Édition du 12 novembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Luttes syndicales

Rentrée parlementaire Reconnaître les employés de l'État : une priorité, juge le SPGQ

À l’occasion de la reprise des travaux parlementaires, le 17 septembre à Québec, le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) souhaite que les élus reconnaissent davantage l’apport inestimable des quelque 28 000 experts de l’État, piliers du bon fonctionnement de nos institutions.

Chaque jour, les professionnels du gouvernement mettent leurs talents et leur savoir-faire au service des Québécois. Chaque jour, les professionnels de l’État contribuent activement au mieux-être des citoyens par une multitude de gestes liés à l’éducation, à la santé, à la culture, à la langue, à l’environnement, à la sécurité, aux infrastructures, aux services financiers, à l’aménagement du territoire et au divertissement.

Souvent invisibles, méconnus et peu spectaculaires, les gestes posés par les professionnels assurent pourtant la stabilité, le bon fonctionnement, la planification, le respect, le rayonnement et la santé des institutions québécoises. Sans eux, ce que les Québécois tiennent pour acquis s’effondrerait. Le Québec ne parviendrait plus à offrir toute une panoplie de services pour faciliter le quotidien de ses citoyens. Malgré les bienfaits qu’en retire chaque jour l’ensemble des Québécois, l’expertise des professionnels jouit d’une faible reconnaissance.

Trop souvent, les décideurs et les administrateurs de l’État font la sourde oreille devant les iniquités salariales criantes et la discrimination systémique que subissent les professionnelles. Trop souvent, les décideurs et les administrateurs de l’État sont muets quand ils devraient reconnaître et valoriser la contribution essentielle des professionnels aux institutions québécoises. Trop souvent, les décideurs et les administrateurs de l’État sont aveugles aux effets des changements, qu’ils soient climatiques, informatiques ou autres. Trop souvent, les décideurs et les administrateurs de l’État sont paralysés devant l’urgence de mettre en place un État québécois novateur, respectueux et soucieux de la formation de ses employés, favorisant la protection de l’industrie culturelle et médiatique afin de conserver une démocratie forte.

Le SPGQ estime qu’un vent de changement radical, pour ne pas dire révolutionnaire, doit souffler quant à la reconnaissance du travail accompli par les employés de l’État. Plusieurs doivent satisfaire aux exigences d’ordres professionnels afin de maintenir à jour leurs expertises et connaissances. Nombreux sont ceux qui doivent actualiser leur formation pour demeurer en phase avec les importants changements et défis que posent le présent et l’avenir. La formation continue, la reconnaissance des employés de l’État et des conditions de travail avantageuses favorisent l’attraction et la rétention de talents. Elles doivent impérativement être au centre des préoccupations des élus lors de la reprise des travaux parlementaires.

Lire Lamarre

Présidente

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Luttes syndicales

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...