sélection réelle. »

D’autres craignaient que cette approche ne menace la séparation des pouvoirs créée dans les trois premiers articles de la Constitution : le Congrès pourrait choisir un exécutif faible pour empêcher le président d’exercer son droit de veto, réduisant ainsi l’efficacité de l’un des freins et contrepoids du système. En outre, le président pourrait se sentir redevable au Congrès et céder un certain pouvoir au pouvoir législatif.

Le délégué de Virginie, James Madison, craignait que le fait de donner au Congrès le pouvoir de choisir le président « en ferait l’exécuteur testamentaire et le législateur ; et alors… des lois tyranniques peuvent être faites pour qu’elles soient exécutées d’une manière tyrannique.

Ce point de vue a persuadé son compatriote Virginien George Mason de renverser son soutien précédent à l’élection du président au Congrès et de conclure ensuite qu’il voyait « faire de l’exécutif la simple créature de l’Assemblée législative comme une violation du principe fondamental d’un bon gouvernement ».

Laisser les législateurs des États choisir

Certains délégués ont estimé qu’impliquer directement les États dans le choix du chef du gouvernement national était une bonne approche pour le nouveau système fédéral.

Mais d’autres, dont Alexander Hamilton, craignaient que les États choisissent un exécutif faible pour accroître leur propre pouvoir. Hamilton a également observé que les législateurs sont souvent plus lents à agir que ce que l’on pourrait attendre des principaux dirigeants : « À l’Assemblée législative, la promptitude de la décision est plus souvent un mal qu’un avantage . »

Ce n’est peut-être pas aussi concis que la comédie musicale, mais le point est clair : ne faites pas confiance aux législatures des États.
Pouvoir au peuple ?

L’approche finale débattue était celle de l’élection populaire. Certains délégués, comme le délégué de New York, Gouverneur Morris, considéraient le président comme le « gardien du peuple », que le public devrait élire directement.
Les États du Sud se sont opposés, arguant qu’ils seraient désavantagés lors d’une élection populaire proportionnellement à leur population réelle en raison du grand nombre de personnes asservies dans ces États qui ne pourraient pas voter. Cela a finalement été résolu - dans l’un de ces nombreux compromis - en comptant chaque personne asservie comme les trois cinquièmes d’une personne libre aux fins de représentation.

George Mason, un délégué de Virginie, a partagé le scepticisme de Jefferson à l’égard des Américains réguliers, affirmant qu’il ne serait `` pas naturel de renvoyer le choix d’un personnage approprié pour le premier magistrat au peuple, comme il le ferait, de renvoyer un procès de couleurs à un aveugle . L’étendue du pays rend impossible que le peuple puisse avoir la capacité requise pour juger des prétentions respectives des candidats.

Encore 11 pour prendre la décision

Les délégués ont nommé un comité de 11 membres - un de chaque État à la Convention constitutionnelle - pour résoudre ce problème et d’autres épineux, qu’ils ont appelé le « Grand Comité sur les questions reportées », et chargé de résoudre « les affaires en suspens, y compris comment le président .

Au début, six des 11 membres préféraient les élections nationales populaires. Mais ils se sont rendu compte qu’ils ne pouvaient pas faire ratifier la Constitution avec cette disposition : les États du Sud ne l’accepteraient tout simplement pas.
Entre le 31 août et le 4 septembre 1787, le comité lutta pour parvenir à un compromis acceptable. Le troisième rapport du comité à la Convention proposait l’adoption d’un système d’électeurs , par lequel le peuple et les États aideraient à choisir le président. On ne sait pas quel délégué a eu l’idée, qui était une solution en partie nationale et en partie fédérale, et qui reflétait d’autres structures de la Constitution
.
Popularité et protection

Hamilton et les autres fondateurs ont été rassurés qu’avec ce système de compromis, ni l’ignorance du public ni l’influence extérieure n’affecteraient le choix du chef d’une nation. Ils croyaient que les électeurs veilleraient à ce que seule une personne qualifiée devienne président . Et ils pensaient que le collège électoral servirait de contrôle à un public qui pourrait facilement être induit en erreur, en particulier par des gouvernements étrangers .

Mais le système original - dans lequel le vainqueur du Collège électoral deviendrait président et le finaliste deviendrait vice-président - s’est effondré presque immédiatement. Aux élections de 1800, des partis politiques étaient apparus . Parce que les votes électoraux pour le président et le vice-président ne figuraient pas sur des bulletins de vote séparés, les colocataires démocrates-républicains Thomas Jefferson et Aaron Burr étaient à égalité au Collège électoral, envoyant le concours à la Chambre des représentants. La Chambre a finalement choisi Jefferson comme troisième président, laissant Burr comme vice-président - et non John Adams, qui avait dirigé le ticket du parti fédéraliste opposé.

Le problème a été résolu en 1804 lorsque le 12e amendement a été ratifié, permettant aux électeurs de voter séparément pour le président et le vice-président. Il en est ainsi depuis lors.

https://theconversation.com/who-invented-the-electoral-college-147083

Phillip J VanFossen

Professeur JF Ackerman d’enseignement des études sociales ; Directeur, Ackerman Center ; Directeur associé, Purdue Center for Economic Education, Purdue University

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...