Édition du 14 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Remobilisation du mouvement contre les gaz de schiste

L’EES n’abordera pas l’épineuse question de la pertinence pour le Québec de se lancer dans l’exploitation des gaz de schiste, malgré les risques mis en lumière dans différentes études depuis des mois. « Notre gouvernement a toujours un préjugé favorable pour la mise en valeur de notre potentiel pétrolier et gazier », a dit la ministre. Pour démontrer que les dés sont pipés dès le départ, on n’en demandait pas tant…

Des milliers de personnes (entre 10 000 et 15 000 selon plusieurs, de 2 000 à 5 000 selon les médias) ont envahi la rue à Montréal afin de dénoncer la complicité du gouvernement Charest avec les industries des énergies fossiles et réclamer un moratoire complet sur l’exploration et l’exploitation de ces énergies, gaz de schiste en tête. La plupart des groupes écologistes étaient présents, des partis politique, notamment Québec solidaire avec un important cortège, des syndicats, des groupes citoyens opposés aux travaux de fracturation. Bref, la constellation écologiste est descendue dans la rue afin de redonner une impulsion au mouvement d’opposition au gaz de schiste qui avait connu une période d’hésitation suite à la formation du comité chargé de réaliser l’Étude Environnementale Stratégique.

Le grand rassemblement, nommé pour l’occasion « Un vrai moratoire, on va l’avoir ! » réclame un moratoire de 20 ans sur les gaz de schiste et les autres énergies « sales ». L’idée d’un moratoire a déjà été écartée par le gouvernement Charest cet hiver. Il faudra donc que la mobilisation citoyenne impose à ce gouvernement inféodé aux industries sales un vrai moratoire. Il semble aussi de plus en plus clair que le mouvement devra développer un véritable argumentaire sur l’urgence de développer les énergies propres. En effet, une partie du mouvement souhaite un moratoire essentiellement afin de permettre une exploitation domestique plus “douce” et plus lucrative des énergies fossiles. Le mouvement doit ainsi favoriser un large débat démocratique qui va au-delà du simple mot d’ordre du moratoire et prendre position sur les énergies fossiles afin d’élargir et de renforcer l’argumentaire du mouvement.

Non aux énergies fossiles

C’est le metteur en scène réalisateur Dominic Champagne, figure de proue du mouvement d’opposition au gaz de schiste, que a soutenu lors de son allocution que le mouvement ne peut se contenter de réclamer un moratoire,. Selon lui, il doit d’ores et déjà s’inscrire dans la mouvance qui s’oppose au développement des énergies fossiles et faire la promotion et le développement des énergies renouvelables.

Le discours d’Odette Larin, conseillère municipale à St-Louis-sur-Richelieu, a obtenu un accueil chaleureux. Après avoir rappelé que les citoyenNEs ont parcouru le processus des consultations du BAPE et qu’ils et elles ont cru dans la démocratie, elle doute maintenant de la légitimité des consultations alambiquées du gouvernement Charest. Elle croit que tout était parade et une façon de démobiliser la population. Elle a conclu son allocution en invitant la population à se lever et à imposer un réel moratoire au gouvernement Charest et à l’industrie. S’écraser ou se tenir debout ? “Se mobiliser”, conclut-elle.

La participation du PQ

Mis mal à l’aise par de récentes crises internes, le PQ tente de sauver la mise en s’associant au mouvement de protestation contre les gaz de schiste. Sa présence dans les rangs de la manifestation jette un doute sur sa crédibilité et fait monter une odeur de récupération et d’opportunisme. En effet, il faut rappeler que c’est le PQ qui a offert toute une série de crédits d’impôt et d’incitatifs à l’industrie des énergies fossiles au Québec en vue de dynamiser l’exploration du pétrole et du gaz. C’est un gouvernement péquiste qui a sabordé la SOQUIP, organisme para-gouvernemental qui avait le mandat d’explorer et d’exploiter le pétrole et le gaz au profit de la collectivité. N’oublions pas que d’anciens péquistes bien en vue, notamment un ancien premier ministre sont aujourd’hui de fiers porte-étendards de l’industrie des énergies fossiles, Lucien Bouchard et Yvan Loubier parmi tant d’autres.

Plus récemment, dans une entrevue au journal Les Affaires (25 janvier 2011 - http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/energie/un-gouvernement-marois-prendrait-des-participations-dans-des-societes-gazieres-et-petrolieres/523867), la chef de l’opposition n’a pas caché qu’elle souhaitait exploiter les énergies fossiles malgré l’opposition d’une majorité de québécoises et de québécois. Face à ces faits, l’honnêteté et de la sincérité du PQ dans cette mobilisation citoyenne apparaît plus que douteuse. On devrait y voir plutôt une volonté de faire du capital politique et de freiner leur chute politique.

La ministre défend le culte du secret

La ministre Nathalie Normandeau a défendu bec et ongles la façon de faire du gouvernement Charest dans la formation du comité des personnes mandatées pour la réalisation de l’Étude Environnementale Stratégique (EES). Malgré le fait qu’il n’y a aucun représentant des groupes écologistes et que 8 des 11 personnes formant ce comité proviennent de l’industrie ou de la haute fonction publique, la ministre maintient que le comité a été formé dans les règles de l’art. Ainsi, la ministre juge qu’un comité formé de personnes qui sont à la fois juges et parties est conforme à une éthique sans reproche.

Par ailleurs, il faut savoir que l’EES n’abordera pas l’épineuse question de la pertinence pour le Québec de se lancer dans l’exploitation des gaz de schiste, malgré les risques mis en lumière dans différentes études depuis des mois. « Notre gouvernement a toujours un préjugé favorable pour la mise en valeur de notre potentiel pétrolier et gazier », a dit la ministre. Pour démontrer que les dés sont pipés dès le départ, on n’en demandait pas tant… Quant au ministre de l’Environnement Pierre Arcand, il a tenté de minimiser la manifestation monstre de samedi en affirmant que le discours des opposants comporte des inexactitudes. Il a aussi indiqué qu’aucune opération de fracturation n’est présentement en cours et qu’il n’y en aura pas cet été. Décidément, il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Quelques liens afin de visionner la manifestation du 18 juin

http://www.youtube.com/watch?v=6GD8pxodqDQ&feature=related (4 min 30)

http://www.youtube.com/watch?v=Bs1k_3-a9XQ&feature=related (4 min 30)

http://www.youtube.com/watch?v=eM3_Sl94PlQ (4 min)

http://www.youtube.com/watch?v=irBgMm-l2l0 (2 min 33)

http://rutube.ru/tracks/4555393.html?mail=track_converted&v=b653e94278e1f375d761bf0c2d39a293

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...